Évènement

On en pense quoi… l'expo « Demain est annulé » à la Fondation EDF

Du mercredi 17 janvier au dimanche 29 septembre 2024
Léa COLLET, Digitalis, 2023
Depuis le 17 janvier, la Fondation EDF alimente le débat en confiant aux regards sensibles d’artistes contemporains le thème de la sobriété. Leurs œuvres proposent d’explorer quelques-uns des chemins vers un monde durablement vivable.
Alors que nous prenons conscience de la fragilité de notre planète et que l’inaction n’est plus envisageable, l’heure est aux questionnements individuels et collectifs pour trouver des solutions concrètes. Parmi elles, la sobriété.
Ouverte à tout public, cette expo conçue par un commissariat collectif, à la fois scientifique et artistique, se déploie sur les 550 m2 d'un espace rénové. Est-il possible de rêver ensemble un monde plus sobre ? L’innovation technique peut-elle servir le progrès à la fois social, politique et écologique ? Quels sont les nouveaux chemins à emprunter ?

L'avis de la rédaction

Quel est le point commun entre une maison déracinée, un couple qui pose avec ses médicaments et des adolescents qui se transforment en fleurs ? A priori, pas grand-chose, mais lorsqu'on s'y penche, toutes ces œuvres questionnent la notion de sobriété. À la Fondation EDF, une vingtaine d'artistes venus des quatre coins du globe s'interrogent et nous interrogent sur le futur et les manières de changer le monde.
Au rez-de-chaussée, la Franco-Espagnole Bianca Argimón se moque des hommes d'affaires, en les sculptant à moitié ensevelis dans un jardin de galets immaculés (Zen Garden), tandis qu'au premier étage, on découvre qu'en les éclairant, les pissenlits du bois de Vincennes s'ouvrent dans la nuit (Natural Process Activation #3 Bloom).
Quatre parties découpent l'exposition : « Les chemins de l'incertitude », « Un monde pour tous », « Terre d'esprits » et « Les chemins du progrès ». En outre, des vidéos d'experts sur l'environnement et la crise climatique sont disséminées au fil du parcours. Si l'on applaudit ces vidéos enrichissantes, on regrettera l'omniprésence des œuvres audiovisuelles qui, divertissantes au début, peuvent finir par lasser.
Mise à jour le 25/01/2024

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations