Ville de Paris

Découvrir

Sur les traces de la culture chinoise à Paris

Mise à jour le 01/02/2022
La communauté chinoise parisienne célèbre le 1er février 2022, la nouvelle année, placée sous le signe du tigre. Parce que l'Empire du Milieu fascine, on vous invite pour l'occasion à une balade sur les traces de la culture chinoise à Paris.

Si c'était une œuvre

Qu'elles soient monumentales ou discrètement nichées dans les recoins de la ville, les œuvres d'art contemporain sont partout dans l'espace public de la capitale. Située dans le 13e, « La danse de la fontaine émergente » est la dernière œuvre importante de Chen Zhen, plasticien franco-chinois, avant sa disparition.
Elle prend la forme d'un dragon stylisé dont le corps semble émerger du sol en trois parties distinctes, la première sortant du mur de l'usine souterraine de production d'eau, les deux autres sous l'apparence de tubes transparents en arc de cercle plantés d'écailles. De l'eau sous haute pression circule à l'intérieur, mise en valeur par un éclairage de teinte variable. Une représentation monumentale de la puissance de l’eau, magnifiée par la flamboyance des jeux de lumière.
La danse de la fontaine émergente, de Chen Zhen et Xu Min
Place Augusta-Holmes, (13e)
Marc Verhile / Ville de Paris

Si c'était un quartier

Surnommé « le Triangle de Choisy », le quartier chinois, aussi appelé « Chinatown », est délimité par l’avenue d’Ivry, l’avenue de Choisy et le boulevard Masséna. Dans ce quartier imprégné d'Asie, les restaurants aux néons clignotants côtoient les supermarchés aux produits exotiques. Vous pourrez vous rendre dans l'une des enseignes la plus célèbre de ce quartier envoutant : Tang Frères. C'est la plus grande épicerie asiatique de la capitale, qui rassemble toutes les saveurs de la cuisine chinoise. Le moment fort de l’année est le défilé du Nouvel An, au cours duquel on admire dragons, costumes traditionnels, lampions et lions dansant au rythme d’une musique endiablée.
Quartier chinois
©Sophie Robichon/Ville de Paris

Si c'était un musée

Centré sur la Chine et ses différentes dynasties, le parcours permanent du musée Cernuschi dresse aussi des parallèles ou établit des comparaisons avec les trois autres aires géographiques qui constituent les principaux fonds de ses collections : Japon, Corée et Vietnam. Ces différentes zones sont des aires culturelles où les échanges et influences n’ont jamais cessé.
Depuis son ouverture en 1898, le musée Cernuschi n’a cessé de s’enrichir et compte désormais 15 000 œuvres, dons ou acquisitions venues compléter ses collections. Il s'est d'ailleurs récemment refait une beauté avec des travaux de rénovation et de réaménagement qui ont magnifié les œuvres phares du musée et des nouveautés, restées jusqu’à présent à l’abri des regards. Plus d'infos
Grande salle du musée Cernuschi avec au centre , un Bouddha Amitàbha Bronze époque Edo (1603-1868), XVIIIe siècle, Japon
François Grunberg/ Ville de Paris
Musée Cernuschi - musée des arts de l'Asie de la Ville de Paris
7 avenue Velasquez
75008 Paris
Complément d'adresse

A pied : L’entrée de l’avenue Vélasquez se situe au niveau du 111-113, boulevard Malesherbes. On peut accéder aussi au musée par le parc Monceau (allée centrale) En voiture : à 3 minutes de la place Saint Augustin à 10 minutes de la place Clichy ou de la

Métro
Monceau, ligne 2
Velib
Station 8037, 75 rue de monceau
Station 17018, 4 rue de thann
Station 17048, 12 rue de tocqueville

Si c'était une curiosité architecturale

En plein cœur de la plaine Monceau (8e et 17e arrondissements), quartier de Paris qui compte sans aucun doute le plus grand nombre d’hôtels particuliers au m², se trouve un immeuble aussi étonnant qu’insolite : La Maison Loo, une pagode chinoise. Construit au milieu des années 1800, c'est dans les années Folles (1920) que le bâtiment change radicalement de face. À cette époque, le collectionneur et marchand d’antiquités chinoises et d’art asiatique Ching-Tsai Loo s’y installe. Passionné de culture asiatique, il décide alors de transformer le numéro 48 en un monument dédié à l’Asie, et naît donc la pagode. Aujourd’hui, l’adresse accueille le musée privé Maison de Loo, et le bâtiment est communément Pagoda Paris.
48, rue de Courcelles, 75008 Paris
©Guillaume Bontemps/Ville de Paris

Si c'était un grand événement

En février, la célébration du Nouvel An lunaire est un rendez-vous incontournable qui met les traditions chinoises et asiatiques à l'honneur. Certains quartiers de la capitale voient fleurir défilés, danses du dragon et du lion, défilés costumés, danses traditionnelles et danses folkloriques chinoises, expositions, spectacles, et animations dédiées.
Le grand défilé dans le 13e arrondissement est bien sûr le point d'orgue de cette semaine de festivité. Cette année, malheureusement il n'aura pas lieu pour cause de crise sanitaire. Cependant, vous pourrez assister à un petit défilé organisé par le comité du Faubourg Saint-Honoré pour célébrer ce Nouvel An lunaire mais également une exposition proposée par la mairie du 13e qui vous permettra de découvrir cinq artistes asiatique.
©Wenyu Zhu/DR

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations