Ville de Paris

Actualité

Voyage dans l'histoire du street-art avec Jef Aérosol

Mise à jour le 26/09/2022
Boots dandy, foulard bordeaux élégamment noué autour du cou, chapeau et ceinture rock’n’roll, Jef Aérosol, artiste incontesté de l’art urbain, nous accueille face à la BnF, où une exposition anniversaire intitulée « Jef Aérosol 40 ans de pochoir » lui rend hommage.
Rencontrer Jef Aérosol, ce n’est pas rien. Déjà, parce qu’il est l’exemple de l’artiste accompli, et qu’on a toujours un peu le trac d’approcher une pointure pareille. Mais quand on arrive sur les lieux de sa nouvelle exposition, on se sent à l’aise. Des locaux bruts de béton exposent 40 années de pochoirs sur plus de 600 mètres carrés.
Dès l’entrée, la reproduction de la fresque « Chuuuttt !!! », dont l’originale, réalisée sur une façade d’une quinzaine de mètres de haut jouxte la fontaine Stravinsky à Beaubourg, nous met dans l’ambiance. Pour les besoins de l’exposition, Jef a refait le pochoir. Il l’a réduit et inversé pour l’adapter au sens de lecture de la visite. Une exposition sur mesure, conçue et imaginée par l’artiste et la galerie Mathgoth, spécialisée dans l’art urbain.
Musicien, pochoiriste, aquarelliste, ancien prof d’anglais, Jef est tout ça. Artiste, certes, mais humain, profondément humain, accessible et généreux ! Tout comme l’équipe dont il s’est entouré, et qui a travaillé tout l’été au montage de cette exposition : plus de 180 figures de son œuvre y sont représentées sur deux espaces, sans compter les multiples tableaux et pochoirs originaux, dont on peut aussi faire l’acquisition.
Une exposition à l’image d’un artiste hors norme, qui s’est affirmé comme tel en quatre décennies. De son premier pochoir réalisé à l’automne 82 à l’âge de 25 ans, à des créations plus récentes, pochoirs et aquarelles défilent sous nos yeux dans les quatre espaces dédiés aux thèmes de prédilection de l’artiste. On découvre sa vie et son travail suivant une chronologie bien établie : autoportraits, enfance, musique, paysages urbains. La plupart des œuvres sont réalisées en 2022 avec des pochoirs anciens, utilisés depuis 40 ans.

« La vie est comme un film, une suite d’images… »

Jef Aérosol

40 ans de carrière et de pochoirs

Attiré par le dessin, la peinture, les images et la musique dès l’enfance, Jef touche très vite à tout. Rock’n’roll, psychédélisme, pop art… Les années 1960, celles de son enfance, marquent la naissance des grands mouvements artistiques du XXe siècle. Une décennie qui l'a profondément marqué : « J’étais môme à une période où une certaine classe d’âge, l’adolescence, a eu son mot à dire (…) les premiers mouvements de jeunesse ce sont les années 1950 avec les teddy boys puis les grands festivals, dans les années 1960. » Et Jef nous avoue son amour pour The Clash, le groupe punk par excellence : « Les premiers pochoirs que j’ai vus c’était ceux qui étaient sur les tee-shirts du groupe (…) Je les ai vus en 1981 au théâtre Mogador, à Paris. Futura 2000 peignait sur une grande toile sur scène : c’était la première fois que je voyais un mec peindre avec des bombes aérosol ; je n’avais jamais vu ça… »
Et c’est dans l’effervescence des années 1980 que la carrière de Jef Aérosol décolle, sur le modèle de celle d’un Speedy Graphito ou d’un Jérôme Mesnager. Puis les années 1990, qui ont été les années hip-hop, rap, graff, tags ont relégué les pochoiristes au second plan… Avant que les années 2000 et l’avènement de street-artistes comme Banksy ou Shepard Fairey, alias Obey aux États-Unis, ne saluent leur retour sur le devant de la scène et fassent de Jef Aérosol, Miss-Tic ou Blek le Rat des « précurseurs ». C’est à ce moment-là, aussi, que les galeries les sollicitent et que le street-art, d’art de rue, se fait art urbain et s’expose dans des lieux autorisés.

Trois questions à l'artiste

Exposition Jef Aerosol au Math Goth (13e)
Crédit photo : Clement Dorval / Ville de Paris

Le pochoir, ça marche comment ?

Le pochoir, c’est une feuille en carton découpée puis posée sur une feuille (blanche, noire ou un mur) sur laquelle on met de la bombe ou de la peinture au travers et dont on va obtenir le négatif. « Un peu sur le modèle de ce que font les gosses à l’école… ou quand on fait des gâteaux, qu'on utilise un emporte-pièce avec un trou au milieu. »
D’abord utilisé à des fins de signalétique (travaux, trains, palissades), le pochoir, qui permet de reproduire des signes en un grand nombre d’exemplaires, s’est répandu dans l’art en se sophistiquant dans les années 2000. Le passage de la photocopieuse à l’encre (toner) à l’ordinateur, a permis le passage du noir et blanc aux dégradés de couleurs et aux jeux de lumière ; la réalisation d’images plus réalistes aussi.

Pourquoi avoir choisi la bombe plutôt que le pinceau ?

La bombe aérosol (qui s’inscrit dans la lignée de l’aérographe) a été le premier et seul outil qui permet de peindre en ne touchant pas le support, ce qui a singulièrement modifié les habitudes : on pouvait peindre à la verticale sur tous les supports… ça, et le pochoir, nous permettaient de peindre vite ! On pouvait dès lors le faire dans l’espace public, on était plus limité à l’atelier…

Et la musique dans tout ça ?

J’ai toujours fait de la musique. Il n’y aurait pas de peinture sans musique. La musique est partout, elle est tout autour de nous. J’aime les musiques de l’âme, les musiques de transmission orale, celles qui ne sont pas écrites. L’homme a toujours été musicien : de la peau d’animale tendue à de l’air dans un roseau, il a toujours compris qu’il pouvait générer des sons. Cette musique-là se transmet depuis toujours et n'est pas écrite. En ce sens, ce qui m’intéresse ce sont les musiques traditionnelles comme la musique irlandaise, mais aussi le blues, le flamenco et le rock’n’roll, qui vont puiser dans l’histoire des peuples. Le seul instrument qui vaille c’est l’âme.
Jef Aérosol, 40 ans de pochoirs
Adresse Exposition Jef Aérosol - 147, Avenue de France , Paris 13e
Date(s)Du samedi 24 septembre 2022 au samedi 05 novembre 2022

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations