Actualité

Et si l’on s’inspirait de ces 5 tableaux pour déclarer notre flamme ?

Mise à jour le 05/02/2024
Scène galante peinte par Jean-Frédéric Schall
Ouvrir son cœur à la Saint-Valentin, c’est bien. Le faire dans un lieu unique avec, pour témoins, des couples mythiques de l’art pictural, c’est encore mieux ! Petit tour des musées parisiens pour (re)découvrir à deux ces chefs-d’œuvre qui évoquent l’amour.

Pour vivre d’amour et d’eau fraîche

« Groupe des amoureux », Henri Martin

C’est entre 1932 et 1935 que le peintre toulousain Henri Martin a réalisé ce tableau conservé au Petit Palais (8e), œuvre également exposée à titre permanent dans l’escalier d’honneur de la mairie du 5e arrondissement. Il s’agit en réalité d’une esquisse de détail d’un ensemble de cinq toiles sur laquelle on voit un couple, de dos, se promener le long du bassin du Luxembourg, tendrement enlacé.
Une scène qui inspirera tous les romantiques avides de balades au fil de l’eau !
Esquisse de détail pour l'escalier d'Honneur de la mairie du 5ème : un couple marchant le long du bassin du Luxembourg
Esquisse de détail pour l'escalier d'Honneur de la mairie du 5ème : un couple marchant le long du bassin du Luxembourg
Crédit photo : CCØ Paris Musées / Petit Palais
Où le voir ? Petit Palais (8e)

Pour frissonner de plaisir

« L’Amour frivole », Jean-Frédéric Schall

Rendez-vous au musée Cognacq-Jay (Paris Centre) qui abrite cette œuvre transpirant l’érotisme. Si l’identité de son créateur a longtemps été disputée – des peintres François Boucher à Nicolas Lavreince –, c’est bien Jean-Frédéric Schall qui a exécuté cette huile sur bois. Friand de scènes représentant des femmes dénudées, L’Amour frivole ne fait pas exception à la règle. Dans une pièce feutrée, on y voit une jeune femme légèrement vêtue rêvasser sur un fauteuil, probablement émoustillée par la lecture qu’elle vient d’abandonner.
L’érotisme de cette scène est ici décuplé par la présence d’un homme qui, à l’aide d’une canne tendue, déshabille du regard le corps de la jeune femme. On la sent la tension sexuelle, non ?
Scène galante peinte par Jean-Frédéric Schall
L'Amour Frivole de Jean-Frédéric Schall
Crédit photo : CCØ Paris Musées / Musée Cognacq-Jay
Où le voir ? Musée Cognacq-Jay (Paris Centre)

Pour se prendre pour des dieux de l’amour

« Mars et Vénus », Bernardino Lanino

Et si l’on allait prendre le pouls de l’amour du côté des dieux de la mythologie ? Niché au sein du Petit Palais (8e), le tableau Mars et Vénus du peintre italien Bernardino Lanino devrait inspirer les plus beaux poèmes ! Et pour cause, cette œuvre met en scène Mars, encore glissé dans sa tenue de combat, partager un moment de pure tendresse avec Vénus, assise sur ses genoux, alors que son homme lui dépose un baiser sur la joue et lui agrippe le sein.
Si elle semble totalement réceptive, son regard à elle est rivé sur le petit Cupidon. Avec tout ce romantisme, si votre crush ne craque pas, on ne sait plus quoi faire pour vous…
Tableau représentant Mars et Vénus enlacés avec le petit Cupidon
Mars et Vénus
Crédit photo : CCØ Paris Musées / Petit Palais
Où le voir ? Petit Palais (8e)

Pour inspirer les plus beaux baisers

« Vertige », Hubert-Denis Etcheverry

Vertige est une œuvre typique du genre galant. Si le tableau, présenté pour la première fois en 1903 au Salon des artistes français – et exposé aujourd’hui au musée Carnavalet (Paris Centre) –, a lancé la carrière du peintre Hubert-Denis Etcheverry, il y a également fait scandale, jugé osé et immoral. La scène capture ici un long baiser échangé par un jeune couple qui semble s’être éloigné d’une fête galante ou qui est sur le point de la rejoindre.
Une chose est sûre : l’alchimie entre les deux amants est palpable et risque de donner quelques idées à votre moitié (et c’est précisément le but !). Alors, prêt à rivaliser avec les amoureux d’Etcheverry ?
Baiser échangé entre un homme et une femme dans une pièce feutrée
Vertige de Hubert-Denis Etcheverry
Crédit photo : CCØ Paris Musées / Musée Carnavalet
Où le voir ? Musée Carnavalet (Paris Centre)

Pour s’abandonner dans une étreinte monstrueuse

« Les Amoureux (après la pluie) », Francis Picabia

Deux amoureux sous une averse qui échangent un baiser langoureux… Si cette scène est un incontournable des films romantiques, elle a également inspiré l’art pictural, à commencer par Francis Picabia qui a réalisé Les Amoureux (après la pluie). Une œuvre qui ressemble étrangement au Baiser de Picasso, son meilleur ennemi.
Sur cette toile, à admirer au musée d’Art moderne de Paris (16e), on peut voir un couple à l’allure monstrueuse s’enlacer dans une étreinte passionnée… et le pouvoir érotique qui s’en dégage est indéniable !
Les Amoureux (après la pluie) de Francis Picabia
Les Amoureux (après la pluie) de Francis Picabia
Crédit photo : CCØ Paris Musées / Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
Où le voir ? Musée d’Art moderne de Paris (16e)
Default Confirmation Text
Settings Text Html

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations