Évènement

"Chronique de la terre volée", un film-docu de Marie Dault

Le samedi 2 mars 2024
C'est au cœur d'un quartier populaire de Caracas que Marie Dault s'est immergée pour réaliser ce documentaire, qui nous révèle tout un pan de la capitale vénézuélienne.
Projection de "Chronique de la terre volée" (2020, 92'), un film documentaire de Marie Dault, suivie d'une discussion en présence de la réalisatrice, et programmée dans le cadre d'un nouveau cycle organisé en partenariat avec l'association Périphérie.
À Caracas, au Venezuela, les habitants des bidonvilles peuvent obtenir la propriété de la terre en échange de l'histoire de leur vie dans le quartier. Un décret de Chavez a enclenché l'écriture des "Cartas del barrio", révélant l'histoire de la capitale.
Chronique de la terre volée a été produit par Laurent Alary pour Tell Me Films et Eric Jarno pour Pays des Miroirs.
Distribution : Tell Me Films. Son : Marie : Dault, Miguel Arias. Montage : Aurélie Ricard, Carole Lepage. Musique : Emmanuel Soland.
Chœurs de femmes. Pour ce nouveau cycle, nous vous proposons trois films documentaires où les réalisatrices ont filmé la parole et le combat mené par des femmes. Vous découvrirez les habitantes d'un bidonville de Caracas filmées par Marie Dault dans Chronique de la terre volée (2020), et leur détermination pour obtenir la propriété de la terre où elles vivent. Un film où nous suivons la nécessaire retranscription des récits de vie des résidents de ce quartier afin de faire valoir leurs droits. Une démarche qui peut faire écho à celle d'Émérance Dubas dans Mauvaises filles (2023) où elle filme la parole de cinq femmes placées en maison de correction à l'adolescence, mettant ainsi un terme au silence et à l'invisibilation de la violence institutionnelle. Se donner la force entre femmes, entre celle qui filme et celles qui sont filmées, est aussi à l’œuvre dans le film d'Anna Salzberg Le jour où j'ai découvert que Jane Fonda était brune (2022), et s'exprime notamment par les chœurs des femmes du MLAC de Gennevilliers et du centre IVG Louis Mourier.
Les trois films ont été accueillis par Périphérie dans le cadre de son dispositif Cinéastes en résidence, qui apporte un soutien artistique et technique au moment du montage, en offrant aux documentaristes un temps privilégié de regard et d'écoute.

Gratuit sur réservation : zrqvngurdhr.ivbyrggr-yrqhp@cnevf.se[mediatheque.violette-leduc puis paris.fr après le signe @]

Crédit photo : © Périphérie
Mise à jour le 22/02/2024

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations