Évènement

À quoi rêvent les Ondes ? à la Galerie Da-End

Du samedi 30 mars au samedi 11 mai 2024
« À quoi rêvent les ondes ? » des Bones & Clouds, une exposition à découvrir du 30 mars au 11 mai 2024. Le vernissage a lieu le samedi 30 mars 2024 de 14h à 19h !
Après avoir investi l'espace public et institutionnel avec des installations monumentales au MusVerre et au Musée de Soissons en 2023, le collectif Bones & Clouds (fondé en 2021) nous convie dans l’intimité de la galerie, à une exploration de l'invisible, plaçant cette fois les ondes, considérées comme l'essence même du Vivant, au centre de leur démarche artistique.
Depuis ses débuts en 2012 à la Galerie Da-End, Kim KototamaLune, membre éminent du collectif, a toujours été en quête de l'invisible. Son approche à la fois contemplative et poétique trouve aujourd’hui son expression à travers sa maîtrise virtuose du verre, en synergie avec les projections vidéo innovantes de ses comparses, J-B. Sallé et S. Baez. Ensemble, ils fusionnent les domaines de l'art, de la science et de la spiritualité.
Dans cet univers à la fois tangible et éthéré, fait de fréquences ondoyantes, nous sommes invités, à travers la transparence du verre et les faisceaux lumineux, à percevoir une dimension qui, habituellement, nous échappe, insaisissable. Des profondeurs océaniques aux confins de notre intérieur, de l'architecture cérébrale à nos croyances incarnées, les Ondes se révèlent comme un flux vital, lumineux, corpusculaire et sonore. Au cœur de l'exposition, une installation intitulée « D'ici Peu… », met en scène un rocher suspendu à un pendule, frôlant dans son mouvement un parterre de sculptures en verre organique. Ce va-et-vient incessant illustre la fréquence à laquelle se confrontent le dense et le fragile, l'équilibre et le déséquilibre.
Cette friction, cette vibration constante entre des états apparemment opposés invite à une réflexion sur la condition humaine. Avec l'œuvre « R.Y.Z.O.H.M », des ondes cérébrales irriguent et relient, par l'art génératif, le tissu complexe de notre cerveau à des circuits informatiques. Cette création soulève la question de la technologie comme prolongement possible de nos pensées et de notre conscience. Partout les ondes se propagent de manière concentrique et se densifient tout comme les matériaux qui constituent les installations, soulignant le rôle des fréquences dans la constitution de toute forme organique. Quant à la série de cubes en verre, évoquant des cellules vivantes, elle renferme des 'ondes-embryons' en pleine mutation.
Ces flux continu d’ondes liquides donne vie à une structure en miroir qui captent et reflètent la lumière, créant une dynamique visuelle qui suggère un flux continu, comme un courant d'ondes liquides animant un espace réfléchissant. Ces œuvres illustrent la complexité de la perception et de l'interprétation, montrant que les images et les idées sont toujours en mouvement, échappant à une compréhension fixe ou univoque. Cette exploration de l'intime vers le cosmos, met en lumière le dialogue entre l'écologie intérieure et celle du monde extérieur, tout en créant des espaces propices au recueillement et à la reconnexion à l’intime.
Tout comme Einstein rêvant de chevaucher un rayon lumineux, cette exposition est une invitation à chevaucher les ondes pour contempler l'union entre l'infiniment petit et l'infiniment vibrant, et toute cette mystérieuse beauté et leur impact sur notre réalité. Par le prisme universel et fascinant des ondes, Bones & Clouds nous ouvrent les portes d'un monde où l'art s'érige en passerelle entre le visible et l'invisible, entre le connu et le mystère insondable.
Mise à jour le 12/03/2024

À lire aussi

Vous ne connaissez toujours pas ?

Sélection des bons plans intemporels, mais qui valent le coup toute l'année !