Ville de Paris

Actualité

Balade médiévale à travers les trésors de la rive gauche

Mise à jour le 11/05/2022
De la Sainte-Chapelle au musée de Cluny, qui rouvre ses portes le 12 mai, la rive gauche et les îles de la Seine comportent de nombreux sillages du Paris moyenâgeux. Une balade médiévale sur les traces de ce passé fascinant, ça vous tente ?
Rappelons-le, le Paris moyenâgeux, bien plus étroit qu’aujourd’hui, se délimite par les remparts de Philippe-Auguste. Si la population vit à ce moment-là sur la rive droite de la Seine, c’est sur la berge opposée que les universités se sont implantées. La rive gauche devient alors un lieu d'apprentissage, religieux comme scolaire dont les traces sont encore bien présentes…

La Sainte-Chapelle et son horloge

Balade Médiévale-Tour de l'Horloge
A l'angle du boulevard du Palais et du quai de la Cité, sur l'une des tours du Palais de la Cité, se situe la plus vieille horloge de Paris.
Clement Dorval / Ville de Paris
Avant de retrouver l’ambiance estudiantine du futur Quartier latin, il faut traverser l’île de la Cité, où se concentrent tous les pouvoirs. Au centre même de l’archipel, à la station de métro « Cité », il suffit de lever la tête pour découvrir les témoins du Moyen Âge. Difficile de manquer la sainte-chapelle, dont le marbre blanc s’oppose à la noirceur de sa flèche.
Reclus au milieu du palais de justice de Paris, l'édifice est construit par Saint-Louis en 1240. Il est bâti dans l’objectif de protéger les joyaux de l’Église, comme la Couronne d’épines du Christ, et préserve en son sein un autre trésor : 1113 vitraux, qui représentent des scènes de l’histoire religieuse.
Autre détail : au bout du boulevard du Palais, vous pouvez apercevoir la plus vieille horloge de Paris. Ce joyau, conçu en 1370 par l'horloger lorrain Henri de Vic, est la première horloge publique de la capitale.
Horloge du Palais de la Cité
Sur l'encadrement de la vieille horloge, deux grandes figures allégoriques symbolisent la Loi et la Justice.
Emilie Chaix / Ville de Paris

La cathédrale Notre-Dame et le kilomètre zéro

Dorval Balade Médiévale Cathédrale Notre Dame WEB 2
Le bâtiment vieux de plus de 850 ans est actuellement en rénovation, suite à l'incendie de 2019.
Clement Dorval / Ville de Paris
Toujours sur l’île de la Cité, il suffit de longer la Seine pour se retrouver face à face avec Notre-Dame-de-Paris. Positionnez-vous au centre de la place, juste à côté de la rose des vents, située au sol. Cette plaque de bronze indique le kilomètre zéro, qui est le point de départ de kilométrage des principales routes de France quittant la capitale.
Du parvis, le célèbre bâtiment impressionne par sa hauteur : il s'élève à 69 mètres. La construction débute en 1163, et c'est le pape Alexandre III qui pose la première pierre. Ce chantier titanesque s'étale sur deux cents années, durant lesquelles l'édifice est agrandi. Notre-Dame devient alors un lieu de passage et de recueil pour les étrangers qui veulent se rendre à la capitale.
Cette grande dame de pierre a traversé les âges, non sans égratignure. À la Révolution française, elle est menacée de destruction, mais est finalement sauvée de justesse par sa nouvelle popularité, rendue possible par le roman de Victor Hugo. Aujourd’hui en travaux, à la suite de l’incendie d’avril 2019, il est possible de la visiter virtuellement ou de découvrir sa crypte située juste en dessous de vos pieds.

La petite église Saint-Julien-le-Pauvre

Balade Médiévale-Square René Viviani
Le square et l'église étaient situés sur une des routes de Saint-Jacques-de-Compostelle.
Clement Dorval / Ville de Paris
Empruntez le Petit-Pont-Cardinal-Lustiger pour franchir les frontières du Quartier latin, appelé ainsi car il fut le bassin des premières universités parisiennes, où l’on enseignait en latin. Vous voici arrivé au square René-Viviani, petit carré de verdure qui longe le quai de Montebello.
En traversant le square, prenez le temps de contempler le plus vieil arbre de Paris, planté à cet emplacement en 1601. De ces 15 mètres de haut, ce Robinier, du nom du botaniste du roi Jean Robin, contemple le Quartier latin du haut de ses quatre siècles.
Balade Médiévale Eglise Saint Julien le Pauvre
L'église de Saint-Julien-le-Pauvre était un lieu de sépulture méroviengienne.
Clement Dorval / Ville de Paris
Le square jouxte la petite église Saint-Julien-le-Pauvre, qui date du XIIe siècle. Entre ses murs, les universitaires y tenaient leur assemblée et y élisaient leurs représentants. En 1524, l'église est saccagée et laissée dans un tel état de dégradation qu'une partie des bâtiments du XIIe sont rasés.

Saint-Julien l'Hospitalier immortalisé dans la pierre

Balade Médiévale 42 rue Galande
Au Moyen-Âge, la faible alphabétisation rend inutile les inscriptions de nos de rues ou de magasins, d'où l'utilisation de symboles gravés dans la pierre.
Clement Dorval / Ville de Paris
Avant de rejoindre l’église Saint-Séverin, rendez-vous au 42, rue Galande. Levez les yeux, admirez la façade… Remarquez-vous quelque chose de particulier ? En dessous de la fenêtre, une petite sculpture est taillée dans la pierre. Ce bas-relief, daté du XIVe siècle, représente un moment de la vie de Saint-Julien l’Hospitalier. Il est aujourd’hui considéré comme la plus vieille enseigne de la ville. Poursuivez dans la rue et admirez les maisons biscornues aux poutres apparentes.

La plus vieille cloche à Saint-Séverin

Balade Médiévale Eglise Saint Séverin
L'église du style gothique possède une architecture particulière, avec notamment un clocher carré.
Clement Dorval / Ville de Paris
Direction l’église de Saint-Séverin. Pour découvrir son intérieur, il faut emprunter les rues sinueuses du 5e arrondissement et se rendre au 1, rue des Prêtres-Saint-Séverin. Le clocher carré abrite la plus vieille cloche de Paris, qui date de la fin du Moyen Âge (XVe siècle). Faisant partie des plus anciennes églises paroissiales de la rive gauche, l’édifice au style gothique surplombe la rue Saint-Jacques. À l’intérieur, les vieux vitraux côtoient les plus modernes.
Balade Médiévale Eglise Saint Séverin
L'église Saint-Séverin est l'une des 52 paroisses urbaines du diocèse de Paris.
Clement Dorval / Ville de Paris

La Sorbonne, le bassin des universités

Balade Médiévale-Université de la Sorbonnne
La façade de la chapelle de la Sorbonne a été reconstruite au XVIIe siècle.
Clement Dorval / Ville de Paris
Un peu plus haut, en direction de la colline Saint-Geneviève, la sainte patronne de Paris, la façade majestueuse de la Sorbonne prend place. Construite par Robert de Sorbon en 1253, elle est l’une des premières universités parisiennes.
À l’origine, le fondateur du collège crée l’établissement dans le but d’accueillir les étudiants les plus pauvres. Le professeur, lui-même originaire du milieu agricole, fait face aux difficultés financières de ses élèves. À ses débuts, la Sorbonne admet une quinzaine d'élèves boursiers. Des matières comme la théologie, le droit, la médecine et les arts y sont enseignées.

Cluny, un musée qui raconte le Moyen Âge

Devanture du musée de cluny
Le 12 mai, le nouveau bâtiment du musée de Cluny sera inauguré.
© M. Denancé
En redescendant la rue des Écoles, vous tombez sur le musée national du Moyen Âge, appelé aussi musée de Cluny. Il est établi dans l’ancien hôtel particulier qui hébergeait les abbés de l’ordre de Cluny. Transformé en musée au XIXe siècle, il abrite une large collection d’objets datant de la période médiévale, comme la tenture de la Dame à la licorne.
En projet de modernisation depuis 2011, le musée rouvre ses portes le 12 mai prochain. Après avoir profité de ses nouvelles expositions, prenez le temps de vous asseoir dans son jardin médiéval. Ce square a été pensé à la manière du Moyen Âge, où les plantes étaient regroupées selon leur utilisation, potagère ou médicinale.

Le collège des Bernardins ou l'apprentissage des moines

Balade Médiévale-Collège des Bernardins
Le hall est cependant ouvert à tous, avec une librairie et une cafeteria à disposition.
Clement Dorval / Ville de Paris
Caché en renfoncement de la rue de Poissy, à l’angle du boulevard Saint-Germain, le collège des Bernardins a connu huit siècles d’histoire. En 1248, il est bâti dans les anciens marécages de la Seine. Conçu en parallèle des premières universités, il accueille des jeunes cisterciens et parfait leur éducation religieuse.
Depuis sa rénovation en 2008, le bâtiment continue d’accueillir de jeunes moines et leurs enseignants. Le collège des Bernardins est accessible au public seulement sur visite guidée, les mardis, jeudis, vendredis et samedis. Il accueille de temps en temps des expositions, comme actuellement celle sur Notre-Dame.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

L'enceinte Philippe Auguste, fortification séculaire

Ancienne arche de l'enceinte Philippe Auguste.
Au Moyen-Age, l'enceinte Philippe Auguste encerclait le cœur de la ville, afin de protéger Paris.
Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris
Au 30 bis, rue de Jussieu, le bureau de poste dissimule une arche de l'enceinte Philippe Auguste, construite dans les années 1200. La voûte de pierre, nommée aussi l'arche de la Bièvre, laissait la rivière entrer dans Paris. La Bièvre s'écoulait dans la ville et alimentait les citoyens en eau.
Et si cette balade dans le temps vous a plu, un autre parcours vous attend pour découvrir les mystères de la rive droite !

Ce contenu est hébergé par framacarte.org
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations