Évènement

Jacques Feyder, un cinéaste du réalisme

Du mercredi 20 décembre 2023 au mardi 9 janvier 2024
La Fondation propose un cycle de films consacré au réalisateur français Jacques Feyder, qui a influencé toute une génération de cinéastes allant de Jean Grémillon à Germaine Dulac en passant par Abel Gance. La filmographie de la période muette du cinéaste révèle une œuvre rigoureuse et sensible, caractérisée par une volonté d’exploration de l’âme humaine et des territoires.

Acteur, puis réalisateur

Feyder débute comme comédien de théâtre et, dès 1912, joue de petits rôles au cinéma. En 1915, il remplace au pied levé le réalisateur et termine le tournage de Monsieur Pinson, policier à la grande satisfaction de Léon Gaumont qui lui offre l’opportunité de réaliser de nombreux films comiques pour la firme de 1916 à 1919, comme l’intrépide exercice de style Têtes de femmes… femmes de tête ou Le Pied qui étreint.
En 1921, il adapte le roman à succès de Pierre Benoît L'Atlantide, qu’il tourne en décors naturels dans le Sahara algérien. Le succès phénoménal du film lui confère une reconnaissance publique et professionnelle immédiate. En 1922, il porte à l’écran la nouvelle d’Anatole France Crainquebille, critique de l’institution judiciaire, en accordant une profonde humanité au personnage interprété par Maurice de Féraudy.

Départ pour les États-Unis

En 1923, Visages d'enfants, d’après un scénario écrit par le cinéaste et tourné en Suisse, dans le Haut-Valais, est une âpre peinture de mœurs, un drame au style retenu qui, malgré sa justesse et la beauté des prises de vues, ne retiendra pas l’attention du public, tout comme son film suivant L’Image. Fragilisé par ces déconvenues, Feyder s’associe en 1925 au producteur russe installé en France Alexandre Kamenka qui favorise d'heureuses rencontres, notamment celles avec le décorateur Lazare Meerson. Il créé les fabuleux décors de style Art Déco de Gribiche, adapté d’une nouvelle écrite pour le cinéma par Frédéric Boutet.
En 1926, Kamenka engage la chanteuse et comédienne espagnole Raquel Meller, célèbre pour son interprétation de la chanson La Violettera et pour le film d’Henry Roussel Violettes Impériales (1924). Elle veut incarner Carmen sous la direction de Feyder mais les relations entre le cinéaste et la comédienne sont tendues, leur vision du personnage diverge.
Avant son départ pour les États-Unis, Feyder tourne Les Nouveaux Messieurs, adaptation d’une pièce de boulevard de Robert de Flers et Francis de Croisset, comédie satirique qui raille, à travers les fréquentations amoureuses d’une jeune danseuse, les mœurs politiques françaises. Sous contrat avec la MGM, il réalise à Hollywood The Kiss avec Greta Garbo, Conrad Nagel et le jeune premier Lew Ayres. Dernière œuvre muette du cinéaste et de la MGM, The Kiss n’en est pas moins un ultime gage de virtuosité. Après quelques autres films américains, dont Day Break et Son of India en 1931, Feyder revient en Europe où il réalise les œuvres qui vont parfaire sa renommée : Le Grand Jeu, Pension Mimosa et La Kermesse héroïque.
Mise à jour le 19/12/2023

À lire aussi

Vous ne connaissez toujours pas ?

Sélection des bons plans intemporels, mais qui valent le coup toute l'année !