Évènement

Radouan Mriziga - AKAL

Du jeudi 8 au samedi 10 décembre 2022
danseur
La "Terre" en tamazight, langue berbère marocaine, célèbre la force du féminin entre danse et mots des premier.ère.s nord-Africain.e.s ressuscités par Dorothée Munyanza. Avec le festival d'Automne à Paris.
Dernier volet de la trilogie de Radouan Mriziga centrée sur les imazighens, peuple indigène d’Afrique du Nord, Akal ‒ la « Terre » en tamazight ‒ rend un hommage dansé et chanté à l’une des figures qui incarne et transmet sa culture, la déesse égyptienne Neith.
Elle est la déesse de la guerre, la mère des dieux, la terrifiante, tant son pouvoir est grand. Parfois liée à la création du monde, toujours associée à la mort puisqu’elle accompagne les âmes des défunts dans l’au-delà. Radouan Mriziga, artiste originaire de ­Marrakech, et Dorothée Munyaneza, danseuse et chanteuse rwandaise, tous deux déjà accueillis au Festival d’Automne, tout comme à l’Atelier de Paris, célèbrent à travers cette figure mythologique la puissance du féminin et de la nature, et ressuscitent les ancêtres oubliés. Ils imaginent une pièce hybride, entre corps et mots, qui emprunte au rituel et aux danses traditionnelles, au conte et à la poésie, au chant proche de l’incantation et à la rythmique du rap. Dorothée Munyaneza se déploie dans un solo intense, en silence ou sur tambour, sur un plateau aux formes géométriques chères au chorégraphe. Akal agit comme une parole d’espoir, une manière de redonner une voix aux cultures marginalisées et de poser un regard neuf sur un passé trop souvent négligé.
Mise à jour le 08/11/2022

À lire aussi

Vous ne connaissez toujours pas ?

Sélection des bons plans intemporels, mais qui valent le coup toute l'année !