Évènement

Alaïa / Grès : au-delà de la mode, à la Fondation Azzedine Alaïa

Du lundi 11 septembre 2023 au dimanche 7 avril 2024
Alaïa / Grès : au-delà de la mode, à la Fondation Azzedine Alaïa
Pour la première fois une exposition inédite associe les œuvres de Madame Grès et celles de Alaïa.
Silencieuse et secrète, déterminée jusqu’à la réclusion d’une vie tout entière passée à l’atelier, Madame Grès (1903-1993) se voulait sculptrice. Tout à son œuvre concentré, avec l’obstination des maîtres infatigables, se refusant aux excès médiatiques de sa profession, Azzedine Alaïa (1935-2017) avait de même étudié la sculpture à l’école des Beaux-Arts de Tunis. Cette ambition partagée ne fut pas corrompue par les métiers de la couture auxquels ils se consacrèrent avec tant de singularité et de succès. Elle vint magnifier au contraire l’exercice du drapé pour l’une, celle de la coupe pour le second au point de les situer comme les fils à plomb de l’histoire de la mode. Si rien ne peut attester que les deux couturiers se sont croisés, leurs créations se sont rencontrées à n’en point douter. Apôtres d’une certaine forme de dépouillement, les créations de Grès ou d’Alaïa, d’une apparente simplicité dissimulent une complexité extrême parfois de coupe et de conception. Guidés par le tissu qui gouverne leurs dessins et leurs choix, recueillis des semaines durant dans la décision d’un volume de robe à couper, assurés dans l’élection des couleurs monochromes, du noir intense et du blanc plâtre favoris, les deux couturiers ont épousé une communauté de création et d’esprit.
Pour la première fois une exposition inédite associe les œuvres de Madame Grès et celles de Alaïa. Fédérées selon leur principe formel, leurs recherches de coupe, les accords de tissus ou de couleurs qu’elles embrassent communément, les robes du soir ou de jour des deux couturiers convient le visiteur à une leçon au-delà des modes. Intemporelles pour l’une, hors du temps pour l’autre, les créations exposées au nombre de 60 restituent le dialogue de Grès et Alaïa, deux obstinés solitaires devenus sculpteurs de robes.
Les drapés que Grès avait érigés en art total depuis les années 1930 s’incarnent dans les robes longues, fluides et plissées d’Alaïa. Le jersey adoubé par la première se traduit en maille et en matériaux souples chez le second. L’exigence des proportions, la rigueur de la coupe qu’il s’agisse de modèles pour le soir ou pour le jour les unit. « Dès que l’on a trouvé quelque chose de caractère personnel et unique, avouait Madame Grès, il faut l’exploiter à fond et en poursuivre la réalisation sans s’arrêter et jusqu’au bout ». À cela, Alaïa répondait des années plus tard : « Lorsqu’une idée s’impose à soi, il faut s’en saisir au lasso, tourner autour et ne pas en déroger ».
Mise à jour le 25/01/2024

Vous ne connaissez toujours pas ?

Sélection des bons plans intemporels, mais qui valent le coup toute l'année !

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations