Ville de Paris

Découvrir

Sur les traces de Molière, « patron » malgré lui de la Comédie-Française

Mise à jour le 09/05/2022
Molière est né il y a 400 ans. Comédien exilé en province, protégé du roi, père de la Comédie-Française… Les mythes et légendes qui entourent le personnage foisonnent. Découvrez-les par une balade dans Paris, la ville qui l'a vu naître et mourir.
Des secrets, Molière en a des milliers, à commencer par son nom de scène, dont il n'avouera jamais l'origine, jusqu'à l'énigme de sa mort. De Saint-Honoré à Rivoli, Paris se souvient encore de la présence du comédien dans ses rues. Prêt à remonter le temps de 400 ans ?

Un Molière aux deux maisons

Maison de Molière, 96 rue St Honoré
C'est dans cette maison que le jeune Molière assiste à la mort de sa mère.
Crédit photo : Clément Dorval / Ville de Paris
Nous sommes en 1622, le 15 janvier exactement. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, nait dans le quartier des Halles, au 96, rue Saint-Honoré (Paris Centre). La maison devant vous date de 1802, et se tient à l’emplacement de l’ancienne demeure familiale des Poquelin. Au rez-de-chaussée se trouve la boutique de son père, tapissier du roi. C’est là aussi que meurt sa mère, lorsque le jeune Jean-Baptiste n’a que 10 ans. Une ronde de médecins se déplace au chevet de la femme souffrante, sans pouvoir la soigner. Il est dit que cet événement tragique a inspiré au futur Molière la pièce du Malade imaginaire.
La fausse maison de Molière 31 rue du Petit pont
Sur le buste, l'inscription indique une fausse date de naissance du comédien, qui est né en 1622 et non en 1620!
Crédit photo : Clément Dorval / Ville de Paris
Encore aujourd’hui, de nombreux touristes s’arrêtent en face de la bâtisse du 31, rue du Pont-Neuf (Paris Centre), devant le buste du dramaturge, pensant se trouver devant sa maison. Mais cette fausse deuxième demeure n’est qu’une tromperie mise en place par un marchand du XVIIIe siècle qui vivait là. Il pensait que placer le buste de Molière lui ferait de la bonne publicité. Il n’avait pas tort…

Tapissier, avocat, ou comédien ?

Lycée Louis le Grand et le Panthéon sous le second Empire. Lithographie de Bachelier. B.N.F.
Lycée Louis le Grand et le Panthéon sous le second Empire. Lithographie de Bachelier. B.N.F.
Crédit photo : Roger Viollet
Pour retracer l’adolescence dorée de Jean-Baptiste Poquelin, il faut se rendre au 123, Rue Saint-Jacques (5e). En 1635, le garçon est élève du collège jésuite de Clermont, remplacé aujourd'hui par le lycée Louis-le-Grand. Molière y étudie le droit, bien que son père l’imagine déjà tapissier, comme lui. Mais le jeune homme n’en fait qu’à sa tête : si tout le destine à devenir un jeune homme cultivé de la Cour, il se passionne pour le théâtre. À 21 ans seulement, il choisit son destin : il sera comédien !

Les débuts de l’Illustre Théâtre ou les prémices d’une vie de comédie

Georges Gaston Mélingue (1840-1914). "Molière et sa troupe".
Georges Gaston Mélingue (1840-1914). "Molière et sa troupe".
Crédit photo : © Neurdein/Roger-Viollet
La vie théâtrale de Molière est intimement liée à sa rencontre avec la famille bourgeoise des Béjart. Frères et sœurs rejoignent le dramaturge et forment ensemble en 1643 leur première troupe, dénommée l’Illustre Théâtre. La joyeuse tribu fait ses débuts dans la salle du Jeu de Paume des Métayers, anciennement située à l’angle du 13, rue de Seine et du 12, rue Mazarine (6e), à deux pas de la tour de Nesle (aujourd’hui disparue).
Devant le numéro 12, levez les yeux pour apercevoir la plaque qui témoigne encore de cet ancien lieu de culture. Molière lance sa carrière avec cette troupe et donne une première représentation le 1er janvier 1644. Mais son succès est bref et, très vite, la troupe est criblée de dettes.

Du théâtre à la prison, un détour par le Châtelet

Le Grand Châtelet du XVIIIème siècle.
Le Grand Châtelet du XVIIIème siècle.
Crédit photo : CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
Il semble que les raisons de cet échec ne viennent pas de la qualité du jeu des comédiens, mais bien de la gestion financière du lieu. L’Illustre Théâtre fait faillite, ce qui vaut à Molière un succinct passage… en prison. Il est enfermé au Grand Châtelet, lieu de détention situé sur l’actuelle place du Châtelet (Paris Centre), à l’extrémité du Pont au Change. Bien qu’hésitant, le père Poquelin rembourse finalement les dettes de son fils et le sort de prison. Ce dernier délaisse la capitale en 1646, pour un long périple d’une dizaine d’années, où il se produit sur les routes de France.

Le jour où Molière a fait rire le Roi

Theodor Josef Hubert Hoffbauer (1839 1922). Le Louvre et le Petit Bourbon, 1583. Paris, musée Carnavalet.
Theodor Josef Hubert Hoffbauer (1839 1922). Le Louvre et le Petit Bourbon, 1583. Paris, musée Carnavalet.
Crédit photo : Roger-Viollet
Le 24 octobre 1658 marque le retour de Molière sur les planches parisiennes, et pas n’importe lesquelles ! Aux commandes de la troupe de Philippe d’Orléans, frère du roi et nouveau protecteur de Molière, le comédien joue pour la première fois devant Louis XIV, au Palais du Petit-Bourbon, au sud-est de la Cour Carrée du Louvre, rue de Rivoli (Paris Centre).
La représentation de la comédie « Le docteur amoureux » est un succès, et Molière atteint son apogée : il fait rire le Roi Soleil. Cette rencontre décisive offre un toit à la troupe, qui se sédentarise et s’installe dans une salle du Petit-Bourbon.

Entre critique et séduction du pouvoir royal

Devanture du Théâtre du Palais Royal
Sur les planches du Théâtre du Palais Royal, Molière atteint l'apogée de son succès.
Crédit photo : Clément Dorval / Ville de Paris
Après la destruction de la salle du Petit-Bourbon en 1661, la troupe de Molière s'installe définitivement au théâtre du Palais-Royal, au 38, rue de Montpensier (Paris Centre). En alternance avec les comédiens italiens, les pensionnaires de Molière se produisent les lundis, mercredis, jeudis et samedis.
C’est ici que les artistes jouent leurs plus grands classiques, dont Tartuffe, qui ne plaît pas à l’Église. La pièce, d’abord censurée, est remaniée avant d’être jouée devant tout Paris : c’est le plus grand triomphe de Molière. La nouvelle troupe royale se produit régulièrement à la Cour de France. Le Roi Soleil, grand amateur de théâtre, se lie d’amitié avec Molière, qui lui demande même d’être le parrain de son fils, aussi prénommé Louis.

Molière est-il vraiment mort sur scène ?

Dernière maison de Molière, au 40 rue de Richelieu
Contrairement à la légende, Molière n'est pas mort sur scène mais dans son lit, rue de Richelieu.
Crédit photo : Clément Dorval / Ville de Paris
Le 17 février 1673, Molière joue pour la quatrième fois Le Malade imaginaire, au théâtre du Palais-Royal. Pris de vertiges, le comédien fait un malaise à la fin de la pièce. Il est rapidement transporté chez lui, au second étage du 40, rue de Richelieu (Paris Centre). Il y meurt, à 51 ans. Comme le veut la coutume, le défunt n’a pas droit à une cérémonie religieuse car il n’a pas renoncé à son statut de comédien. Grâce à la détermination de sa femme, Armande Béjart, et avec l’intervention du Roi, Molière évite de peu la fosse commune et est enterré dans une petite sépulture à l’église Saint-Eustache, de nuit et dans le secret.
Tombeaux de Molière et La Fontaine. Paris, cimetière du Père-Lachaise, 1875.
Certains se demandent toujours si les corps de Molière et de la Fontaine ne seraient pas dans les catacombes…
Crédit photo : Roger-Viollet / Roger-Viollet
Aujourd’hui, sa tombe est érigée au cimetière du Père-Lachaise, 16, Rue du Repos (20e). Cependant, un autre mythe l’entoure : à la Révolution, alors que l’on souhaite célébrer les grands hommes décédés, les tombes de Molière et de Jean de la Fontaine sont changées d'endroits. Mais faute de documents écrits, rien ne prouve l’emplacement de leurs tombes initiales… Les corps aujourd'hui placés au Père-Lachaise peuvent aussi bien être ceux d'inconnus.

La Comédie-Française, la « maison » où Molière n’a jamais mis les pieds

La Comédie Française, maison de Molière
A l'occasion des 400 ans de Molière, la Comédie Française lui rend hommage en interprétant ses pièces.
Crédit photo : Clément Dorval / Ville de Paris
Empruntez la rue Molière (Paris Centre) pour vous rendre devant la Comédie-Française. Au croisement des rues Molière et de Richelieu, prenez le temps d'admirer la statue de Molière, qui date de 1844.
Patron de la Comédie, le comédien n’est jamais monté sur ses planches, en réalité créées en 1680. La naissance de ce théâtre marque l’union entre deux troupes parisiennes : celle de l’hôtel Guénégaud, que dirigeait le dramaturge, et celle de l’hôtel de Bourgogne. Autrefois rivales, elles sont fusionnées par le roi qui décide de créer la Comédie-Française, érigée au 1, place de Colette (Paris Centre).
Portrait de Molière à la Comédie Française
Sur la façade à gauche du bâtiment, un portrait rend hommage au dramaturge.
Crédit photo : Clément Dorval / Ville de Paris
Sept années après sa mort, Molière est tout de même considéré comme le « père » de la Comédie. Aujourd’hui, il reste l’auteur le plus joué de l’institution.

Ce contenu est hébergé par framacarte.org
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Suivez l'actualité parisienne

Chaque vendredi, recevez directement chez vous toute l’actualité parisienne par mail. Déplacements, transformation de la ville, nouveaux projets, Jeux olympiques, bons plans, etc., on vous dit tout des temps forts de l’info municipale.
Default Confirmation Text
Settings Text Html

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations