Ouvrir la recherche
Évènement

Atak : Martha était là…

Du samedi 06 novembre 2021
au samedi 29 janvier 2022
Quand Martha était là… elles étaient des milliers, des millions, des milliards à survoler l'Amérique du Nord… Jusqu'à la mort de la dernière des tourterelles voyageuses en 1914… Atak, peintre et illustrateur, nous fait vivre cette extinction dans un récit émouvant, au fil d'une imagerie colorée, baroque et contemporaine, dont l'Art est la matière.
Georg Barber, alias ATAK, naît en 1967 à Francfort sur l’Oder (RDA). Passionné très jeune par la bande dessinée, dans une Allemagne de l’Est fermée au monde extérieur, il fabrique à l’âge de 14 ans ses propres copies d’Astérix à partir d’exemplaires prêtés par la famille et les amis… Étudiant à Berlin-Est, il vit dans un "environnement" punk, jouant dans ATAK, un groupe de musique dont il gardera le nom pour son seul usage. Il assiste à la chute du Mur en 1989, année où il co-fonde le collectif Renate, « un espace d’expérimentation et de décloisonnement des genres graphiques ». Très sombres, les premières œuvres de l’artiste sont alors marquées par le sexe et la violence. Les lecteurs français pourront découvrir les traces de cette "punk-attitude" dans Alice embrasse la lune avant qu’elle dorme, BD parue en 2001 aux éditions Amok, rééditée en 2007 par le FRMK-Frémok.
C’est également chez cet "éditeur" que paraitra en 2011 une réinterprétation graphique quelques fois provocatrice, d’un des classiques allemands pour la jeunesse : le Struwwelpeter d’Heinrich Hoffmann, communément traduit par Crasse-Tignasse, devenu ici Pierre-Crignasse. Cette œuvre-hommage est représentative à bien des égards de l’esprit de l’artiste et de son style graphique, reconnaissable entre tous, en particulier dans ses livres pour enfants, à l’intention desquels il s’exprime sans contrainte, dans une liberté de peindre qu’il chérit tout particulièrement.
Principalement réalisée à l'acrylique et aux crayons, cette imagerie unique, luxuriante, colorée et joyeuse, se fait sans cesse "cherche et trouve", où l’artiste accumule, en collectionneur revendiqué, les références aux œuvres graphiques de tout genre, de toutes les époques et pour tous les publics, des plus populaires aux plus unanimement "validées" par l’Histoire de l’art : Babar, les Moumines, Tintin, Astérix, Snoopy, Arthur et Zoé, Little Nemo, Oogley Oo, Mickey, Popeye, Tchebourachka, les Simpsons… cotoient et rencontrent de grandes œuvres de la peinture occidentale, de Bosch à Warhol, en passant par Van Gogh, Duchamps, Matisse, Manet, Munch, Magritte, Kandinsky, Hopper, le Douanier Rousseau, Caspar David Friedrich… sans oublier les estampes ukiyo.e… Les allusions abondent, récurrentes, clins d’œil sous forme de tableaux disséminés dans les intérieurs ou "citations" intimement constitutives de l’illustration, son essence même.
Atak admire tout particulièrement le peintre-naturaliste franco-américain Jean-Jacques Audubon. Il deviendra l’un des principaux personnages du dernier album publié en français à ce jour : Martha était là (Ėd. des Fourmis rouges, 2016). L’on y apprend, racontée par la dernière représente de son espèce (!), comment a disparu en moins de trente ans la tourte voyageuse, cet oiseau endémique le plus abondant d’Amérique du Nord à l’arrivée des européens.
Une importante sélection de peintures originales de Martha, vous sera proposée à la découverte, accompagnée d'objets en 3D "faits mains", de reproduction de photographies et autres pièces prêtées par l'artiste… Seront également présentés ses livres pour enfants publiés en français, son tout dernier album paru en Allemagne en 2021 : Piraten im Garten, ainsi que des ouvrages de l'époque Frémok.
A noter, dans le cadre de l'exposition :
- Samedi 6 novembre à 15h : rencontre avec la directrice des Fourmis rouges, Valérie Cussaguet, auparavant éditrice d'Atak aux éd. Th. Magnier.
- Samedi 27 novembre à 15h : un atelier d'origami destiné aux enfants leur donnera l'occasion de faire "revivre" l'oiseau disparu, suivant le projet initial de l'artiste.
Autoportrait ?
Autoportrait ?
©Atak
Mise à jour le 17/09/2021

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations