Évènement

Gregory Crewdson expose à Paris

Du mercredi 8 novembre au samedi 23 décembre 2023
Gregory Crewdson, The Corner Market, 2021-2022, Tirage numérique pigmentaire monté sur Dibond, 87,5 × 117 cm © Courtesy the ar,st and TEMPLON, Paris —Brussels — New York, Photo: Gregory Crewdson
L’américain Gregory Crewdson dévoile du 8 novembre au 23 décembre à Paris, « Eveningside », sa dernière série en noir et blanc, réalisée entre 2020 et 2022. Dernier volet d’une trilogie développée depuis 2012, cet ensemble de vingt photographies panoramiques frappe par sa netteté troublante et ses ambiances crépusculaires.
Pionnier de la « photographie de mise en scène », Gregory Crewdson développe depuis trente ans un langage photographique unique, où chaque prise de vue est le résultat d’un long travail de production en amont, avec story board, acteurs, construction de décors, plateau technique, effets spéciaux et système d’éclairage sophistiqué.
Avec l’exposition « Eveningside », montrée cet été dans le cadre d’une rétrospective aux Rencontres de la Photographie d’Arles, Gregory Crewdson pousse encore plus loin la frontière entre réalité et fiction. Il invente des paysages suburbains ambigus, où l’immobilité des personnages, figés dans leurs activités quotidiennes les plus banales, est à la fois fascinante et inquiétante. Portrait fictif d’une Amérique entre deux âges, ces scènes campent des figures solitaires, souvent saisies à travers le jeu complexe de miroirs, de devantures de magasins, ou de lieux de passage : ponts, porches, superette ou quincaillerie. Jouant avec virtuosité avec un ensemble d’effets spéciaux – brouillard, fumée, projecteurs, pluie – sa palette en noir et blanc décline des atmosphères à la fois sombres et gothiques, évoquant aussi bien le cinéma classique, que le film noir ou la peinture réaliste d’un Edward Hopper.
Son œuvre oscille entre le poétique et le politique, entre une vulnérabilité de la condition humaine et les paradoxes du rêve américain. La complexité des nuances monochromatiques, leur étrange beauté, agit comme une formidable métaphore des limites insoutenables de de notre monde hyperconnecté, digital et aveuglé. Jamais didactique, Crewdson laisse au spectateur toute liberté pour imaginer les histoires cachées sous la surface et rêver d’autres possibles.
À Propos de Gregory Crewdson
Né en 1962 à Brooklyn, Gregory Crewdson vit et travaille entre New York et le Massachussetts. Il a étudié à SUNY Purchase, New York, puis à l’Université de Yale dans le Connecticut, dont il est aujourd’hui le directeur du programme en photographie. Son travail a été largement exposé et collectionné par de nombreux musées dont le Museum of Modern Art, New York, Metropolitan Museum of Art, New York ; Brooklyn Museum, Whitney Museum of American Art, Los Angeles County Museum of Art, San Francisco Museum of Modern Art, The Smithsonian American Museum de Washington. En Europe, il a récemment exposé au Center for Contemporary Art de Torun en Pologne (2018) ; The Photographer’s Gallery, Londres (2018) ; le FRAC Auvergne à Clermont Ferrand (2017), la Gallerie d’Italia à Turin (2022). Le premier volet de sa triologie, « Cathedral of the Pines », a été exposé en 2017 à la galerie Templon, le deuxième volet « An Eclipse of Moths » en 2020. Il est représenté par la galerie Templon depuis 2004 et cette exposition sera sa cinquième avec la galerie.
Mise à jour le 05/12/2023

À lire aussi

Vous ne connaissez toujours pas ?

Sélection des bons plans intemporels, mais qui valent le coup toute l'année !