Actualité

« Plus vite, plus local, plus juste » : le nouveau Plan Climat de Paris

Mise à jour le 22/11/2023
Promenade Pereire (17e).
Avec son nouveau Plan Climat 2024-2030, Paris amplifie sa lutte contre le changement climatique et accélère ses transformations pour s'adapter. Plus vite, plus local, plus juste, autant de lignes directrices qui ont guidé son élaboration. Il sera présenté en Conseil de Paris en décembre 2023, puis soumis au vote des élus courant 2024.
Opérationnel et concret. Le Plan Climat 2024-2030 est ponctué de 500 actions à mener à court, moyen et long terme, à l’échelle globale, mais aussi dans chaque arrondissement pour que l'ensemble de la population soit concerné par des réalisations, presque au coin de sa rue.
Ce plan sonne la mobilisation générale pour garantir la viabilité de Paris dans un avenir proche, car l'horloge tourne. Il s'agit aussi de respecter l’Accord de Paris en contenant le réchauffement climatique sous les 1,5 °C à l’échelle mondiale, avec des objectifs à 2030 et 2050.
Cinq grands axes ont été définis. Pour chacun d'entre eux, voici des exemples concrets ci-dessous.
Suivre le plan climat
Pour tout savoir en détails sur le plan climat, consultez la page référente avec documents utiles et légaux.

1. Protéger la population face aux conséquences du changement climatique

Une personne boit de l'eau à une fontaine.
Brumisateurs ; Fontaine à eau
Crédit photo : Joséphine Brueder / Ville de Paris

Végétaliser, rafraîchir et adapter la ville

  • Ouverture de 300 hectares d'espaces verts, dont 30 d’ici à 2026, pour atteindre 10 mètres carrés d'espaces verts par habitant, avec notamment la création d'une dizaine de parcs.
  • 120 nouvelles fontaines brumisantes installées par Eau de Paris sur l’ensemble du territoire.
  • végétalisation renforcée des quais pour amplifier l’effet rafraîchissement de la Seine et des canaux parisiens.
  • trois lieux de baignades en Seine seront ouverts dès l’été 2025, comme héritage majeur des Jeux olympiques et paralympiques, au bras Marie (Paris Centre), au bras de Grenelle (15e) et au niveau du parc de Bercy (12e).

Réduire les inégalités face aux dérèglements climatiques

  • Recensement des lieux pouvant servir de refuges (bâtiments publics frais, gymnases enterrés, tunnels et parkings, cours oasis) et identification des moyens à mettre en œuvre pour les transformer temporairement en lieux d’accueil, y compris la nuit.
  • Création d’un plan « Grand Chaud » pour protéger les personnes à la rue de températures extrêmes, sur le modèle du Plan Grand Froid déclenché par le préfet de police en cas de forte rigueur climatique.

2. Réduire drastiquement la pollution liée à la circulation automobile

Réduire la place de la voiture individuelle

Rue aux écoles
Rue aux écoles
Crédit photo : Joséphine Brueder/Ville de Paris
  • Création d’un « cœur piéton » dans chaque arrondissement. Fin 2024, la Ville de Paris inaugurera la première zone apaisée à grande échelle, également dénommée Zone à Trafic Limité (ZTL) dans le centre de Paris. La circulation y sera réservée aux piétons, vélos, transports en commun et à certaines catégories d’usagers (riverains, commerçants, artisans, personnes à mobilité réduite…). À compter de 2024, les autocars de tourisme ne pourront plus circuler dans le centre de Paris et d'ici 2026, un grand cœur piéton sera créé dans chaque arrondissement.
  • Transformation de 60 000 places de stationnement avec débitumisation et végétalisation de l’espace public.

Accompagner vers des mobilités bas carbone

  • Paris tend à devenir une ville de plus en plus cyclable, avec la création de 180 kilomètres de pistes supplémentaires et de 130 000 places de stationnements vélo d’ici à 2026. Dès 2024, 30 kilomètres de nouvelles pistes cyclables relieront les sites olympiques aux différents arrondissements parisiens.
  • Fin des véhicules à motorisation thermique pour le parc de véhicules de la Ville de Paris en 2030. Une première étape sera atteinte en 2026, avec 50 % du parc de véhicules décarbonés ou à faibles émissions. Cet objectif va de pair avec la réduction du parc automobile de la Ville.
  • Une voie sera réservée au covoiturage et aux transports collectifs sur le boulevard périphérique, héritages des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. La vitesse y sera limitée à 50 km/h.

3. Massifier la transformation environnementale du bâti

Dialogues parisiens Comment grandir à Paris - Photo aérienne de l'école de La Brèche aux loups (12e)
Cour oasis
Crédit photo : Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris

Rénover les bâtiments publics et privés

  • Mise en place d’un programme « 1000 toits anti-surchauffe », programme d’isolation d’urgence face aux fortes chaleurs. L'idée est de développer une aide spécifique destinée aux occupants des logements des derniers étages, qui sont les plus exposés aux conséquences sanitaires des vagues de chaleur, pour y mener des travaux d’isolation.
  • Création de 40 000 mètres carrés de toits peints en blanc sur les bâtiments publics de la Ville de Paris. Peu coûteuse, cette mesure permet de réduire de plusieurs degrés la température lors des fortes chaleurs dans des équipements sensibles comme les écoles, les crèches ou les gymnases.

Accélérer la transformation écologique des écoles et des crèches

  • Procéder à des travaux, sur des périodes d’un à deux ans, en intervenant sur tous les champs de la rénovation (enveloppe du bâti et centre thermique, confort d’été, rafraîchissement, travaux d’accessibilité, mise en conformité des installations de ventilation, cours oasis, etc.). L’objectif est de rénover environ 30 écoles et 10 crèches chaque année.

Protéger les enfants de la chaleur

  • Interventions ponctuelles pour déployer des solutions permettant de garantir la présence d’espaces préservés de la chaleur dans toutes les écoles et les crèches, comme l’installation de protections solaires et occultantes ou encore la peinture de toitures en blanc, dans le cas où une rénovation globale ne peut être programmée avant 2030. Les établissements recevant des enfants l’été (centres de loisirs, crèches de regroupement) seront concernés en priorité.

4. Accélérer la sortie des énergies fossiles et viser 100 % d’énergies renouvelables

Panneaux solaires sur le toit de l'Ecole polyvalente de Reims (17e)
Panneaux solaires sur le toit de l'Ecole polyvalente de Reims (17e)
Crédit photo : Clément Dorval / Ville de Paris

Mettre fin à l’utilisation d’énergies fossiles

  • Moins 15 % d’énergies consommées dans les bâtiments municipaux d’ici 2030.
  • Réduire de 30 % la consommation liée à l’éclairage public.
  • Accompagnement vers la sortie du fioul des bâtiments privés et publics d’ici 2030.
  • Sortie des énergies fossiles en 2040 pour tous les équipements publics.
  • Développer 6000 micro-installations de production d’énergies renouvelables sur les bâtiments publics.
  • Faciliter le raccordement des établissements publics aux réseaux de chauffage et de froid urbains.

Massifier la production et l’utilisation d’énergies renouvelables

  • Création et déploiement de 6 000 installations de production d’ENR sur le parc municipal.
  • Augmentation massive de la production solaire parisienne sur les immeubles de logements sociaux, en accompagnant les copropriétés et les grands propriétaires fonciers parisiens.

Préserver les ressources

  • Récupération de la chaleur perdue (métro, égouts, datacenters) sur tout le territoire pour alimenter le réseau de chaleur de Paris.
  • Réduire de 15 % les prélèvements d’eau dans le milieu naturel à l’horizon 2030.
  • Utilisation l’eau de pluie, des eaux d’exhaure (extraction de l'eau d'infiltration contenue dans le sol ou dans une cavité) et l’eau non potable pour l'arrosage des végétaux des parcs et jardins parisiens.

5. Promouvoir et accompagner une économie locale, résiliente et bas carbone

Crédit photo : Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris

Accompagner et investir dans le commerce et l’artisanat local et durable

Produire une alimentation durable plus végétale et locale

  • Préserver et développer les lieux de l'agriculture urbaine sur le territoire
  • Mobiliser ses services, son patrimoine foncier et former des partenariats au profit d'une agriculture durable
  • Introduction de trois repas végétariens par semaine avec 75 % de bio dans les cantines parisiennes d’ici à 2030.

Financer la transition écologique

  • Plaidoyer pour l’instauration d’une taxe sur le e-commerce avec l’explosion des livraisons en s’inspirant de la taxe Amazon.
  • Introduction d’une taxe de séjour de 5 % sur les séjours dans les palaces et hôtels 5 étoiles.
  • Orientation des financements privés vers la transition écologique du territoire grâce à la nouvelle Coopérative Carbone et le Fonds pour Paris.
  • Création du Fonds Paris ESS.
Le nouveau Plan Climat sera présenté en Conseil de Paris en décembre 2023, puis au vote des élus courant 2024.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations