Ville de Paris

Actualité

Paris crée une zone apaisée dans le centre de la capitale

Mise à jour le 15/04/2022
Paris va mettre en place une zone apaisée dans le centre-ville, où le trafic sera rééquilibré au profit des piétons, des cyclistes et des usagers des transports en commun. Cette zone verra le jour au plus tard début 2024.
D'ici 2024, une zone apaisée sera créée pour laquelle le trafic sera limité et la circulation réservée à certaines catégories de véhicules. Le secteur concerné, également dénommé zone à trafic limité (ZTL), sera celui de Paris Centre (1er, 2e, 3e et 4e) et la partie de la rive gauche située au nord du boulevard Saint-Germain (5e, 6e et 7e).

Qu'est-ce qu'une zone apaisée ?

Journée Paris Respire sans voiture 2021
Henri Garat / Ville de Paris
La zone apaisée, également dénommée zone à trafic limité (ZTL), est déjà utilisée par plusieurs villes de France et des grandes villes européennes comme Madrid, Milan ou Rome pour diminuer le flux de véhicules en centre-ville.
Ce dispositif permet de réserver la voirie aux piétons, vélos, transports en commun et à certaines catégories d’usagers (commerçants, artisans, personnes à mobilité réduite…).
En revanche, le trafic de transit, c’est-à-dire les véhicules traversant la zone sans s’y arrêter, y est généralement interdit.

Quels sont grands objectifs de la zone apaisée ?

  • Rééquilibrer l'espace public au profit des piétons, des cyclistes et des usagers des transports en commun, alors que près de 50% de l'espace public est encore aujourd'hui destiné à la voiture
  • Diminuer le volume et la vitesse des véhicules motorisés dans la zone pour faciliter et sécuriser les déplacements à pied et à vélo
  • Faciliter la circulation des riverains, des commerçants et des services publics
  • Proposer des rues plus accueillantes où les habitants de tous les âges peuvent se rencontrer, discuter et jouer en sécurité pour les plus jeunes

Quel sera le périmètre ?

La zone apaisée concernera l’arrondissement Paris Centre, ainsi que la partie des 5e, 6e, et 7e arrondissements au nord du Boulevard St Germain. La zone sera ainsi délimitée par la place de la Concorde à l’ouest, les Grands Boulevards au Nord (Bd des Italiens, Saint-Denis, Saint-Martin, du Temple, Beaumarchais), la Place de la Bastille, le Bd Bourdon à l’est, puis le Bd Saint Germain au sud. La préfecture de police de Paris étant compétente sur une partie des axes concernés, les équipes de la Ville et de la préfecture travailleront ensemble sur ce projet.
Plan de la zone apaisée Paris Respire : Paris Centre et Saint-Germain
Plan de la zone apaisée : Paris Centre et Saint-Germain
Ville de Paris

Quel calendrier ?

Cycliste et piéton lors de la Journée sans voiture 2020
Les modes actifs (vélos, trottinettes…) ne sont pas concernés par la limitation du trafic de transit.
Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris
Après une première phase de dialogue préalable, la Ville a saisi l’Autorité environnementale à la fin 2021. Elle a rendu un avis requérant la nécessité de soumettre le projet de ZTL à une évaluation environnementale.
  • Premier semestre 2022 : lancement d’une étude d’impact.
  • Rentrée 2022 : lancement de l’enquête publique permettant aux Parisien.ne.s, aux Francilien.ne.s et à tous les usagers de Paris, de donner leur avis sur le projet définitif. Les différentes parties prenantes (Ile-de-France Mobilités/RATP, Préfecture de pollce, etc.) seront également consultées.
À la suite de cette procédure, la ZTL fera l’objet d’une déclaration de projet et les travaux nécessaires à sa mise en œuvre seront engagés, dont ceux concernant la mise à double-sens du boulevard Saint-Germain.
  • Fin 2023-début 2024 : lancement de la zone apaisée.

Qui pourra circuler ?

Taxi Parisien
Les taxis et les VTC (voitures de transport avec chauffeur) avec macaron pourront circuler dans la zone apaisée.
Ville de Paris
De nombreux usagers pourront circuler dans la zone apaisée. C’est le cas des personnes résidant dans la zone, des bus, des personnes bénéficiant d’une carte mobilité inclusion ou d’une carte européenne de stationnement. Ce qu'on appelle ainsi le trafic de destination y sera autorisé.
Quelques exemples où l'on pourra se rendre en voiture dans la zone et y stationner
- J’habite dans la zone
- J'y travaille
- J'y réalise des livraisons
- J'y réalise une consultation médicale
- Je vais dans un magasin/commerce
- Je vais dans une galerie d’art
- Je vais chez des amis
- Je vais au cinéma
- Je réalise une intervention/un dépannage professionnel
C'est le trafic de transit qui sera interdit. Par exemple, pour se rendre du 14e arrondissement au 18e arrondissement en traversant la zone. La zone apaisée concerne seulement les véhicules motorisés. Les modes actifs (vélos, trottinettes…) ne sont pas concernés par la limitation du trafic de transit.
Ce principe comporte des exceptions pour les personnes/véhicules suivants.

Voici la liste des dérogations concernant les véhicules motorisés :

Dérogations sans justificatif :
  • pour les véhicules d’intérêt général prioritaire ou bénéficiant de facilités de passage ;
  • pour les véhicules du ministère de la Défense (ceux qui sont non siglés devront présenter un justificatif) ;
  • pour les véhicules de transport en commun ;
  • pour les taxis et voitures de transport avec chauffeur (VTC, avec macaron), auto-partage.
Ces catégories de véhicules sont identifiables visuellement et ne nécessitent pas de produire un justificatif, sauf pour les VTC qui pourront être identifiés grâce à un macaron. Ce macaron pour les VTC est obligatoire depuis le 1er juillet 2017.
Dérogations avec justificatif permanent :
  • pour les véhicules des résidents de la zone et des propriétaires non-résidents ;
  • pour les véhicules affichant une carte “ mobilité inclusion ou une carte de stationnement pour personnes handicapées ;
  • pour les véhicules des commerçants/entreprises domiciliés dans la zone ;
  • pour les véhicules des artisans ;
  • pour les véhicules des titulaires d’abonnement de parking ;
  • pour les véhicules d’auto-écoles…
Dérogations avec justificatif ponctuel :
  • pour les véhicules des clients des commerces/artisans/entreprises/musées/théâtres… de la zone ;
  • pour les visiteurs stationnant dans la zone, des invités des résidents ;
  • pour les accompagnants d’enfants ou de personnes à mobilité réduite ;
  • pour les professionnels intervenant dans la zone -dont les livreurs ; des titulaires d’une autorisation d’occupation temporaire (déménagement, dépôt de bennes)…
Les justificatifs recevables seront, par exemple, un ticket de stationnement dans la zone (en voirie ou en ouvrage), un bon de livraison…

Comment sera contrôlée la zone apaisée ?

Un inspecteur de sécurité de la Ville de Paris contrôle l'attestation d'un passant.
Guillaume Bontemps / Ville de Paris
  • Les contrôles, aléatoires, seront réalisés en sortie de zone. Ils seront pédagogiques pendant toute une période de mise en route et de familiarisation avec la zone.
  • Dans un premier temps, ils seront conduits par la police municipale dans l’attente des solutions technologiques, efficaces et sécurisées juridiquement, que l’État doit développer pour accompagner la mise en place de ces zones en France.

Quels justificatifs seront à présenter en cas de contrôle ?

Pour tous ceux qui se rendent dans la zone apaisée Paris-Centre- Saint Germain :
  • Il sera demandé de fournir le ticket de stationnement en voirie ou dans un parking. Des réflexions sont en cours sur la création de justificatifs dématérialisés.
  • Pour les résidents cela pourra être la carte de droit de stationnement résident pour les habitants de la zone ou un macaron qui leur sera fourni (notamment pour les résidents n’ayant pas la carte de stationnement résident).
  • Pour la plupart des véhicules bénéficiant d’une dérogation pour transiter, il n’y aura pas besoin de justificatif car les véhicules sont reconnaissables à l’œil nu (véhicules de secours et d’urgence, bus, vélo, taxi, autopartage, PMR, VTC qui doivent avoir un macaron, ambulances,…).

Le saviez-vous ? On estime que seulement 30% des "transiteurs" ont absolument besoin de leur voiture

Sur l’ensemble du trafic passant par le centre de Paris, une part très importante est constituée de transit, c’est-à-dire de personnes traversant le centre de Paris sans s’y arrêter. Ce trafic de transit est composé en majorité de Parisiens, qui disposent donc d’alternatives nombreuses à l’usage des modes motorisés.
Décomposition du trafic de transit dans le centre de Paris selon les origines et destinations des conducteurs
Décomposition du trafic de transit dans le centre de Paris selon les origines et destinations des conducteurs
Ville de Paris
L’essentiel de ces flux est composé de voitures et deux-roues motorisés utilisés pour des déplacements domicile-travail simples. Les “véhicules de service” (véhicules utilitaires, taxis, poids lourds) ne représentent que 33% du trafic.
On estime enfin que seulement 30% des transiteurs ont absolument besoin de la voiture pour effectuer leur trajet (port de charge, trajets complexes, absence de solutions en transport en commun). Pour les 70% restants, la voiture est avant tout une commodité.
La carte ci-dessous donne une représentation de la part de trafic de transit dans la circulation générale sur les axes du secteur en heure de pointe.
Cliquez sur les flèches en bas à gauche et à droite pour afficher / masquer la légende.

Quels résultats pour la concertation ?

En 2021, la Ville a lancé un dialogue préalable, avec une consultation sur l'instauration d'une zone à trafic limité dans le secteur.
D’un point de vue quantitatif :
1. 801 contributions ont été émises dans le cadre du dialogue préalable lors de la réunion publique et des dix ateliers qui se sont tenus en ligne. Ils ont rassemblé des citoyens, des professionnels, des syndicats, des associations d’usagers et toutes les parties prenantes. Ces contributions sont soit orales, soit rédigées dans le chat du Zoom, et 12 contributions ont été reçues par mail entre juin et juillet 2021.
2. 6 779 réponses de Francilien.ne.s au questionnaire en ligne sur idee.paris.fr du 12 mai au 30 juin 2021, 388 contributions libres qui ont fait l’objet de 8 052 votes.
Sur l’opportunité du projet :
- 24% des répondants font état d’un avis favorable à la philosophie du projet, et 6% estiment que cette mesure constitue une première étape pour apaiser le centre de Paris.
- 22% des répondants font état d’une opposition au projet.
- 38% des répondants mentionnent des craintes quant aux externalités négatives que pourrait engendrer la mise en place d’une ZTL.
Nouveaux usages plébiscités et perspectives :
Les répondants citent les espaces pour :
- S’assoir / se reposer (45%),
- Se retrouver / partager (44%),
- Se rafraichir (40%).
Sont attendus de la limitation du trafic :
- Une diminution de la pollution de l’air
- Diminution de la pollution sonore
- Davantage de confort de circulation pour les piétons et vélos

Les futurs usages

En parallèle de ce projet, la Ville de Paris a initié la démarche « Embellir votre quartier » sur la globalité de son territoire, afin de transformer les espaces de votre quotidien. Plus de végétalisation, des zones piétonnes, des pistes cyclables, ou encore du mobilier adapté aux nouveaux usages pourront être implantés suite à des démarches de concertation à l’échelle des quartiers. Des réflexions sont également en cours sur des modifications du plan de circulation dans le quartier du Marais, afin d’y apaiser la circulation.
Ci-dessous, une galerie d'usages potentiels dans ces espaces libérés du trafic.

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations