Ouvrir la recherche
Focus

À la découverte du trésor caché du réservoir Montsouris

Mise à jour le 12/03/2020
Situé à proximité du parc Montsouris, il est l'un des cinq plus importants réservoirs d’eau potable de Paris. Suivez-nous à l'intérieur de ce lieu insolite.
Le réservoir Montsouris (*) est l’un des cinq principaux réservoirs de stockage d'eau potable de Paris, avec ceux de L’Haÿ-les Roses, Saint-Cloud, Ménilmontant et Les Lilas. Cet ouvrage, fermé au public, recèle, en souterrain, deux étages comprenant quatre compartiments de 254 m de longueur sur 127 m de largeur chacun. Il comporte au total 1 800 piliers permettant de soutenir ses nombreuses voûtes et arcades sur ces deux niveaux. Aujourd’hui, il est toujours utilisé par Eau de Paris pour distribuer l’eau aux robinets des Parisiens.

Un peu d'histoire sur cet ouvrage mythique du patrimoine de l’eau potable

Autrefois appelé « réservoir de la Vanne » puis « de Montrouge », le réservoir de Montsouris fut longtemps la plus grande réserve d’eau potable de la capitale, voire du monde. Conçu au XIXe siècle par l’ingénieur Eugène Belgrand sur l’un des plus hauts points du sud de Paris, il accueillait alors les eaux souterraines captées dans la région de Sens (89) et acheminées par l’aqueduc de la Vanne, sur plus de 150 km. Les travaux débutés en 1869 ne seront achevés que cinq ans plus tard, en 1874, suite aux troubles de la Commune et à la guerre contre la Prusse (1870-1871).
Lanterne principale du réservoir Montsouris
Vue du lanternon principal d’arrivée des eaux au réservoir de Montsouris
François Grunberg / Ville de Paris
Qui est Eugène Belgrand?
Eugène Belgrand (1810-1878) était ingénieur général des Ponts et Chaussées, connu pour sa participation aux travaux de rénovation de Paris dirigés par le baron Haussmann dans la seconde moitié du XIXe siècle.
On lui doit le grand projet d’adduction d’eau de source, le développement du réseau des égouts de Paris et la création d’un double réseau d’eau potable et non potable.

La visite commence par le lanternon principal d’arrivée des eaux

Aujourd'hui, les eaux souterraines conduites par les aqueducs du Loing, du Lunain et de la Voulzie arrivent dans deux grandes cuvettes, appelées bâches, dans le lanternon principal, partie visible qui domine le réservoir. Cette eau jaillit depuis des canalisations verticales, nommées tulipes, avant d’être dirigée vers les différents compartiments du réservoir.
Le plafond du lanternon a été réalisé au début du XIXe siècle par Janin Frères et Guérineau, manufacture de céramique à Paris. Y sont représentées les armoiries de la Ville de Paris et les noms des sources qui ont successivement alimenté le réservoir de Montsouris : Vanne (1874), Loing et Lunain (1900), et enfin Voulzie (1925). De nos jours, la source de la Vanne n'alimente plus le réservoir.

Pénétrez ensuite dans la grotte du réservoir

À l’entrée, dans une paroi en faux rochers, d’anciens aquariums sont installés. Ils contenaient autrefois des truites sensibles aux pollutions. Appelés truitomètres, ils servaient à tester la qualité de l’eau. Si la truite montrait des signes d’affaiblissement, l’eau était alors considérée comme polluée et était dirigée vers l’égout. Son usage a été arrêté en 1996 et remplacé par les analyses en laboratoire.

Poursuivez votre excursion en découvrant quelques mètres sous terre la « cathédrale de l’eau »

Avant d'y arriver, il faut passer par la chambre des vannes qui est située sous le lanternon principal. Cette chambre commande l’arrivée des eaux à Montsouris. On y aperçoit deux conduites verticales en fonte qui sont les deux tulipes d’arrivée des eaux du Loing, du Lunain et de la Voulzie. Tout au long de son trajet, l’eau circule par gravité. Protégée de l’air, elle conserve ainsi la température initiale de sa source.
Vous voilà arrivés dans l'antre du réservoir et au clou de la visite : la « cathédrale de l’eau ». C'est à ses galeries voûtées et ses 1800 piliers maçonnés en forme d’arcs pour soutenir le poids du réservoir que le lieu doit son surnom. Cette cathédrale d'une eau bleue lagon renferme plus de 200 000 m3 d’eau potable maintenue à une température de 12 °C.
Protégée de toute pollution et de la chaleur du soleil, l’eau est ici stockée avant d’être distribuée dans le centre de Paris.
* Le réservoir de Montsouris est soumis au plan Vigipirate alerte attentat. Aucune visite par le public n'est possible.
Quelques chiffres sur l'eau de Paris

- 6 usines de traitement d’eaux de rivière et d’eaux souterraines : Orly, Joinville, Sorques, Longueville, Saint-Cloud, L’Haÿ-les-Roses
- 5 réservoirs d’eau potable situés aux portes de Paris: Ménilmontant, Montsouris, Saint-Cloud, Les Lilas, L’Haÿ-les-Roses
- 1200 fontaines et points d’eau potables dans Paris
- plus d' 1 million de mesures de qualité réalisées chaque année
- 490 000 m3 d'eau potable consommés en moyenne par jour à Paris
Source : Eau de Paris : À la découverte du réservoir Montsouris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.