Évènement

La traversée des apparences. Quand la mode s'invite au Musée national d'art moderne - Carte blanche à Laurence Benaïm

Du mercredi 24 janvier au lundi 22 avril 2024
Ulrike Ottinger  Liebsperlen (Perles d'amour), 1967  Don des amis du Centre Pompidou, Cercle International - Global, 2023
Commissariat : Laurence Benaïm, journaliste, auteure de nombreux livres consacrés à la mode et au style.
Après « Yves Saint Laurent aux Musées » en 2022, le Centre Pompidou invite Laurence Benaïm à poursuivre le dialogue entre art et mode en imaginant une conversation chromatique
et conceptuelle entre silhouettes de créateurs et œuvres de la collection du Musée
national d’art moderne. Célébrer le corps en mouvement, son rapport intime au vêtement et à l'espace pour une exposition en forme de célébration des liens puissants qui unissent mode et création artistique.
De Christian Dior à Iris van Herpen, d'Azzedine Alaïa à Thebe Magugu, de Jean-Paul Gaultier à Issey Miyake en passant par Chanel ou Charles de Vilmorin, le parcours, jalonné
par dix-sept modèles, trace des lignes de correspondance entre créateurs de mode
et artistes, modernes ou contemporains. Affinités électives, obsessions partagées : à chaque fois, une silhouette réinventant l'anatomie, usant du trompe-l'œil ou de prothèses, dialogue avec une œuvre ou un courant artistique. Un voyage dans l’imaginaire formel des designers de mode et un nouveau regard sur la collection du Centre Pompidou.
Depuis le début du 20e siècle, l'art et la mode dialoguent autour de collaborations (Helmut Lang, Louise Bourgeois et Jenny Holzer) et d'inspirations réciproques (Andy Warhol et Yves Saint Laurent). Paul Poiret est l'un des premiers couturier à échanger avec des artistes comme Robert Delaunay, André Derain, Constantin Brancusi, Pablo Picasso ou encore Raoul Dufy. Elsa Schiaparelli et Yves Saint Laurent sont deux autres fameux exemples. Depuis, les allers- retours n'ont jamais cessé, l'un se nourrissant de l'autre − et inversement. Cette proposition de parcours au sein de la collection du Centre Pompidou permet d'illustrer cette effervescence et d'animer les œuvres exposées en regard.
« La Traversée des apparences » ne propose pas un discours pédagogique sur la mode,
ni un argumentaire pour la reconnaître comme un art à part entière. Il n'y a pas de doute ;
La mode est bien plus qu'une simple expression artistique ou une tendance éphémère.
Elle peut être un puissant outil de revendication politique et sociétal, permettant aux stylistes de partager leurs convictions et de défendre des causes qui leur tiennent à cœur. En effet, les parcours de vie des créateurs de mode sont souvent étroitement liés à leur époque, ce qui les pousse à utiliser leur art pour exprimer leurs idées et leurs luttes.
L’exposition vue par Laurence Benaïm
« Un voyage en forme de conversations chromatiques et formelles, de réminiscences,
de rencontres cadencées par les ruptures qui marquent l’histoire du 20e et du 21e siècle, outrepassent les limites pour redéfinir de part et d’autre des vocabulaires stylistiques.
Une histoire de correspondances plus que de similitudes, d’affinités électives et d’obsessions. Au-delà de la sempiternelle question (est-ce de l’art ?) et de toutes les justifications
que la mode inspire : un hommage à ces forces intérieures sans lesquelles il n’est pas
de droit d’oser, de transcrire des songes en les habillant. »
Mise à jour le 06/02/2024

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations