Ville de Paris

Actualité

Les Buttes-Chaumont entament une rénovation historique

Mise à jour le 01/07/2022
Toute la partie centrale du parc, qui abrite notamment l'emblématique temple de Sibylle, va être rénovée sur plusieurs années. Un chantier rendu nécessaire par la fragilité des infrastructures édifiées sur une ancienne carrière de gypse.
Créé il y a plus de 150 ans, le parc des Buttes-Chaumont est le plus grand parc parisien intra-muros. Il draine à lui quelque 6 millions de visiteurs chaque année. Et pour cause : il est une véritable ode à l'art paysager, et constitue aussi une prouesse technique, car construit sur une ancienne carrière de gypse.
De fait, ce site emblématique est historiquement sous surveillance. Sa nature instable a nécessité plusieurs réfections depuis son inauguration, et notamment ces dernières années. Douze millions d’euros ont déjà été investis dans son entretien et sa rénovation.
Celles à venir sont toutefois les plus importantes jamais réalisées depuis 150 ans. Une enveloppe de 6 millions d'euros sera dans un premier temps consacrée aux travaux et aux études complémentaires.

Les grands travaux à venir

Le parc a fait l’objet d’études et d’entretiens réguliers ces dernières années, avec un suivi encore renforcé récemment, qui a conduit la Ville de Paris à mettre plusieurs zones en sécurité (lire l'encadré ci-dessous).
Le projet à venir impliquera notamment :
  • des travaux sur la rivière Manin,
  • le curage du lac,
  • la poursuite des études pour identifier les zones fragilisées à rénover,
  • des travaux sur l’île et la falaise.
Ils engageront les services de la Ville, dont celui spécialisé dans les carrières, les services de l’état, dont le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), ainsi que plusieurs experts via des marchés publics, sans oublier les usagers qui seront associés au projet dans les années à venir. Par ailleurs, plusieurs études restent à mener dans les prochaines années afin de poursuivre la sécurisation du site.
Un parc sécurisé, mais toujours ouvert au public
Si une partie des infrastructures est aujourd'hui inaccessible (belvédère, temple de Sibylle, chemin des Aiguilles), 95 % du parc reste ouvert au public. Car bien que ce chantier soit le plus important depuis la création du parc il y a 150 ans, il ne concerne que 5 % du site.

Des expertises menées en 2021

En 2021, la Ville de Paris s’est entourée et appuyée des experts du service de l’Inspection générale des carrières et du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), établissement public de référence dans les applications des sciences de la terre pour gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol, dans une perspective de développement durable.
Le BRGM a réalisé une étude « ligne à ligne » et « secteur par secteur » du jardin, qui a permis, grâce à l’analyse quasi exhaustive de tous les documents produits depuis 1860 et de visites de terrain, de retracer l’historique détaillé du site depuis 150 ans et de constituer une première « image de référence ». Plusieurs points ont été identifiés :
  • les « fissures, fontis et instabilités », par exemple la passerelle du Temple, la petite cascade du lac ou le lac ;
  • les zones qui présentent des affaissements récurrents du sol, comme devant la grotte ;
  • les problèmes de stabilité et de stabilité des stalactites maçonnées.

Un vaste chantier de rénovation

Le temple de Sibylle, construit en 1866 par Gabriel Davioud et inspiré par le temple de Vesta à Tivoli, en Italie, est la fierté du parc des Buttes-Chaumont. Deux principaux enjeux ont été identifiés, à savoir la rénovation des sous-sols et de superstructures.

2022- 2024 : deux années pour engager un chantier exceptionnel

Dès aujourd’hui, il s'agit de s’approprier les recommandations du BRGM, dont l'étude doit prochainement être publiée.
La BRGM va également réaliser une analyse approfondie du parc, plus particulièrement au niveau de l’interface entre la roche et le revêtement, et de la dalle portée du lac. Cette étude complémentaire s’appuiera à la fois sur la collecte des archives, données et analyses, et sur des prélèvements, sondages et investigations techniques et géotechniques sur les ouvrages, y compris sous le lac.
Le confortement technique des 770 mètres de parois linéaires, de parois verticales et de la grotte va aussi être préparé. Des investigations complémentaires et une surveillance appropriée seront menées à cet effet.

Dès 2023 : engager un dialogue « compétitif et citoyen »

Un dialogue compétitif avec des entreprises du BTP sera lancé en vue de retenir une entreprise à même de réaliser un confortement pérenne des structures et ouvrages du parc (durée prévue : 18 mois de procédure, puis 12 mois d’études avec le titulaire).
Car si les rénovations du parc ne sont pas remises en cause, on ne connaît pas le chemin pour y parvenir. Le dialogue compétitif est la seule procédure où on ne discute pas les offres, mais le cahier des charges. Les répondants vont proposer des méthodes pour répondre aux besoins de la Ville afin de construire de manière collective le cahier des charges final.

D’ici 2026

En 2024, une exposition historique mettra en lumière la construction du parc. Puis un premier temps fort verra le curage du lac, avant que les premiers travaux ne soient lancés.

Dispositifs déployés pour la sécurité du public

Dès septembre 2021, les barrières de chantier ont été disposées pour empêcher l’accès au belvédère, à l’un des chemins de la grotte et à la petite cascade. Un barriérage protège également les visiteurs de potentielles chutes de pierre le long des falaises de la route circulaire du lac.
Des intrusions sont néanmoins à déplorer et mettent en danger les personnes. C’est pourquoi, en mai 2022, la Ville a commandé des barrières en barreaudage, plus difficiles à escalader, pour remplacer les barrières de chantier en juin 2022.
Il est également prévu une extension latérale des barrières pour limiter les intrusions sur les côtés, et un retour sur 30 mètres de longueur sur le chemin d’accès au temple.

Les barrières actuelles

Une signalétique spécifique a également été installée dès octobre 2021 pour interdire l’accès au temple, en informant les usagers de risque d’instabilité des sols et d’effondrements. Ces affiches sont disposées largement au niveau des zones concernées.
Le risque d’effondrement est clairement indiqué et une carte des zones fermées au public est affichée.
Un panneau 180*180 rappelle également l’aspect artificiel du parc et les raisons qui conduisent à mettre en sécurité certaines zones. Les étapes à venir sont succinctement décrites. Sept exemplaires de ce panneau sont disposés aux entrées du parc et sur les lieux des travaux.

Tout savoir sur l'actualité parisienne

Chaque vendredi, recevez directement chez vous toute l’actualité parisienne par mail. Déplacements, transformation de la ville, nouveaux projets, Jeux olympiques et paralympiques, bons plans, etc… On vous dit tout des temps forts de l’info municipale.
Default Confirmation Text
Settings Text Html

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations