Ville de Paris

Évènement

RENCONTRES INATTENDUES : Ugo Rondinone

Du mardi 5 octobre au mercredi 15 décembre 2021
Dans tout Paris, plus de 80 œuvres du Fonds d'art contemporain - Paris Collections s'installent dans les lieux de votre quotidien. À découvrir au fil de 5 parcours thématiques.

RENCONTRES INATTENDUES / Parcours 1 - Paris est une fête

Avec

Ugo Rondinone

Ugo Rondinone, Cry me river, 2002
Ugo Rondinone, Cry me river, 2002
Ugo Rondinone, Cry me river, 2002
Cry me a river
1997
Installation
Plexiglas et néon
750 x 350 m 
Don de la Caisse des Dépôts et Consignations, 2006
© Ugo Rondinone Courtesy of the Artist and Almine Rech Gallery

En savoir + sur l'ARTISTE

Né en 1964, Brunnen (Suisse), Vit et travaille à Zürich et New York.
Artiste reconnu sur la scène internationale des arts visuels, Ugo Rondinone réalise une œuvre polymorphe, d’une grande richesse plastique et conceptuelle : installations, vidéos, peintures, photographies, sculptures, néons, dessins, écrits poétiques, qui échappent à toute classification. Ses œuvres prennent place autant dans l’espace de la galerie que dans l’espace public, construisant un monde onirique et mélancolique mêlant fantasmes personnels et images de la société contemporaine.
L’artiste passe des couleurs séduisantes de la culture Pop à des œuvres plus sombres. Dans ses installations vidéo, il crée un environnement visuel et sonore qui renvoie le spectateur à une contemplation hypnotique de l’œuvre diffusée en boucle. Aux valeurs synonymes de puissance, il oppose une œuvre fondée sur le plaisir et le jeu. Aux activités trépidantes de la civilisation, il répond par la liberté du vagabondage et du rêve, l’errance, l’oisiveté, l’intériorisation de l’émotion. Dans une douce mélancolie, il opère un réenchantement du monde qui évoque un certain romantisme.
Figurant souvent dans ses installations et vidéos, Ugo Rondinone se met en scène, en clown triste et silencieux ou en figure de magazine de mode ; il joue sur sa propre identité et personnalise ainsi une forme de désenchantement contemporain.
Artiste représenté par la galerie Kamel mennour.

En savoir + sur l’OEUVRE

Cry me a river (1997) fait partie d’une série de grands arcs-en-ciel lumineux réalisés pour l’espace public. Porteurs de messages simples, ils éclairent le ciel des grandes villes comme autant de devises ou de confessions à l’adresse des passants : Where do we go from here, Dog days are over, Our magic hour, Love invents us, Everyone gets lighter. Les phrases semblent évoquer le titre d’un poème ou les paroles d’une chanson oubliée, traçant dans la nuit des messages venus du ciel. Cry me a river est le titre d’une chanson populaire des Etats-Unis écrite en 1953 par Arthur Hamilton. Devenu un standard de jazz, cette chanson sentimentale a été interprétée par de nombreux artistes.
Mise à jour le 06/10/2021

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations