Ouvrir la recherche
Focus

La propreté de Paris au fil des siècles

La propreté de Paris, c’est aussi un patrimoine, un panel de métiers, du matériel et des usages qui ont évolué au fil du temps… Toute une histoire à parcourir sur notre frise interactive.
Cette frise a été réalisée à partir du travail de la mission patrimoine professionnel de la Direction de l'Immobilier, de la Logistique et des Transports de la Ville de Paris.

Une histoire collective

Jusqu'à l'Antiquité, les hommes, nomades, laissent leurs détritus se détériorer autour de leurs campements. Avec la sédentarisation et l’édification des premières cités, la concentration humaine dans les villes multiplie la quantité et la nature des déchets : détritus alimentaires, excréments, eaux usées, boues. Les habitants des villes, ignorant que les déchets peuvent être cause de maladies, ne se soucient pas de l’insalubrité.
Au Moyen Âge et encore après, les rois de France tentent de mettre de l’ordre, demandant aux citadins d’endosser les rôles du balayeur et de l’éboueur. Sans succès. Les villes restent sales. Il faut attendre le règne de louis XIV pour que des réformes commencent à être mises en œuvre. Au XVIIIe siècle, les savants du siècle des Lumières entrevoient un lien entre saleté et épidémies : c’est l’avènement d’une préoccupation plus grande pour l’hygiène. Mais en dépit d’une gestion plus sévère des immondices, les villes restent insalubres à l’aube du XIXe siècle.

Service public et professionnalisation

A Paris, apparaît alors la notion de service public pour les égouts, l’eau, la voie publique ou l’éclairage. Le recours à des compagnies privées est progressivement écarté par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, éduqués dans une culture soucieuse de l’intérêt public. Au cours de ce siècle, les ingénieurs et les services accumulent une expérience technique et une vision synthétique des services urbains. Des personnels sont peu à peu engagés par les pouvoirs publics afin d’assurer le nettoiement urbain. On investit dans du matériel pour nettoyer, balayer, aspirer, collecter les ordures ménagères puis urbaines. C’est pourquoi le XIXe s’achève avec de profonds changements qui font évoluer durablement la collecte des ordures ménagères et leur traitement, de même que l’assainissement.
Le XXe siècle poursuit cet effort par un accroissement de la mécanisation et des effectifs avec une professionnalisation et une amélioration des conditions de travail et de sécurité des agents. Puis avec les innovations technologiques (motorisation des véhicules, informatisation, améliorations technique) et managériales (nouvelles méthodes de management et de gestion, nouvelles organisations du travail, formations), une attention croissante est alors portée aux questions écologiques et environnementales.
Aujourd’hui, les questions de salubrité et d’hygiène sont toujours d’actualité et restent l’affaire de tous.

La propreté de Paris au fil de l'Histoire en images

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.