Ville de Paris

Évènement

Énergies, une expo­si­tion de Judith Hopf à Bétonsalon et au Plateau

Du jeudi 22 septembre au dimanche 11 décembre 2022
Bétonsalon s’asso­cie avec Le Plateau, Frac Île-de-France pour accueillir une expo­si­tion en deux volets de Judith Hopf.
Exposition du 22 sep­tem­bre au 11 dé­cem­bre 2022
Une expo­si­tion à Bétonsalon — centre d’art et de recher­che et au Plateau, Frac Île-de-France, Paris
Ouverture au Plateau : mer­credi 21 sep­tem­bre, de 18h à 21h
Ouverture à Bétonsalon : jeudi 22 sep­tem­bre, de 16h à 21h
Commissariat : François Aubart, Xavier Franceschi, Émilie Renard
Bétonsalon s’asso­cie avec Le Plateau, Frac Île-de-France pour accueillir une expo­si­tion en deux volets de Judith Hopf.
Depuis les années 2000, l’artiste alle­mande réa­lise des sculp­tu­res et des films ali­men­tés par des réflexions sur les rela­tions que les êtres humains entre­tien­nent avec la tech­no­lo­gie. Pour cette pre­mière expo­si­tion mono­gra­phi­que en France, Judith Hopf réunit des œuvres exis­tan­tes et iné­di­tes. Certaines se font en écho d’une expo­si­tion à l’autre. Son titre, Énergies, dési­gne ce qui ali­mente chacun de nos appa­reils électriques au quo­ti­dien, envi­sagé depuis un point de vue tech­ni­que comme phi­lo­so­phi­que.
Alors qu’au Plateau, les œuvres tour­nent autour de la trans­for­ma­tion du pay­sage en source d’énergie, c’est plutôt de sa consom­ma­tion dont il est ques­tion à Bétonsalon. Une sculp­ture créée pour l’occa­sion repré­sente un éclair, une explo­sion natu­relle qui rap­pelle l’ori­gine de l’électricité, sa puis­sance comme son danger. Son exploi­ta­tion est au cœur d’Énergies où sculp­tu­res et films évoquent un monde dépen­dant d’une électricité consom­mée sans consi­dé­ra­tion pour ses condi­tions de pro­duc­tion. On y décou­vre ainsi les Phone Users, des figu­res humai­nes occu­pées à regar­der leurs télé­pho­nes. Absorbées dans la contem­pla­tion de leurs écrans, elles sem­blent cou­pées de leur envi­ron­ne­ment immé­diat qui est com­posé de sculp­tu­res d’épluchures de pommes sur­di­men­sion­nées.
L’œuvre de Judith Hopf est pleine des para­doxes qui tapis­sent notre quo­ti­dien et qu’elle fait appa­rai­tre dans toute leur étrangeté. Les nom­breux retour­ne­ments et dépla­ce­ments qu’elle met en jeu dans son œuvre, en repré­sen­tant des scènes si fami­liè­res qu’elles en devien­nent inso­li­tes voire sar­cas­ti­ques, sont autant d’invi­ta­tions à penser des alter­na­ti­ves, à voir autre­ment plutôt qu’à consom­mer tou­jours plus et plus vite.
D’ailleurs Énergies n’est pas sans rap­pe­ler qu’en cette période de com­mu­ni­ca­tion par visio­confé­rence, il en faut de gran­des quan­ti­tés, électriques et humai­nes, pour monter des expo­si­tions. Les Phone Users en sont la méta­phore, à sup­po­ser qu’ils cher­chent à se join­dre entre les deux expo­si­tions, et qu’ils ten­tent de com­mu­ni­quer jusqu’à s’annon­cer les uns aux autres : « Y’a plus de réseau. »
Cette expo­si­tion en deux volets est copro­duite avec Le Plateau, Frac Île-de-France et reçoit le sou­tien de l’Institut für Auslandsbeziehungen, ainsi que des gale­ries Deborah Schamoni, Munich et kauf­mann repetto, Milan et New York.
Mise à jour le 29/07/2022

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations