Ville de Paris

Évènement

« L'hôtel de la dernière chance », une exposition en hommage aux hommes précaires

Du mardi 11 octobre 2022 au vendredi 13 janvier 2023
Le photographe Alexis Vettoretti rend hommage à ces hommes précaires de la zone grise, ceux qui vivent de petits boulots et habitent dans un hôtel du nord-est parisien. Une exposition à retrouver à la Fabrique de la Solidarité du 11 octobre au 13 janvier.

Café - rencontre avec l’artiste Alexis Vettoretti

Le vendredi 9 décembre à de 14h à 16h.
Profitez d’un évènement convivial pour découvrir l’exposition« L’hôtel de la dernière chance » à la Fabrique de la Solidarité.
A programme :
- Une visite guidée par l’artiste Alexis Vettoretti
- Une projection du film chanté de l’exposition
- Un temps d’échange avec l’artiste autour d’un café solidaire
Le photographe Alexis Vettoretti a rencontré pendant plusieurs mois les locataires d'un hôtel du nord-est parisien. L’artiste, récompensé en 2021 par le prix Roger Pic, a souhaité mettre en lumière leur vie, leur quotidien et leur parcours.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Les mots de l'artiste

« Il y a des hôtels où l’on reste, des hôtels qui ne sont pas faits pour une ou deux nuits. Dans celui-là, certains y sont depuis vingt ans. Vingt ans qu’ils sont dans cette chambre. Ici, on ne juge pas celui qui vient poser ses valises, on est trop conscient que la vie peut être dure dehors.
À l’intérieur, on a le luxe d’être en sécurité, de ne pas craindre le froid qui nous mord en hiver et de pouvoir regarder le monde à travers sa fenêtre. Les hommes restent ici parce qu’ils n’ont nulle part où aller, peur de se casser la gueule encore une fois, une fois de trop.
Les années filent vite ici et on s’habitue au bruit du voisin, celui de la chambre de gauche, celui du dessus… Alors on fait attention à celui en dessous.
Durant quelques mois, je me suis rendu régulièrement dans un hôtel dit social d’un quartier populaire du nord-est de Paris. Voilà plus d’un demi-siècle que ce lieu accueille des hommes dans ces 14 chambres, pour un loyer moyen de 500 € par mois pour quelques mètres carrés.
Ils s’appellent Jean-François, Rolland, Pascal et vivent dans une chambre, sans cuisine, toilettes et douche à l’extérieur. Ils sont travailleurs précaires, retraités ou sans emploi. Ils font partie de la « zone grise ».
Une zone de notre société boueuse, où quand on y met le pied, il est difficile d’en sortir. Elle s’accroche aux godasses et laisse des traces. Elle empêche aussi d’agir, pire, de réagir. »
Mise à jour le 24/11/2022

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations