Ville de Paris

Évènement

« Françoise Pétrovitch. Derrière les paupières » à la bibliothèque François-Mitterrand

Du mardi 18 octobre 2022 au dimanche 29 janvier 2023
Depuis ses premières gravures à la fin des années 1980 jusqu’aux recherches les plus récentes, l’œuvre protéiforme de Françoise Pétrovitch questionne avec autant de subtilité que d’acuité l’univers de l’enfance et de l’adolescence, la féminité ou encore l’intimité.
Naviguant entre intériorité et extériorité, inquiétude et légèreté, force et fragilité, l’artiste interroge les façons d’être au monde. Son trait singulier sillonne l’entre-deux et raconte la dualité des existences. La BnF présente une centaine de pièces emblématiques de son œuvre graphique : estampes, livres d’artistes, dessins et croquis, œuvres anciennes ou très récentes, parfois inédites, de formats et de techniques variés.

L’estampe au cœur du travail de création

Aux côtés du dessin, de la sculpture, de la céramique et de la peinture, l’estampe constitue un espace de recherche essentiel dans la pratique de Françoise Pétrovitch. Reconnue pour sa maîtrise de toutes les ressources des procédés d’impression, elle a été invitée, dans le cadre de la commande publique, à créer des gravures chez des imprimeurs de renom, pour la Chalcographie du Louvre, le Centre national des arts plastiques ou encore le MAC/VAL.
Enseignante à l’école supérieure Estienne de Paris, Françoise Pétrovitch a été récemment exposée à la Galerie des enfants du Centre Pompidou avec l’installation interactive Passer à travers.

Un univers singulier entre angoisse et merveilleux

L’exposition présente près de 75 estampes : gravures, sérigraphies, lithographies et 16 livres d’artiste réalisés par Françoise Pétrovitch, œuvres de formats modestes ou monumentaux, anciennes ou récentes, inédites parfois. Elle les met en dialogue, dans un jeu d’associations et de contrepoints, avec une quinzaine de céramiques et de grands dessins fluides au lavis d’encre, révélant les motifs récurrents dans le travail de l’artiste.
Figures humaines et animales, formes hybrides, fragments, changements d’échelle et cadrages audacieux, subtilité des couleurs et des transparences composent un univers marqué par la dualité dans lequel cohabitent humour et gravité, force et vulnérabilité, angoisse et merveilleux.
Françoise Pétrovitch, Nocturne, 2017, aquatinte en rouge, 66 x 50 cm, édition MEL Publisher
Françoise Pétrovitch, Nocturne, 2017, aquatinte en rouge, 66 x 50 cm, édition MEL Publisher
Crédit photo : © BnF, département des Estampes et de la photographie © Adagp, Paris, 2020

Une artiste face au monde

Le parcours de visite est construit autour de trois atmosphères évoquant trois attitudes face au monde. Derrière les paupières ouvre l’exposition sur les images d’une intériorité silencieuse et hors du temps, les figures aux yeux clos ou masqués et les paysages imaginaires des séries des Nocturnes, des Sommeils ou des Iles. Dans Tout s’y passe à l’envers, un joyeux rassemblement d’estampes et de céramiques suggère, entre provocation et pudeur, l’incertain, l’ambivalence, les tensions entre rêve et réalité qui caractérisent l’adolescence, cet entre-deux entre l’enfance et l’âge adulte.
Les éditions, livres et estampes regroupées dans Entendre les bruits du monde évoquent enfin une relation à l’autre volontaire, en prise sur l’actualité. Le rapport à la réalité se construit dans l’échange, s’exprime par les mots, ceux des auteurs dont les textes accompagnent les dessins de l’artiste, ceux imprimés sur les pages de cahiers d’écoliers réemployées en gravure, ceux entendus à la radio que restituent les croquis saisis sur le vif de Radio Pétrovitch.
Mise à jour le 28/07/2022

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations