Ville de Paris

Évènement

La Bible d'Albe. Tolède 1422-1433

Le jeudi 17 novembre 2022
Conférence de Sonia Fellous, Institut de recherche et d'histoire des textes, CNRS Dans le cadre de la nouvelle saison du cycle « Art et archéologie du judaïsme » conçu par le mahJ avec l'Ecole du Louvre. Ces conférences s'adressent aux amateurs, curieux de l'histoire, et aux étudiants !
Traduction en castillan des vingt-quatre livres de la Bible hébraïque, la Biblia de Alba fut commandée en 1422 au rabbin Moïse Arragel de Guadalajara par par le Grand maître de l’Ordre de Calatrava, un ordre militaire et religieux chargé de la reconquête de l’Espagne sur l’Islam. Cet éminent personnage, doté d’un grand pouvoir politique, Don Luis González de Guzmán, souhaite se plonger dans la lecture de la Bible des Juifs et faire traduire son texte en castillan et l’accompagner de miniatures luxueuses. À la demande du commanditaire, le rabbin Arragel a juxtaposé au texte biblique de très nombreux commentaires rabbiniques. Mais le texte qui nous est parvenu contient aussi ceux des Pères de l’Eglise lorsque les dogmes juif et chrétien s’opposaient. Parmi les trois cent vingt-quatre miniatures qui ornent le texte et les marges de l’ouvrage, nombre d’entre elles, influencées par les sources rabbiniques, ont parfois provoqué la réaction du superviseur chrétien de cette œuvre qui a inscrit ses remarques à côté des textes ou des images concernés. En signalant ainsi les divergences d’interprétation, il permet au lecteur de discerner « à première vue » ce qui procède d’une collaboration forcée et ce qui y échappe. D’autres annotations marginales apportent des informations sur le travail conjoint des artistes et du maître d’œuvre ou sur le devenir de cette œuvre. Mais le silence des marges, en particulier dans le livre d’Esther, est aussi révélateur de la régression du dialogue religieux en Péninsule Ibérique après les émeutes antijuives de 1391 et la Dispute de Tortose qui a conduit des milliers de juifs à la conversion forcée et à l’exil.
Mise à jour le 30/09/2022

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations