Ville de Paris

Évènement

Cantates

Le vendredi 17 juin 2022
« J’entends par art, la faculté d’exprimer une pensée sous la forme la plus claire, la plus simple, c’est-à-dire la plus “intelligible” ». Webern adresse sa profession de foi à son amie, la poétesse Hildegarde Jone, qu’il met en musique dans ses deux cantates. Œuvres ultimes et souveraines, très rarement jouées en raison des effectifs requis, les cantates sont la synthèse de l’art de Webern, combinant techniques de canons et symétries, les références à la polyphonie du XVIe siècle, la fugue et le lied, avec l’inventivité des timbres et des perspectives. Et lorsque Webern orchestre le Ricercar de Bach, la présence fantomatique du passé est encore plus explicite. C’est aussi une construction en miroir qu’adopte Philippe Manoury dans sa Passacaille pour Tokyo : la mise en abîme d’un dessin initial. Enfin en écho explicite à Webern, l’Autrichien Johannes Maria Staud rencontre ici la poésie moderniste de William Carlos Williams.
Sophia Burgos soprano
Hanno Müller-Brachmann basse
Jean-Christophe Vervoitte cor
Hidéki Nagano piano
Ensemble intercontemporain
Orchestre de chambre de Paris
Ensemble Aedes
Matthias Pintscher direction
Mathieu Romano chef de chœur
Dionysios Papanicolaou électronique Ircam
Johannes Bach / Anton Webern Fuga (Ricercata), extrait de L’Offrande musicale
Anton Webern Cantate n°1, op. 29 ; Cantate n°2, op. 31
Johannes Maria Staud Once Anything Might Have Happened - création 2022
Commande de l’Ircam-Centre Pompidou et de l'Ensemble intercontemporain
Philippe Manoury Passacaille pour Tokyo
Coproduction Ircam-Centre Pompidou, Philharmonie de Paris, Ensemble intercontemporain, Orchestre de chambre de Paris.
Mise à jour le 27/05/2022

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations