Ouvrir la recherche
Le saviez-vous ?

Les fontaines Wallace sont une des richesses patrimoniales de Paris

Mise à jour le 13/03/2019
Ces fameuses fontaines vertes que l’on découvre dans les rues de Paris font partie du patrimoine historique de la capitale. Fabriquées encore aujourd’hui de manière artisanale par la société GHM, les fontaines Wallace et leurs cariatides ont un bel avenir devant elles.

Les fontaines Wallace vont-elles disparaître ?

Très attachée aux fontaines Wallace, la Ville de Paris veut conserver ce patrimoine fortement lié à l'histoire de Paris, et précise qu'aucune de ces fontaines ne sera supprimée. Eau de Paris, la régie autonome de la Ville chargée de l'approvisionnement et de la distribution de l'eau, indique que de nouveaux modèles avec brumisateur seront installés là où aucune fontaine n'existait. "Une quarantaine de fontaines rafraîchissantes va être installée dans Paris dès fin mai 2019. Un véritable mobilier urbain proposant une assise, un point d’eau boisson et un système de brumisation haute pression, autonome énergétiquement via des panneaux solaires".

Quelle est l'origine de la fontaine Wallace ?

Fontaine Wallace vignette
François Grunberg / Ville de Paris
Les fontaines Wallace portent le nom de leur donateur, Sir Richard Wallace (1818-1890). Inspirées des « drinking fountains » de Londres, tous les modèles sont équipés de gobelets en étain retenus par une chaînette, supprimés pour des raisons d’hygiène en 1952. La première fontaine Wallace est implantée en 1872 sur le boulevard de la Villette. L’engouement est tel que Paris décide d’en commander une trentaine de plus. Le grand modèle à cariatides est le plus répandu, mais il existe également un modèle en applique et un modèle à colonnettes.

Qui est Richard Wallace ?

Né à Londres le 26 juillet 1818, Richard Wallace passe une grande partie de sa vie à Bagatelle. Héritier d’une grande fortune, ce philanthrope fait don à la Ville de 50 fontaines à boire après avoir vu les Parisien·ne·s subir une pénurie d’eau durant le siège de Paris et la Commune en 1871.

Combien y a t-il de fontaines Wallace à Paris ?

Conçues comme de véritables œuvres d’art, on peut voir une centaine de fontaines Wallace ornées de quatre cariatides dans les rues de la capitale. Chaque cariatide représente une allégorie : la Simplicité, la Bonté, la Sobriété et la Charité. Les fontaines fonctionnent comme au premier jour et fournissent de l’eau potable aux touristes et Parisien·ne·s.

En quel matériau sont-elles réalisées ?

Le sculpteur Charles-Auguste Lebourg a utilisé la fonte de fer, matériau résistant et facile à produire. Les pièces des fontaines, qui représentent 600 kilos de fonte, sont coulées en trois morceaux (socle, partie centrale et chapeau) par la Société anonyme des hauts-fourneaux du Val d’Osne en Haute-Marne, qui deviendra ensuite la société GHM. Aujourd’hui, c'est toujours le moule d'origine qui est utilisé pour la création de nouveaux modèles.

Pourquoi sont-elles vertes ?

Le choix de la couleur revient à Napoléon III et sa volonté d’introduire la nature dans la ville. Cette couleur a été imposée par la Ville de Paris dans un souci de cohérence du paysage urbain (kiosques à journaux et colonnes Morris).
Des fontaines de toutes les couleurs

Trois exemplaires de fontaines Wallace dont la couleur est en rapport avec le lieu de leur emplacement, sont visibles dans le 13e.

Rouge dans le quartier chinoisJaune comme les blés dans les environs des Grands MoulinsRose à proximité de la BNFBleue dans le nouveau quartier qui remplace la gare de Rungis
fontaine Wallace
fontaine Wallace
Mairie de Paris-Loïc Journet

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.