La fontaine des Innocents, vestige de la Renaissance, en pleine restauration

Actualité
Mise à jour le 14/03/2024
Vue sur le haut de la Fontaine des Innocents.
La fontaine des Innocents, monument emblématique du quartier des Halles, fera l’objet d’une vaste opération de restauration qui sera menée jusqu’en juin 2024 afin que l’édifice puisse retrouver son lustre d’antan. La place Joachim-du-Bellay (Paris Centre) qui l'accueille se refait également une beauté.
Pièce centrale de la place Joachim-du-Bellay dans le quartier des Halles, la fontaine des Innocents est, depuis juillet 2023, l'objet d'une restauration complète ; une opération qui se poursuivra jusqu'en juin 2024. Un travail de grande ampleur qui ne fait pas peur à l’une des plus anciennes fontaines de la capitale, déjà déplacée et modifiée à de nombreuses reprises !
Cette restauration s’accompagne d'un réaménagement des abords de la fontaine initié en janvier 2023.

Célébrer l'arrivée des rois à Paris

Construite en 1549, la fontaine des Innocents est dressée à l'occasion de l'arrivée du roi Henri II et de sa femme, Catherine de Médicis, à Paris. Son emplacement, à l’angle de l’actuelle rue Saint-Denis et de la rue Berger, est situé sur le chemin de l'entrée symbolique des rois dans la capitale. Imaginée et réalisée par l’architecte Pierre Lescot, la fontaine est décorée dans l’esprit de la Renaissance par le sculpteur Jean Goujon. Tous deux sont notamment connus pour leurs travaux de restauration du palais du Louvre.
Aussi surnommé « la fontaine aux Nymphes » en raison de ses ornements mythologiques, l'édifice prend finalement le nom de la place sur laquelle elle se trouve. Dans le quartier des Halles, elle est adossée à l’église des Saints-Innocents, et à côté du cimetière du même nom. À cette époque, ce cimetière représente la plus grande nécropole de la capitale, et totalise plus de… deux millions de sépultures, jusqu’à sa fermeture en 1780 ! Et le cimetière n’est pas uniquement un lieu mortuaire, mais aussi une place publique, où l’on se promène et l'on échange autour de la fontaine…
Vous aimez les sujets « Patrimoine et Histoire » ?
Default Confirmation Text
Settings Text Html

De fontaine utilitaire à fontaine d'apparat

En 1786, le quartier des Halles se transforme, mais la fontaine demeure. L’église, qui menaçait de s’effondrer, est démolie. Le cimetière, insalubre, est remplacé par le marché des Innocents. À l'origine positionnée en angle, la fontaine est déplacée au centre de la place et prend une forme carrée. La quatrième façade, ajoutée par le sculpteur Augustin Pajou, s'inscrit dans le style initial du bâtiment, voulu par Jean Goujon.
Le périple de la fontaine n'est pas terminé : elle est à nouveau déplacée en 1858 lors de la disparition du marché des Innocents. Entre 1854 et 1874, Les Halles, imaginées par Baltard, prennent la forme de 10 pavillons et un square vient compléter le tout. C'est là que la fontaine va trouver son nouvel (et actuel) emplacement… à une quarantaine de mètres de celui d'origine. Un piédestal, composé de vasques en gradins, est ajouté à la base de l'édifice. D'utilitaire, la fontaine devient décorative.

Restaurer et ramener l'eau à la fontaine

Ce trésor de la Renaissance est reconnu en tant que monument historique en 1862. Depuis 2017, l'eau n'y coule plus. L'objectif est aujourd'hui de restaurer la fontaine, abîmée par des décennies de pollution, d'intempéries et de corrosion du système hydraulique.
Les huit nymphes qui décorent cette fontaine ont toutes été restaurées dans le cadre de cette opération. Les trois nymphes réalisées par Augustin Pajou au XVIIIe siècle ont été restaurées sur place et les cinq nymphes de Jean Goujon datant du XVIe siècle ont été déplacées en atelier pour leur restauration.
Le système hydraulique de la fontaine sera de nouveau fonctionnel d’ici la fin de mai 2024, et sera suivi d’une nouvelle mise en lumière en juin, ce qui sonnera la fin de la restauration de ce monument.
En attendant que la fontaine fasse peau neuve, il est possible de découvrir son histoire et son influence dans les arts au musée Carnavalet. L’exposition La fontaine des Innocents, histoires d’un chef-d’œuvre parisien se déroulera du 24 avril au 25 août 2024 et offrira l’opportunité d’observer des conservateurs-restaurateurs à l’œuvre et d’admirer de plus près les cinq nymphes de Jean Goujon qui sont exposées pour l’occasion.
L’actuel chantier de restauration a pour objectif la protection du patrimoine artistique et architectural de l'édifice ainsi que la remise en eau de la fontaine. Ce projet s’inscrit plus largement dans le cadre d’un réaménagement du quartier des Halles qui a d’ores et déjà mené à l’inauguration de la canopée en 2016, du jardin des Halles – Nelson Mandela et du transept de Saint-Eustache en 2018 ainsi qu’à la restauration de l’ancienne Bourse du commerce, monument devenu musée d’art contemporain en 2020.
Longue de 230 mètres, la palissade qui entoure le chantier de la fontaine des Innocents a été installée début novembre. Elle présente les grands axes de l’opération et l’histoire mouvementée de cette fontaine.

Un nouvel écrin pour la fontaine

Début 2023, les abords de la fontaine sont en travaux pour créer un écrin végétal autour de la place carrée et de la fontaine. Le réaménagement prévoit la rénovation des sols, des assises et de l’éclairage public dans le respect du mobilier historique.
Quatre jardinières en pleine terre sont créées sur les abords de la fontaine. Ces bandes végétalisées permettent de mettre à distance et valoriser la fontaine à l’instar de la composition de l’ancien Square des Innocents.
Fontaine des Innocents - Plan des aménagements

Pour aller plus loin