Ville de Paris

Actualité

Le lien social, au cœur de la stratégie de résilience

Mise à jour le 19/04/2022
Le renforcement des liens sociaux de proximité contribue à la résilience collective des territoires et des habitants, face aux crises et au quotidien. C'est ce que nous apprend la série d'enquêtes "Résilience, convivialité et solidarités de proximité", réalisée en 2021.
Qu’est-ce qui pousse certains de nos voisins à prendre des initiatives pour favoriser l’entraide et le bien vivre ensemble ? D'où naissent les actions solidaires qui dynamisent le lien social dans un quartier ou une résidence ? C'est ce à quoi cherche à répondre une enquête menée en 2021 par la sociologue Camille Arnodin , avec l’appui de Science & the City, dans le cadre d’un partenariat entre l’Institut Paris Région, l’Atelier Parisien d’urbanisme, la Ville de Paris et la 27e Région .

Le lien social, au cœur de la stratégie de résilience

La crise sanitaire liée au Covid-19 a été l'occasion de mouvements de solidarité et d’entraide de proximité, notamment via les réseaux sociaux. Ils se sont montrés utiles pour s'organiser au quotidien, par exemple imprimer une attestation de sortie, faire les courses pour une personne vulnérable, etc.
La série d’enquêtes "Résilience, convivialité et solidarités de proximité" initiée en 2021 a pour objectif de comprendre en profondeur les mécanismes d’entraide à l’œuvre dans le cadre d’initiatives citoyennes.
D’une part, elle cherche à documenter en quoi certaines pratiques et expérimentations citoyennes créant du lien social de proximité, dont certaines nées avec la crise du Covid-19, contribuent à construire la résilience collective et territoriale.
D’autre part, ces enquêtes visent à observer les critères de réussite de ces initiatives citoyennes. Ces travaux cherchent à déterminer le rôle que peuvent jouer les collectivités au regard de ces dynamiques, notamment grâce aux infrastructures sociales qu’elles gèrent, aux services publics, à l’action sociale, à la gestion des espaces publics, à l’urbanisme… Celles-ci s'inscrivent à ce titre dans les perspectives posées par le concept de la Ville du Quart d'heure et la stratégie de résilience de Paris de 2017.

Quelles sont les initiatives explorées dans l'enquête ?

L’enquête s’est focalisée sur des initiatives portées par des habitants et prônant la convivialité comme un axe central.
Initiatives localisation creation Description
La République des Hyper voisins 14e 2017 Développer la convivialité et les liens entre les habitants d'un même quartier via l'organisation d'événements de natures diverses pour susciter la rencontre entre voisins avec un riche réseau en ligne.
Quartier de soleil Quartier Porte de St Ouen – Porte Pouchet (17e) 2001 L’association portée depuis 2006 par un tandem d’habitantes vise à créer du lien et soutenir les femmes et les familles du quartier, via la diversité des activités proposées aux adhérentes.
L’ASYN, l’Association St Yves Nouvelle Résidence rue Saint Yves (14e) 2020 Constituée durant le premier confinement par trois résidents, l'association visait à rompre l'isolement et à répondre aux difficultés des résidents. De leurs propres mots, ils entendent "recréer du lien entre les familles et les voisins et promouvoir le bien vivre ensemble."
Initiative « Chez nous» portée par une Amicale de locataires Résidence Paris Habitat au centre des rues Kellner,
Lantiez, Leclaire, Henrys (17e)
2020 Réunis depuis septembre 2020, plusieurs résidents de différents blocs locatifs pour lutter contre la création d'un parc pour deux roues. Ils se rassemblent aujourd'hui derrière un projet de cohésion sociale de proximité.
Initiatives
La République des Hyper voisins
localisation
14e
creation
2017
Description
Développer la convivialité et les liens entre les habitants d'un même quartier via l'organisation d'événements de natures diverses pour susciter la rencontre entre voisins avec un riche réseau en ligne.
Quartier de soleil
localisation
Quartier Porte de St Ouen – Porte Pouchet (17e)
creation
2001
Description
L’association portée depuis 2006 par un tandem d’habitantes vise à créer du lien et soutenir les femmes et les familles du quartier, via la diversité des activités proposées aux adhérentes.
L’ASYN, l’Association St Yves Nouvelle
localisation
Résidence rue Saint Yves (14e)
creation
2020
Description
Constituée durant le premier confinement par trois résidents, l'association visait à rompre l'isolement et à répondre aux difficultés des résidents. De leurs propres mots, ils entendent "recréer du lien entre les familles et les voisins et promouvoir le bien vivre ensemble."
Initiative « Chez nous» portée par une Amicale de locataires
localisation
Résidence Paris Habitat au centre des rues Kellner,
Lantiez, Leclaire, Henrys (17e)
creation
2020
Description
Réunis depuis septembre 2020, plusieurs résidents de différents blocs locatifs pour lutter contre la création d'un parc pour deux roues. Ils se rassemblent aujourd'hui derrière un projet de cohésion sociale de proximité.
L’enquête a donné lieu à des analyses documentaires, une quarantaine d’entretiens, un travail d’observation participante lors de nombreuses réunions et événements, l’analyse de dizaines de fils WhatsApp et réseaux sociaux, etc.
Pour compléter ce travail de terrain, une séance de travail a également été organisée avec des chercheurs et experts des enjeux de voisinage, complétés par les enseignements issus de séminaires spécialisés (le colloque « Être voisin(s) » à Aubervilliers, le Parlement des liens au Centre Pompidou, etc.)

Ce que dit l'enquête

En permettant que se tissent des liens de convivialité et de solidarité entre habitants d’un quartier ou d’une résidence, les conditions se créent pour favoriser l’entraide et la lutte contre l’isolement au niveau local.
Des connexions, même ténues, se forment avec les institutions. Plus généralement, ce renforcement des liens contribue ainsi à la résilience collective des territoires et des habitants, face aux crises comme au quotidien. Plusieurs éléments fondamentaux nécessaires à ces dynamiques vertueuses ont été identifiés :
1. La force motrice des habitants
L'étude éclaire le rôle clé joué par des habitants moteurs et motivés, reconnus pour leurs qualités humaines, leur optimisme, leur bienveillance et leur posture non partisane. Ils disposent pour certains d’un capital social et de ressources personnelles qui sont mobilisées dans l'initiative.
2. Les acteurs facilitateurs
Les différentes initiatives ont pu être facilitées par des élus impliqués, des équipes de développement local actives, des bailleurs sociaux ou/et des gardiens à l’écoute. Ces facilitateurs ont pu apporter des ressources (savoir monter un projet, mise à disposition d’un local, de supports de communication voire d’un soutien financier) et aussi ont pu jouer un rôle d’intermédiaire utile entre les institutions et les collectifs d’habitants.
3. Les rencontres
Les moments de convivialité sont essentiels à la création de liens de proximité. Il s'agit de multiplier les occasions et de diversifier leurs natures pour faire vivre ces collectifs. Des lieux comme l'école constituent des espaces où se jouent les premiers pas d'un engagement dans la vie locale.
4. Le faire ensemble
C'est dans la pratique du faire en commun (jardiner, cuisiner, faire la couture…) que se créent les liens et que se construit un apprentissage collectif.
5. La logistique
La dimension matérielle et l’entretien sont des enjeux cruciaux pour mener à bien un projet (événement festif, végétalisation…) ou animer un lieu. La mise à disposition de moyens matériels est donc également déterminante pour aider ces expériences à exister.
6. Le lieu
Le faire ensemble s’incarne au sein d’un espace, qu’il soit public, semi public, voire parfois privé. Plusieurs ont été identifiés, de la cour d'immeuble au café en passant par l’espace public, le jardin partagé, une salle commune mais aussi l'espace numérique. Crucial, ce lieu est nécessaire pour ne pas empiéter sur l’espace domestique et est essentiel pour "faire ensemble".
7. Le sens
Dans les propos des personnes interrogées, le sens donné à ces initiatives et la construction d'un récit commun est au cœur de l’intérêt pour ces collectifs. Ce sont aussi des propositions réconfortantes dans un monde source d’inquiétudes. Ils expriment par ailleurs la fierté de participer à ces projets.
8. L'enjeu de gouvernance des collectifs
Le modèle associatif, systématiquement adopté, est soit central car il participe du caractère démocratique, soit une simple formalité car il est source de lourdeur et de conflits. La forme associative facilite certaines démarches (organisation d’évènements, occupation de l’espace public…), mais tout le monde n’a pas les savoirs et les compétences pour s’y impliquer et la faire vivre.
9. L'activation du pouvoir d'agir
Les projets menés viennent pour certains renforcer le pouvoir d’agir des participants, même quand les personnes ne disposent pas de capital culturel et financier important. Il faut toutefois que les décisions et les savoirs soient partagés pour mettre le collectif en logique d’apprentissage et assurer la continuité de l'action malgré des changements de gouvernance.
10. Les forces et limites de ces initiatives
Le développement de liens de proximité plus étroits favorise l'entraide et la lutte contre l'isolement. Il crée des ponts avec d’autres acteurs, société civile, institutions, ce qui permet l’activation une véritable chaine de solidarité en temps de crise. Cependant, sa portée peut être limitée par des problèmes d’organisation et de gouvernance, de centralisation des décisions, d’enjeux de concurrences entre les acteurs d’un même territoire.

Quels sont les leviers d'action ?

Crédit photo : Camille Arnodin - Ville de Paris
Un ensemble de leviers d'actions émanent des conclusions de l'étude:
  • Valoriser, faire coopérer : donner une plus grande visibilité aux petites initiatives et encourager davantage la fertilisation croisée
  • Faciliter, accompagner : lever davantage les obstacles, intervenir plus en amont, élargir les périmètres d’intervention
  • Transmettre, responsabiliser : former les futurs porteurs, participer à la montée en qualité
  • Articuler "laisser-faire" et "faire médiation"
  • Composter : étudier en quoi ces initiatives invitent à définir une nouvelle philosophie d’appui aux initiatives citoyennes.

La stratégie de résilience enrichie d'ici fin 2023

Cette expérience est la première phase d’une série d’enquêtes, qui se poursuivra sur des terrains métropolitains et franciliens. Une publication finale est attendue d’ici fin 2023.
A Paris, l’ensemble de ces résultats viendra enrichir la stratégie de résilience de Paris. Une feuille de route sera construite pour renforcer les solidarités de proximité en y associant les agents concernés, citoyens, initiateurs de projets, associations, bailleurs, etc. Des ateliers de co-construction viseront à produire des pistes d’amélioration de ces dispositifs et à les tester in vivo. Ils nourriront ainsi l’actualisation de la stratégie de résilience de Paris à l’horizon fin 2023.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations