Le saviez-vous ?

Le tramway a failli complètement disparaître dans les années 1960 (en vidéo)

Mise à jour le 03/04/2024
Tramway tiré par des chevaux, à Paris en 1910.
Le 5 avril, le tramway ouvre une nouvelle page de son histoire : l'ouverture au public de sept nouvelles stations du T3 dans l'ouest de Paris entre la porte d'Asnières (17e) et la porte Dauphine (16e). L'occasion de revenir sur l’histoire du tramway dans la capitale, qui a débuté au XIXe siècle !

Le tramway a failli complètement disparaître (en vidéo)

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Le premier tramway de Paris est inspiré de celui de Broadway !

En 1852, Alphonse Loubat, un ingénieur français qui vit aux États-Unis, met au point un rail révolutionnaire : un rail à gorge, c'est-à-dire en creux et ne dépassant pas le niveau de la chaussée. Cette technologie est lancée pour le tramway de Broadway à New York, qui connaît un grand succès. Ces premiers tramways sont des véhicules roulants sur des rails, mais tirés par des chevaux !
Rentré en France, Alphonse Loubat construit une première ligne de deux kilomètres à Paris sur le cours la Reine (8e) : celle-ci est mise en service à titre expérimental le 21 novembre 1853.
Ce tram transporte quarante-huit voyageurs : dix-huit à l'intérieur, vingt-quatre à l’extérieur sur l'impériale et six debout sur une plate-forme pour les fumeurs.
La ligne officielle de tramway est lancée en 1855 : le premier tronçon, surnommé le « chemin de fer américain », relie le pont de l'Alma au rond-point de Boulogne. En 1856, elle est prolongée de l'Alma à la Concorde.
Une cavalerie de 16 500 chevaux
Durant les années 1880, la Compagnie générale des omnibus entretient une cavalerie pléthorique de 16 500 chevaux : c’est la cavalerie privée la plus importante au monde !

Le tramway à vapeur est testé… sans succès

Août 1876 : l'ère de la vapeur débute ! La première ligne de tramway à vapeur est ouverte entre la gare de Paris-Montparnasse et la gare d'Austerlitz. Mais la technologie est peu rentable et l'expérience est rapidement abandonnée.
Les compagnies de tramway du nord de Paris testent ensuite la technique de traction par air comprimé mise au point par un ingénieur français, Louis Mékarski. Le système associe l'air comprimé et l'eau surchauffée sous pression !

Siemens crée l’événement avec le premier tram électrique

Et l'électricité ? Elle surgit en 1881, alors que Paris accueille la première exposition internationale d’électricité. Pour l’occasion, l’entreprise allemande Siemens présente une ligne de tramway… 100 % électrique ! Celle-ci relie la place de la Concorde au palais de l'Industrie, à l'emplacement de l'actuel Grand Palais.
Mais les pouvoirs publics sont très réticents : les fils aériens sont considérés comme inesthétiques en centre-ville. Le captage aérien par fil « trolley », plus efficace et plus fiable, provoque un essor du tramway en banlieue.
Le principe de l'alimentation des rames par des accumulateurs est donc privilégié. C'est la Compagnie des tramways de Paris et du département de la Seine (TPDS) qui ouvre la première ligne avec cette technologie entre la Madeleine (8e) et Saint-Denis, en avril 1892.
En juin 1896, on innove encore ! Une ligne de tramways à plots est ouverte entre la place de la République (10e) et Romainville. Les véhicules sont dotés d'un frotteur, qui capte le courant sur des plots, émergeant légèrement de la chaussée.
Le succès est immédiat : trois millions de personnes sont transportées sur cette ligne en moins de sept mois !

En 1900, l’âge d’or du tramway, Paris compte 108 lignes !

Le Funiculaire de Belleville.
Le tramway funiculaire de Belleville.
Crédit photo : BNF
En 1900, on ne compte pas moins de treize compagnies desservant Paris et sa proche périphérie. Le réseau de Paris et de la Seine totalise alors 108 lignes pour 814 kilomètres !
Sans oublier un tramway funiculaire sur la colline de Belleville, au départ de République, et le funiculaire de Bellevue à Meudon. Mais une nouveauté souterraine menace le tram : le métro, dont la première ligne est née en 1900…

Dans les années 1920, le tramway est décrié, victime du bus, du métro… et de la voiture

En 1931, encombrement place de la République, à Paris.
En 1931, encombrement place de la République, à Paris.
Crédit photo : BNF / Agence Rol
Au milieu des années 1920, le développement de la circulation automobile entraîne une attaque virulente contre le tramway. Le tram n’a plus la cote, considéré comme archaïque et gênant. En 1929, par exemple, un article du Petit Parisien attaque « ces stupides et pesantes et bruyantes machines qui représentent au point de vue de la circulation, le comble de la bêtise et de l'absurdité ».
À partir de 1930, sous l'effet d'une pression politique, les lignes de tramway sont toutes supprimées et remplacées par des lignes d'autobus.
Le 14 mars 1937, le dernier tramway parisien circule sur la ligne 123/124 entre porte de Vincennes et porte de Saint-Cloud. Puis, il disparaît à son tour en banlieue le 14 août 1938 : l'ultime tramway s'élance sur la ligne 112 entre Le Raincy et Montfermeil.
En moins de dix ans, un des plus importants réseaux de tramway au monde disparaît.
Pendant la meilleure période, la quasi-totalité des réseaux de tramways de France connaissent le même sort.

2006 : la renaissance du tram parisien !

Inauguration du tramway t3 porte de Versailles.
Inauguration du tramway t3 porte de Versailles.
Crédit photo : Marc Verhille / Mairie de Paris
16 décembre 2006 : le premier tronçon du tramway T3 est mis en service entre le pont du Garigliano (15e) et la porte d'Ivry (13e). L’arrivée du T3 sur les boulevards des Maréchaux permet une véritable transformation du cadre de vie et de la ville, tout au long du tracé. Cette dynamique urbaine s’est traduite par un réaménagement complet des boulevards, donnant plus de place aux circulations douces, avec une mise en accessibilité de l’intégralité de la voirie.
Seconde étape : le 15 décembre 2012. Le T3 rejoint la porte de la Chapelle (18e), et est scindé en deux arcs : T3a et T3b. Avec près de 14,5 kilomètres de voie et 26 stations supplémentaires, ce prolongement permet au T3 de relier quatre arrondissements supplémentaires et de desservir des secteurs en pleine mutation économique, démographique et urbaine.
Nouvelle prolongation en novembre 2018 : l'ouverture du tramway T3 entre la porte de la Chapelle (18e) et la porte d’Asnières (17e) ! Avant ce nouveau tronçon de 3,2 km, ouvert au public le 5 avril 2024, jusqu'à la porte Dauphine (16e).
14 lignes de tram en Île-de-France
La région compte 14 lignes de tramway, dont le T3a et T3b. > En savoir plus
L'actualité des mobilités vous intéresse ?
Default Confirmation Text
Settings Text Html

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations