Ouvrir la recherche
Service

Logistique, marchandises, livraisons

Mise à jour le 07/10/2020
Réglementation parisienne des marchandises, zones de livraison, logistique urbaine, tout savoir sur le transport de marchandises à Paris.

Le règlement parisien des marchandises

Depuis 2007 un règlement sur le transport et la livraison de marchandises est en vigueur à Paris. Les règles de circulation et de livraison sont simplifiées pour limiter la circulation des véhicules les plus encombrants et les plus polluants. Les arrêts sur les aires de livraison sont limités à 30 minutes, durée contrôlée à l’aide d’un disque livraison Marchandises, ou du disque européen de stationnement, comme ci-dessous
heure d'arrivée
Ce dispositif est le fruit d’une concertation avec les partenaires professionnels et institutionnels de la Ville de Paris (fédérations de transporteurs, chambres consulaires, Préfecture de Police…) qui a abouti à une Charte de bonnes pratiques des transports et des livraisons de marchandises dans Paris signée en 2006.

Cette charte a été actualisée le 18 septembre 2013 sous la forme d’une charte de projets associant 80 partenaires au sein de groupes de travail relatifs à la qualité de l’air, aux équipements logistiques et à l’innovation.
La réglementation assure le transport et la livraison de marchandises n'a pas été modifiée à cette occasion.
Elle a pour objectif d’optimiser l’entrée et la diffusion des marchandises dans Paris, tout en maîtrisant les nuisances générées par le transport de marchandises (pollution atmosphérique, nuisance sonore…), et de ce fait favoriser l’attractivité économique de la Capitale.
Le règlement Marchandises intègre les principes régionaux pour une harmonisation à l’échelle de l’agglomération.
Ce règlement se veut simple pour être compris, appliqué et contrôlé.
Il repose sur deux périodes de circulation (Jour – Nuit) et l’introduction d’un principe environnemental avec la réservation d’un créneau horaire réservé aux véhicules les plus propres* :

Deux périodes de circulation

  • De 22h à 17h, réservée aux véhicules dont la surface est inférieure à 29 m2 ;
  • De 22h à 7h, ouverte aux véhicules d’une surface inférieure ou égale à 43 m2.
  • Pour les véhicules propres inférieurs à 29m2, il n'y a pas de restriction

Exception : le principe environnemental

Les véhicules dits « propres »* et dont la surface est inférieure à 29 m2, sont les seuls à pouvoir circuler et livrer 24 heures sur 24 sur le territoire de la Ville de Paris.
*Véhicule propre : électrique, gaz,ou hybride ou qui répond à la dernière norme EURO

A qui s’adresse ce règlement?

  • Aux transporteurs professionnels effectuant un déplacement et/ou un enlèvement de marchandises dans Paris.
  • Aux entreprises transportant, livrant ou enlevant des marchandises dans le cadre de leur activité.
  • Aux personnes effectuant occasionnellement un transfert de marchandises.

Qu'est-ce qui a changé?

Une charte de bonne conduite a été signée par l'ensemble des intervenants (Ville de Paris, Préfecture de police, Groupement des Activités du Transport et de la Manutention en Région Ile-de-France (G.A.T.M.A.R.I.F.), Délégation de Paris de la Chambre du Commerce et d'Industrie de Paris (C.C.I.P.), Chambre de Métiers et de l'Artisanat de Paris (C.M.A.P.) et représentants des professionnels).
Dorénavant, les automobilistes peuvent se garer sur certaines zones de livraisons tous les jours entre 20h et 7h, les dimanches et les jours fériés (toute la journée).

Les zones de livraison

Les espaces de livraison

Une aire de livraison est une zone d’arrêt et non de stationnement. Elle est destinée à effectuer des opérations de chargement et déchargement de marchandises ou de personnes, le conducteur devant rester à proximité de son véhicule pour le déplacer le cas échéant, selon l’article R.110-2 du Code de la Route.

La carte des zones de livraison

Retrouvez ci-dessous la carte interactive de l'ensemble des zones de livraison parisiennes
NB : Les données figurant sur cette carte sont issues d’un relevé effectué au 2ème semestre 2017. Elles ne sont pas exhaustives, ni mises à jour en temps réel. Il reste nécessaire de se fier aux marquages au sol.

Demander la création d'une zone de livraison

Il est possible de demander la création d’une place de livraison en s’adressant à la Section Territoriale de Voirie concernée.
Une telle demande n’a cependant de chance d’aboutir que si le nombre de livraisons prévisibles est suffisant, ou si la trame d’une zone de livraison tous les 100 mètres n’est pas respectée.

Qui peut stationner sur les zones de livraison et quand?

Depuis le 1er décembre 2010, la Mairie de Paris a décidé d'étendre la mesure de partage de certaines zones de livraison à toute la capitale et à 7.000 aires de livraison jusque là réservées aux professionnels.

Comment distinguer les zones?

Une nouvelle signalétique est mise en place.
=> les zones "partagées" : qui s'ouvrent au stationnement de tous les véhicules.
=> les zones "sanctuarisées" : qui restent exclusivement réservées à la livraison car servent à l'approvisionnement de commerces ouverts tôt le matin (supérettes, boulangeries…).
Comment distinguer les zones?

Quelques règles de livraison à retenir… et respecter

Les aires de livraison sont prioritairement des aires d’arrêt et non de stationnement. Elles sont dédiées au chargement et au déchargement de marchandises.
La possession du disque livraison ne dispense pas du respect de cette règle. En cas d’absence d’opération de manutention, le contrevenant s’expose à une verbalisation et à une mise en fourrière de son véhicule.
En permettant un bon partage de l’utilisation des aires de livraison, cette règle des 30 minutes favorise l’approvisionnement des commerces, des bureaux et des industries de Paris, la diminution de la pollution et de l’occupation de l’espace et l’amélioration des conditions de travail des conducteurs-livreurs urbains.

Utilisation d'un disque de livraison de marchandises

L'arrêt sur les aires de livraison est strictement limité à 30 minutes pour le transfert de marchandises.
Un disque livraison Marchandises, a été instauré à partir de 2007 pour indiquer son horaire d’arrivée sur l’aire de livraison et préciser la motorisation de son véhicule, informant de sa qualité environnementale. Il n'est cependant plus fabriqué.
Il est aussi possible d’utiliser le disque européen de stationnement disponible dans le commerce. Ce disque bleu à une fenêtre est à placer derrière le pare-brise de votre véhicule en y faisant figurer votre heure d’arrivée.

L'expérimentation sur la logistique urbaine

En 2015, la Ville de Paris lançait avec Paris&Co un appel à expérimentation sur la logistique urbaine. Objectif : permettre à 22 lauréats de tester en situation réelle des solutions innovantes, mais également faire émerger, à travers une approche partenariale, des dispositifs reproductibles qui participent à l’amélioration de la logistique du « dernier Km ». La Ville de Paris a lancé en 2015 avec Paris&Co un appel à expérimentation sur la logistique urbaine. Cet appel s’inscrit dans le cadre de la charte de logistique urbaine durable, mais également dans la mission plus globale que s’est donnée Paris de devenir un modèle en matière de ville durable.
Le transport de marchandises et la logistique sont des activités économiques indispensables au fonctionnement de la ville, ils participent à sa vitalité et constituent un service urbain.
Les entreprises de transport qui interviennent sur notre territoire sont, pour la plupart, dans un processus permanent de modernisation et d’optimisation de leurs activités. Néanmoins, les efforts doivent se poursuivre afin de tendre, à court terme, vers des résultats notamment environnementaux de réduction des pollutions locales.
La Ville mène depuis plusieurs années des actions visant à fédérer l’ensemble des acteurs du transport de marchandises et de la logistique et à mettre en place des outils réglementaires, techniques ou organisationnels vertueux.
Pour la première fois, la Ville dédie un appel à expérimentations à cette activité économique. Elle souhaite faire émerger, avec une approche partenariale, des solutions reproductibles permettant d’améliorer l’empreinte environnementale de la ville et offrir une logistique plus compatible avec le cadre de vie des habitants et commerçants. Ce défi est porté par plusieurs partenaires, qui sont aux côtés de la Ville comme l’ADEME, la Caisse des Dépôts et Consignations, la CCI Paris, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, La Poste, Franprix, le groupe Monoprix, Sogaris, la Saemes, la SEMAEST, le marché international de Rungis, Ports de Paris, le GATMARIF, le CEREMA, l’IFSTTAR, Nov’eo, NOV@LOG. Certains, vont tester directement des solutions et sont ainsi territoires d’accueil.
Le jury, composé d’élus de la Ville, a retenu 22 candidats sur un total de 33 dossiers déposés.
La mise en œuvre des expérimentations est en cours. Les expérimentations retenues portent sur l’implantation de consignes automatiques sur l’espace public, d’espace de stockage réservable en ligne dans des locaux privés, de solutions de rationalisation des flux (algorithme, mise en relation de transporteurs pour remplir les camions), de tests de véhicules (camion biodiesel issu de l’huile de friture, petit véhicule électrique), des réservations d’emplacements de places de livraison, de solution de transport fluvial.
L’ensemble de ces expérimentations fait l’objet d’une évaluation par un groupement de bureaux d’études et de chercheurs indépendants avec un recueil de données. Cette évaluation permettra à la Ville d’évaluer, la pertinence ou non du service rendu aux usagers, d’en mesurer les gains et éventuelles faiblesses. Ces résultats seront partagés. Ils auront une portée au-delà du seul cadre parisien et pourront utilement servir les réflexions et projets initiés par d’autres grandes agglomérations. La Ville va ainsi décider si ces dispositifs sont reproductibles ou non.
2 expérimentations ont déjà été déployées sur l’espace public en 2017 :
Dachser et Libner mutualisent les flux de livraison de plusieurs enseignes à partir d’un porteur qui sert de base logistique mobile pour un petit véhicule électrique. Ce petit véhicule assure des rotations à l’échelle d’un ou de plusieurs arrondissements. Le porteur est stationné sur l’espace public. Il était présent boulevard Edgard Quinet de mi-avril à mi-juillet 2017 mi-juillet 2017.
Retour en images sur cette expérimentation
Trois transporteurs mènent une expérimentation avenue Dutuit dans le 8e arrondissement du 15 septembre 2020 au 15 mars 2021
Les expérimentations déployées à l’automne 2020 et durant l’année 2021, sont toutes axées sur l’implantation de micros hub soit d’approvisionnement, soit d’enlèvement de colis avec des modes propres et, pour certains doux.
UPS dépose chaque jour une remorque sur l’emplacement de stationnement dédié et partagé avec les deux autres expérimentateurs. Cette remorque fait fonction d'entrepôt logistique mobile. Le schéma logistique repose sur la dépose le matin de la remorque et le véhicule d’emport part en tournée .La remorque provient du hub d’UPS de Saint-Ouen. Elle transporte des colis à destination des clients d’UPS dans le secteur situé autour des champs Élysées. Les livraisons finales sont effectuées avec des vélos électriques. Un quad pourrait faire l’objet d’un test au cours de période d’expérimentation. En fin de journée, le véhicule léger, en rentrant de sa tournée, reprend la remorque vidée des colis à livrer, mais chargée des colis collectés par les triporteurs pendant la journée.
Transgournet utilise un porteur (normalement dédié à la livraison) comme zone de stockage mobile. Ce véhicule qui provient du hub de Valenton permet à de plus petits véhicules de se réapprovisionner au plus près de leur zone de livraison et de livrer des colis, à prédominance alimentaire sous température dirigée (ambiant, frais, surgelé), à ses clients dans le secteur autour des champs Élysées.
L’objectif est d’améliorer la productivité de ces petits véhicules en leur permettant d’effectuer plus de livraisons sur une plage horaire similaire via un second tour au départ de l’avenue Dutuit. Ce gain de productivité doit se traduire par une diminution du nombre total de véhicules sur la route. Ce pilote va également permettre à Transgourmet de challenger son organisation en éprouvant de manière temporaire de nouvelles méthodes de travail et de nouveaux matériels plus vertueux pour l’environnement. Le test repose sur un camion de 7T5 hybride doté d’un groupe frigorifique électrique autonome et de panneaux solaires sur le toit (permettant d’accroitre l’autonomie du groupe). Transgourmet s’engage également à chercher et à positionner d’autres véhicules compatibles à son activité et alternatifs au diesel.
Geodis stationne un porteur GNV de 12 T qui fait fonction d'entrepôt logistique mobile. Le schéma logistique repose sur l’arrivée du porteur en début d’après-midi sur l’emplacement dédié et son départ en fin d’après-midi. Le porteur provient de l’agence de livraison de Paris située à Bercy. Il transporte des colis et des palettes à destination des clients (particuliers et entreprises) de Geodis dans le secteur autour des champs Élysées. Les livraisons finales sont effectuées avec 5 VUL et vélos électriques (en cours de finalisation). Geodis teste deux solutions : une tournée d’après-midi pour éviter les retours inutiles sur le hub de Bercy et des tournées de fin d’après-midi en VAE.
Un transporteur mène une expérimentation dans le 15e arrondissement du 5 octobre au 22 janvier 2021
Pickup teste sur trois stations de métro : Motte Picquet Grenelle, Boucicaut et Convention comme points de dépose de colis. Pickup souhaite diversifier son offre, tester de nouvelles solutions en dressant un bilan afin d’identifier les schémas les plus appropriés aux clients des centres villes. L’objet de l’expérimentation est de dimensionner un service pour les Parisiens (particuliers, entreprises) qui expédient des colis. Les transports en commun (métro) drainent des flux conséquents de voyageurs susceptibles d’être intéressés par un service souple de collecte de leur colis, sur leur trajet, sans détour et rapide. Les véhicules utilisés pour chaque station sont un vélo et une remorque carriole équipée d’une assistance électrique (marque K-Ryole). Celle-ci se fixe manuellement au cadre du vélo. Les collecteurs de colis récupèrent les colis des particuliers et commerçants sur les sites dédiés sur le trottoir entre approximativement 7 et 11h. Les colis sont ensuite déposés à l’agence Chronopost de Beaugrenelle pour être pris en charge vers leurs destinataires finaux. Les résultats de l’appel à expérimentation :

Pour aller plus loin

Les résultats de l’appel à expérimentation : https://urbanlab.parisandco.paris/Les-programmes/Qu-est-ce-qu-un-programme-d-experimentations/Programmes-termines/Logistique-Urbaine-Durable

La convention cadre de l’expérimentation Les expérimentations font l’objet d’un suivi continu et d’une évaluation.
Les engagements des candidats
Les candidats qui ont sollicité la Ville pour tester de nouvelles pratiques organisationnelles de leurs flux d’approvisionnement ou de nouveaux véhicules s’engagent à partager des données, établir des bilans qui permettront d’estimer, la pertinence ou non de leurs modèles, leurs reproductibilités et les éventuelles adaptations qui seraient du ressort de la Ville

paris, partenaire d'une logistique urbaine plus vertueuse

Les enjeux
Le transport et la logistique constituent un service urbain qui participe à la vitalité économique des territoires. Depuis quelques années, les villes accompagnent les professionnels vers des pratiques plus vertueuses et plus propres, sans les entraver par des règlementations trop contraignantes. La mobilité des marchandises relève en grande partie de la sphère privée qui organise ses tournées et choisit la taille des véhicules de livraisons. Les acteurs publics ont quant à eux la main sur divers leviers : l’occupation de l’espace public, les conditions d’accès au territoire (limitation de gabarit, de plages horaires, de critères de pollution avec la ZFE Zone à faible émissions), l’urbanisme et le développement d’espaces logistiques

La Ville de Paris, partenaire logistique
Dans sa démarche partenariale avec les acteurs économiques du transport, la Ville de Paris cherche à décloisonner les logiques qui séparent les différents secteurs concernés (transport, urbanisme et territoire). Avec les acteurs de la logistique urbaine, elle teste régulièrement des solutions innovantes en matière de mobilités des personnes et des marchandises. Depuis plus de 15 ans, Paris participe à un processus visant à intégrer les questions de transport des marchandises dans la planification urbaine. Elle s’emploie à préserver et réintroduire différentes échelles de fonctions logistiques adaptées (hôtel logistique, espace urbain de distribution, micro hub).

Accompagner l’évolution des pratiques
Paris souhaite continuer à mettre à disposition des transporteurs son domaine public, afin de faire évoluer les pratiques des professionnels vers des alternatives plus environnementales, performantes et sources de gains pour les différents usagers de son territoire.La plupart des entreprises de transport modernisent et optimisent en permanence leurs activités. Néanmoins, les efforts doivent se poursuivre afin de tendre, à court terme, vers des résultats notamment environnementaux de réduction des pollutions locales. La Ville accompagne donc des acteurs privés pour le développement de solutions. Elle mobilise ses ressources humaines et son ingénierie de la Direction de la Voirie et des Déplacements, ainsi qu’un budget pour la réalisation des aménagements appropriés (marquage au sol, signalétique).

Vous ne savez pas comment trouver l’information que vous cherchez ?
Posez votre question

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.