Ouvrir la recherche
Actualité

Les abords de Notre-Dame vont faire peau neuve

Mise à jour le 04/06/2021
Un marché international de passation de maîtrise d'œuvre va être lancé pour totalement réaménager les alentours immédiats de la cathédrale Notre-Dame afin de les rendre plus attractifs pour les Parisiens et les touristes. Vous pouvez participer à la concertation sur ce vaste projet dès le 7 juin 2021.
Repenser et réaménager les abords de Notre-Dame de Paris afin de mieux mettre en valeur l’édifice et de mieux accueillir ses visiteurs. C’est l’objet d’une délibération votée le 15 avril au Conseil de Paris, deux ans après le terrible incendie qui a ravagé la cathédrale.
La délibération expose le projet général et les concertations qu’il nécessite, son financement, le calendrier prévisionnel et sa gouvernance avec l’Etat et le diocèse. Surtout, elle prévoit une phase de concertation citoyenne qui viendra progressivement nourrir le cahier des charges.
Participez à la concertation
Une vaste concertation débute le 7 juin 2021. Objectif : faire renaitre ce site exceptionnel en offrant un nouveau cadre d’accueil aux Parisiens et aux visiteurs. Pour y participer, rendez-vous sur le site idee.paris.fr.

Le périmètre de l’opération

Plan des abords de Notre Dame de Paris.
Plan des abords de Notre Dame de Paris.
Ville de Paris
On connait déjà le chantier de reconstruction de la cathédrale réalisé sous l’égide de l’Etablissement public de conservation et de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris (EPRND). Là, il s’agit d’un projet beaucoup plus vaste concernant non seulement le parvis, mais aussi son environnement. Il s’inscrit dans le cadre du plan du renouveau du centre de Paris à travers les démarches d'apaisement piétonniers et d’aménagements réalisé dans le cadre « d’Embellir votre quartier ».
Concrètement, le réaménagement concernera :
  • le parvis et ses espaces souterrains comprenant la crypte archéologique et un parking sur deux niveaux ;
  • les squares Jean XXIII et de l’Île-de-France (situés derrière la cathédrale) jusqu’à la pointe de l’Ile de la Cité ;
  • les quais de Seine, haut et bas ;
  • les rues adjacentes (rue du Cloître-Notre-Dame, rue de la Cité, quai de l'Archevêché).
Difficulté de l’exercice, ce périmètre est entouré de bâtiments et paysages à haute valeur patrimoniale, reconnus et protégés, notamment par leur situation en toute proximité du site « Paris, rives de la Seine » inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1991.
Notre-Dame constitue le centre de ce site exceptionnel. Son environnement urbain est marqué par la construction des grands équipements de l’époque haussmannienne, lui donnant une dimension monumentale. Outre la cathédrale et la Conciergerie, seule la place Dauphine et le cœur de l’îlot situé entre les rues d’Arcole et du Cloître Notre-Dame ont résisté aux démolitions massives du XIXe siècle. Ainsi, le site de Notre-Dame n’est pas un espace homogène et a déjà donné lieu à de multiples transformations.
Par ailleurs, il s’agit d’un site très touristique et facile d’accès, mais il attire peu les Parisiens, les commerces de l'île étant essentiellement tournés vers le tourisme.

Faire revenir les Parisiens et les touristes

Aussi, l’ambition principale du réaménagement est de faire revenir les Parisiens dans le berceau de Paris et accueillir les visiteurs dans de meilleures conditions. Ceci implique de repenser complètement l’accueil de la cathédrale, ses accès depuis le parvis, la gestion des flux, la continuité avec la Seine, la végétalisation du site, les parcours à travers l’île et les perspectives.
L’enjeu principal sera donc d’utiliser et de valoriser chaque espace du périmètre concerné à travers quatre axes :
  • préserver et révéler la richesse historique, patrimoniale et paysagère du site Notre-Dame, notamment en révélant les grandes perspectives sur la cathédrale et dans tous les parcours d’approche, mais aussi en valorisant l’identité du site par un aménagement architectural sobre ;
  • diversifier les usages, dans le temps et dans l’espace, notamment en apportant de nouvelles fonctions sur le parvis qui doit aussi retrouver une dimension de place parisienne du quotidien et en valorisant la crypte archéologique ;
  • offrir un accueil et des parcours fluides, agréables et sécurisés pour tous les publics (touristes, riverains, travailleurs, usagers du culte…), notamment en repensant les conditions d’accueil des visiteurs de la cathédrale via un aménagement du parvis et de son sous-sol avec un espace apportant les commodités nécessaires (bagagerie, toilettes, informations, etc.) ;
  • renforcer la qualité environnementale du site, notamment en misant sur la biodiversité et en régénérant la trame végétale et les paysages arborés, ainsi qu’en créant une continuité végétale entre les espaces verts autour de la cathédrale, la Seine et le parvis ;
Le projet devra minimiser le bilan carbone tout au long de l’opération (choix des matériaux et mode opératoire des travaux). L’utilisation du sous- sol du parvis (actuellement occupé par un parking public) participe à cet enjeu.

Procédure de sélection du maître d’œuvre et gouvernance

Le projet fera l’objet d’une procédure internationale de passation d’un marché de maîtrise d’oeuvre qui sera lancée au printemps 2021. Elle s’adressera à des équipes pluridisciplinaires portées par des architectes, urbanistes ou paysagistes, accompagnés de spécialistes du patrimoine, de l’environnement, de la programmation de l’espace public et de bureaux d’études techniques .
Cette sélection des maîtres d’œuvre est envisagée sous la forme « d’un dialogue compétitif » à 2 tours avec 4 équipes « admises à dialoguer » (sorte de présélection). Cette démarche doit permettre aux concepteurs d’exprimer au mieux leur créativité et leur inventivité face aux multiples enjeux du site.

Participation citoyenne

La conduite de cette procédure de dialogue compétitif s’appuiera d’une part sur une commission technique, constituée d’une équipe-projet Ville pilotée par le Secrétariat général, associant toutes les directions de la Ville, ainsi que des 4 responsables de l’EPRND et du Diocèse. Un travail particulier sera naturellement poursuivi avec les partenaires extérieurs tels que la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), la préfecture de police, etc.
Elle s’appuiera d’autre part sur une « commission citoyenne », constituée d’un groupe de citoyens tirés au sort, tenus à la confidentialité et associés à l’analyse des projets candidats sur des thèmes spécifiques (usages et mobilité, environnement et paysage). Leur avis sera communiqué lors des échanges techniques avec les candidats. Il pourra donner lieu à des adaptations de programme et sera pris en compte par le jury lors de la sélection du projet lauréat.
Par ailleurs, toujours pour associer le public le plus large possible, des cycles de concertation vont être organisés entre juin et novembre 2021. Les résultats permettront de nourrir la réflexion des 4 équipes de maîtrise d'œuvre présélectionnées.
Un jury ad hoc se rassemblera au moins à 2 reprises : d'abord en vue de la sélection des 4 candidats au « dialogue compétitif » et, ensuite, en préalable au choix in fine de l’équipe et du projet lauréat . Ce jury, présidé par la maire de Paris, sera composé de 3 collèges équilibrés : un collège de personnalités qualifiées, un collège d’élus de tous les groupes et un collège de partenaires (EPRND, ministère de la Culture, Diocèse et représentants de la société civile, tels des riverains et des commerçants).

Calendrier prévisionnel

Les principales étapes de l'opération sont les suivantes:
  • second trimestre 2021 : lancement de la consultation sur la base d’une note d’intention et engagement de la concertation qui aura vocation à alimenter le dialogue compétitif ;
  • été 2021 : jury en vue de la sélection des quatre équipes et remise du cahier des charges définitif qui aura été préalablement travaillé avec l’Etat et le diocèse ;
  • décembre 2021 : premier tour de la phase « dialogue » du dialogue compétitif, sur la base des premières esquisses des 4 équipes ;
  • avril 2022 : deuxième tour de la phase « dialogue » du dialogue compétitif au vu des esquisses intermédiaires ;
  • été 2022 : jury préalable à la sélection du « lauréat » ;
  • 2023- 2024 : études de conception, dépôt des autorisations administratives ;
  • fin 2024 : engagement des travaux.

Financement

Cette opération sera financée par la Ville de Paris à hauteur de 50 millions d'euros.
Le projet bénéficie aussi d’un partenariat avec le « Chantier scientifique », une organisation issue d’une association entre le CNRS et le ministère de la Culture qui fonctionne déjà dans le cadre du projet de reconstruction de la cathédrale.
Enfin, la société Autodesk, éditeur de logiciel de conception, a proposé d’accompagner la Ville en réalisant des relevés topographiques très précis, en 3D, sur l’ensemble du périmètre du projet (4 ha), ainsi que dans les sous- sols du parvis (parking). Ces données seront remises à chaque équipe candidate à la maîtrise d'œuvre. En contrepartie, la Ville de Paris autorise Autodesk à communiquer sur le projet, dans les conditions et selon les modalités décrite s dans la convention de partenariat
Afin d’assurer un suivi régulier de toute l'opération d'aménagement, un bilan annuel sera présenté au Conseil de Paris.

Etudes sur les abords de Notre Dame

Différentes études ont été menées afin de donner des clés de lecture du site.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.