Ouvrir la recherche
Actualité

Une voie renommée en « place en hommage aux femmes victimes de violences »

Mise à jour le 24/11/2021
Une partie de la rue Berbier-du-Mets (13e) a été rebaptisée à l'occasion de la Journée contre les violences faites aux femmes.
Un lieu symbolique pour rendre hommage, se rassembler et se recueillir. Jeudi 25 novembre 2021, à l’occasion de la Journée de lutte contre les violences faites aux femmes, la « place en hommage aux femmes victimes de violences » sera officiellement inaugurée.
La voie est située dans le quartier Croulebarbe, délimitée par les rues Berbier-du-Mets et bordée par la rue de Croulebarbe au sud. Celle-ci mène à la place de la Bergère-d’Ivry, qui fait référence à Aimée Millot, jeune femme de 19 ans assassinée en 1827 par Honoré Ulbach parce qu’elle avait refusé ses avances. En 2002, la voie a été renommée en son hommage.
En 2019, le ministère de l’Intérieur estime qu’au moins 213 000 femmes ont été victimes de violences physiques, psychologiques et/ou sexuelles en France.

125 nouvelles voies parisiennes en hommage à des femmes depuis 2014

Depuis 2014, la proportion de voies parisiennes portant le nom d'une femme a doublé, atteignant 12% aujourd'hui.
Nombreuses sont les femmes à s'être illustrées par leur combat, leur engagement, leur créativité artistique, leur courage et leurs performances sportives. Mais peu ont eu l'honneur de voir leur nom attribué à une voie dans l'espace public. En 2001, seuls 6% des rues, espaces verts et équipements de la Ville de Paris portaient le nom d’une femme.
Depuis 2014, 125 hommages ont été rendus à des femmes de tous horizons : Simone Veil (8e), Jacqueline de Romilly (5e), Olga Bancic (11e), Clarissa Jean-Philippe (14e), Simone Iff (12e), Yvette Chauviré (15e), Rose Valland (17e), Jeanne Moreau (19e) et le sergent Aurélie Salel (20e).
Des bibliothèques qui empruntent le nom de femmes célèbres
Plusieurs bibliothèques ont aussi été rebaptisées pour rendre visibles les femmes dans l’espace public. En 2012, la bibliothèque Beaugrenelle est renommée Andrée Chedid (1920-2011), en hommage à la femme de lettres. Dans le 20e, la bibliothèque Assia Djebar a ouvert ses portes en 2018. Dans le 14e, l'établissement Benoîte Groult remplace celui qui s'appelait Vandamme.
Depuis 2008, la bibliothèque Vivienne (Paris Centre) a pris le nom de Charlotte Delbo, écrivaine et résistante (1913-1985). Celle du Trocadéro (16e) est devenue Germaine Tillion et celle de Brochant (17e) Colette Vivier. L'établissement de la porte Montmartre (18e) s'appelle désormais Jacqueline de Romily et la médiathèque de Picpus (12e), Hélène Berr.

Les MonumentalEs, faire de la place pour les femmes célèbres, oubliées ou méconnues

Plus accueillante et plus animée, la place du Panthéon a été inaugurée fin 2018. Les travaux sont intervenus suite à une concertation avec les Parisiens et les Parisiennes en 2015 et 2016.
Lors de cette phase de concertation, le collectif MonumentalEs avait imaginé de nouveaux espaces de convivialité. Des noms de femmes célèbres, oubliées ou méconnues ont ainsi été gravés sur le mobilier de la place du Panthéon en 2019 par l’artiste Claire Courdavault et son équipe.
Ces noms ont été sélectionnés par un comité scientifique réunissant des spécialistes de l’histoire des femmes et du féminisme et de l’histoire de l’Art, en coordination avec la Ville de Paris et le collectif. Les notices biographiques de ces femmes sont depuis en ligne sur le site des MonumentalEs.

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations