Réinventons nos places !

La Ville de Paris a fait de la reconquête urbaine un objectif prioritaire de sa politique. Informez-vous sur le réaménagement de 7 places parisiennes!

Présentation de la concertation

Apaiser l’espace public, rééquilibrer les usages au profit des piétons et des circulations douces, valoriser les espaces naturels, tels sont les grandes ambitions portées par l’exécutif municipal pour faire de notre capitale une ville bienveillante, harmonieuse et durable.

Imaginer de nouveaux usages, remettre en question nos habitudes… C’est à partir de votre envie de vivre la ville que les projets vont se dessiner.

La participation citoyenne est plus que jamais au cœur de la démarche d’élaboration des programmes.

Dans un vaste projet d’embellissement de l’espace public, 7 places chargées d’histoire et de symboles deviennent votre terrain de jeux: Bastille, Fête, Gambetta, Italie, Madeleine, Nation ou Panthéon.

Des premiers moments d’échanges ont déjà eu lieu sur les places de la Bastille et des Fêtes. Le processus s’élargit aujourd’hui à l’ensemble des 7 places.

Riverains, commerçants, flâneurs…. Vous avez partagé vos envies pour l'avenir de 7 places parisiennes chargées d’histoire et de symboles : Bastille, Fête, Gambetta, Italie, Madeleine, Nation et Panthéon. La participation citoyenne est plus que jamais au cœur de la démarche d’élaboration des programmes d’embellissement de l’espace public et c’est à partir de votre envie de vivre la ville que les projets vont se dessiner.

La concertation en ligne sur la plateforme participative idee.paris pour l’aménagement des 7 places parisiennes est maintenant terminée. Nous vous remercions de vos nombreuses contributions postées du 20 juin au 25 septembre 2015.

Le projet va maintenant entrer dans les phases suivantes de son déroulement : analyse des contributions et élaboration du bilan de la concertation et définition des grandes orientations de l’aménagement de chaque place. Vous pourrez suivre l’avancement de ces projets sur paris.fr.

Découvrez toutes les infos sur les places en téléchargeant les documents pdf.


>> Consulter le document des 7 places au format pdf

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Place de la Bastille (4e, 11e et 12e)

Populaire, dynamique et théâtre de l’histoire nationale, cette place est le lieu de grands rassemblements citoyens.

Hier: une place symbolique

La place est située à l’emplacement de l’ancienne forteresse de la Bastille, démolie en 1789. Sous l’administration napoléonienne au XIXe siècle, elle est traversée par le percement du canal Saint-Martin. La colonne de Juillet des architectes Alavoine et Duc est inaugurée en 1840. Elle porte le nom des victimes des journées révolutionnaires de juillet 1830. Son sommet est orné du Génie de la Liberté, sculpture en bronze de Dumont.

Aujourd’hui: une place mobile et commerciale

Point de rencontre d’axes structurants et de plusieurs lignes de transports en commun, la place dispose de commerces, essentiellement concentrés au nord. 70% d’entre-eux sont des cafés et des restaurants, offrant de grandes terrasses.

La place s’organise autour de l’usage automobile : la moitié de sa surface est dévolue aux circulations, organisées en giratoire autour de la colonne. Il n’existe pas de traversées directes pour les piétons : les déplacements à pied suivent le tour de la place sur les trottoirs très encombrés. Les aménagements cyclables sont inexistants.

Et demain?

L’esplanade du parvis de l’Arsenal, occupée aujourd’hui ponctuellement par la fête foraine et le marché d’art contemporain, ainsi que le terre-plein du boulevard Richard Lenoir constituent des espaces de changement, dont les usages seront à renouveler. Le canal Saint-Martin sous la place et le bassin de l’Arsenal en contrebas représentent des sites à mettre en valeur. L’aménagement de la place devra prendre en compte quelques contraintes techniques (métro, réseaux souterrains) le Plan Local d’Urbanisme et les projets déjà identifiés tels que le passage sur la place d’une ligne de transport à haut niveau de service.

Place de la Nation (11e et 12e)

La place de la Nation est un lieu symbolique. «Place-carrefour», elle offre une ouverture sur l’axe historique du cours de Vincennes et un vaste espace au cœur de l’Est parisien.

Hier: de l’entrée royale à l’héritage haussmannien

Initialement dénommée place du Trône, une première place fut créée pour célébrer l’entrée de Louis XIV après son mariage avec Marie-Thérèse d’Espagne en 1660. À partir de 1787, la place est intégrée l’enceinte des Fermiers Généraux, et dotée de pavillons dessinés par l’architecte Claude-Nicolas Ledoux. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, les grands travaux d’Haussmann intègrent la place au nouveau réseau de voirie complétant ainsi la géométrie rayonnante de la place actuelle.

Aujourd’hui: Une place peu adaptée aux usagers

L’encombrement des surfaces dédiées aux piétons rend les cheminements inconfortables. Les revêtements de sol dégradés et hétérogènes, les mobiliers urbains disparates, les grilles d’aération et les talus plantés empêchent une lecture rapide et fonctionnelle du site, et nuisent à une vision paysagère cohérente de la place.

Avec les 8 files de circulation sur l’anneau central et celles de la contre-allée, les espaces dédiés à la circulation automobile sont surdimensionnés. Les traversées piétonnes restent difficiles notamment pour accéder au jardin central et les trottoirs côté façades sont trop étroits pour assurer un cheminement confortable.

Et demain?

La répartition des espaces est à penser en adéquation avec les usages : l’espace de la place, généreux, peut davantage profiter aux usagers, à la fluidité des circulations douces, à l’animation et à la détente à travers son jardin central. La place est actuellement très peu animée et n’accueille pas d’événements particuliers en dehors des rassemblements lors des manifestations. Seuls un boulodrome et un kiosque à musique en rénovation sont présents, il n’y a pas d’aires de jeux.

Place du Panthéon (5e)

Associée au « Panthéon français » et installée au cœur du 5e arrondissement, la place du Panthéon porte une forte valeur symbolique.

Hier: la place de la mémoire nationale

Conçue au XVIIIe siècle par l’architecte Jacques-Germain Soufflot comme écrin de l'église Sainte-Geneviève (futur Panthéon), la place trouve sa forme actuelle sous le Premier Empire (1804-1814). Les bâtiments qui la bordent forment un espace qui lie intimement place et monument national. Outre le Panthéon, la place est entourée de nombreux monuments historiques : le lycée Henri IV, l’église Saint-Etienne-du-Mont, la bibliothèque Sainte-Geneviève, la faculté de droit et la mairie du 5e arrondissement.

Aujourd'hui: un lieu symbolique fréquenté mais peu hospitalier

Située au cœur du quartier latin, la place est perlée de grands espaces libres recouverts de pavés. Ce lieu reste très fréquenté par les étudiants des nombreux établissements scolaires et universitaires à proximité. Une très grande part de la surface de cette place est dévolue au stationnement et à la circulation automobile organisée autour du Panthéon. Les traversées piétonnes confortables vers le bâtiment sont rares et les déplacements à pied s’effectuent principalement en périphérie des fronts bâtis. En outre, l’absence d’aménagements cyclables ne favorise pas le déplacement des cyclistes.

Et demain?

Alors que les abords du Panthéon détiennent un potentiel à valoriser, les zones de stationnement occupent l’espace et imprègnent le paysage. L’utilisation événementielle et la tenue de célébrations nationales peuvent être réinventées pour encourager de nouveaux usages.  L’aménagement de la place devra respecter des contraintes techniques (réseaux souterrains) et le Plan Local d’Urbanisme. La rénovation de la coupole est la première des 5 étapes du chantier de rénovation du monument débuté en août 2013.

Place Gambetta (20e)

Avec 6700 m2, la place Gambetta a la forme d’un hexagone parfait d’un diamètre maximal de 90 mètres.

Hier: un héritage Hausmannien

La place est ouverte en 1862 sous le nom de Puebla, pour accueillir la mairie du XXe après l’annexion de la commune de Charonne et d’une partie de celle de Belleville, via les travaux du baron Haussmann. La place prend le nom de Gambetta en 1893 en hommage à Léon Gambetta, personnalité politique d’envergure nationale et député de l’arrondissement, mort en 1882. Sa forme hexagonale, disposée symétriquement autour d’une fontaine centrale contemporaine, est dessinée par les immeubles haussmanniens qui bordent la place.

Aujourd'hui: une place bien desservie mais dominée par l'automobile

La place se situe à l’intersection de voies de circulation constituant le principal réseau parisien. Véritable pôle multimodal, la place comprend lignes de bus et de métro, ainsi que des stations Autolib’ et Velib’. Outre la mairie, le bâti environnant est constitué de logements qualitatifs, d’un cinéma et de commerces.

La contrepartie de cette excellente desserte s’avère être l’encombrement de l’espace public et un environnement sonore bruyant. Avec une chaussée circulaire de 21 mètres de large, 64% de la place demeurent dévolus aux circulations automobiles. Les aménagements cyclables sont inexistants et les trottoirs, bien que larges, restent encombrés. En outre, la présence des terminus de bus sur la place est problématique.

Et demain?

Les emplacements de certains des terminus de bus pourraient être revus par le STIF, libérant ainsi de l’espace public et ouvrant des possibilités de réaménagement. Le parvis de la mairie constitue un espace à imaginer et le périmètre d’étude élargi permet de repenser l’équilibre des usages, en réorganisant par exemple la circulation et le stationnement entre la place, la rue du Japon et le jardin.

L’aménagement de la place devra respecter quelques contraintes techniques (réseaux souterrains comme le métro ou les canalisations...), le Plan Local d’Urbanisme et des projets tels que la création du réseau cyclable structurant. Le patrimoine architectural de la place est en site protégé. Le projet sera élaboré avec les Architectes des Bâtiments de France.

Place de la Madeleine (8e)

Dans un périmètre de moins de 100m autour de l’église, une dizaine de bâtiments sont inscrits à l’inventaire des Monuments Historiques.

Hier: écrin et carrefour majeur

Dès les premiers projets d’église à cet emplacement (1755), l’édifice est placé au centre d’une place à la fois écrin destiné à magnifier le monument et carrefour majeur de circulation. La place s’inscrit dans le projet général de réorganisation de l’ouest parisien entrepris avec la création de la place Louis XV (actuelle place de la Concorde) par la Ville et le roi. La place est très vite investie par des éléments caractéristiques des aménagements du XIXe siècle : grilles, rangées d’arbres, fontaines, colonnes Morris.

Aujourd'hui: une place arborée et commerciale mais peu de place aux piétons

Néanmoins, la place présente un déséquilibre entre les espaces de circulation ou de stationnement, majoritaires, et les espaces piétons. Il existe une rupture entre l’église et les trottoirs en pied de façade du fait de l’omniprésence de la voiture qui génère un bruit et une pollution assez élevés. Les trottoirs restent encombrés et la signalétique n’est pas toujours adaptée.

Et demain?

La fonctionnalité de la place pour tous les usages est une piste de réflexion pour son réaménagement. Il s’avère essentiel de repenser les parcours piétons et de faciliter les déplacements à vélo, tout en préservant le patrimoine historique de la place. Le projet sera élaboré avec les Architectes des Bâtiments de France et devra prendre en compte la mise en valeur du patrimoine

La place des Fêtes (19e)

La "Place des Fêtes" née en 1835 pour répondre au besoin d’un espace de réjouissances populaires du faubourg de Belleville, accueille aujourd’hui 17.000 habitants.

Hier: née dans le faubourg de Belleville

Espace de réjouissances populaires, la place des Fêtes est née en 1835 sur la commune de Belleville. En 1860, lors de l’annexion de la commune à Paris, des aménagements donnent à cette place son caractère de square (kiosque à musique, petit mobilier dessiné à l’anglaise…). Dans les années 1970, de grands ensembles de logements sont construits. La place des Fêtes historique est conservée et agrandie. Mais cet agrandissement est occupé par un grand nombre d’émergences (ventilations de parking, trémies d’accès voitures et piétons…). En 1991, c’est le projet de Bernard Huet qui est retenu pour rénover la place. Il y met en œuvre la redéfinition spatiale du lieu par un vocabulaire "classique": arcades, plantations d’alignement, la pyramide symbolique…

Aujourd'hui: une place populaire et animée, mais peu accueillante

La Place des Fêtes avec son grand marché se révèle animée, investie par les piétons et bien desservie en transports en commun. Mais le côté minéral de la place est accentué par la présence d’immeubles de grande hauteur (jusqu’à 24 étages) datant des années 1970 et par les aménagements réalisés en 1991 tels que le portique le long des façades commerciales au nord-est, l’ombrière et la pyramide.

Les larges chaussées favorisent des vitesses excessives et certains automobilistes transforment cette place piétonne en parking. D’autres pratiques de rodéos de deux-roues remettent aussi en question la sécurité des usagers de la place, notamment des enfants. De plus, les traversées piétonnes ont besoin d’être sécurisées rue Louise Thuliez, au carrefour Crimée et à l’angle Compans / Ribière.

Et demain?

De nombreux ateliers ont été menés en concertation avec les habitants et le Conseil de Quartier pour imaginer la place des Fêtes de demain. Fin 2014, une votation citoyenne a permis de retenir un scénario d’aménagement afin d’élaborer un projet répondant aux attentes et besoins des habitants et usagers de la place. Objectifs : libérer le cœur de la place en déplaçant une partie du marché sur les rues Augustin Thierry et Henri Ribière pour rééquilibrer l’animation de la place vers le sud, ouvrir la place à de nouveaux usages pour toutes les générations, rendre le quartier attractif et convivial, apaiser la circulation, végétaliser la place et ses abords…

Place d'Italie (13e)

La place d’Italie est le point de convergence de tous les axes importants du 13e arrondissement, des transports en commun, et de rencontre des quartiers.

Hier: une porte d'entrée de Paris

Entrée fiscale pour les marchandises à la fin du XVIIIe siècle, la future place est dotée de 2 pavillons de l’octroi dessinés par l’architecte Claude Nicolas Ledoux. Vers 1870, la mairie d’arrondissement est édifiée, et la place trouve sa configuration définitive, avec une composition géométrique: un jardin central avec bassin, une chaussée circulaire bordée en périphérie d’îlots arborés. Les projets d’aménagements urbains des années 1960 réduisent la place d’Italie et l’avenue du même nom à un aménagement autoroutier parsemé de tours de bureaux et d’habitation. La rive Sud est finalement rebâtie selon le projet de l’architecte Kenzo Tange en 1984, mais sans requalification des espaces publics de la place.

Aujourd'hui: des déplacements peu lisibles

Point de rencontre entre les principaux quartiers de l’arrondissement, la place est également un lieu de transit. Ce pôle modal est doté de monuments historiques : le monument en mémoire du maréchal Juin dans le jardin central, le monument aux morts sur le boulevard Auguste Blanqui et au sud, les deux sorties de métro d’Hector Guimard inscrites aux monuments historiques en 1978.

La place réserve près de la moitié des surfaces aux circulations automobiles. Les déplacements piétons et cyclistes sont complexes: le jardin Françoise-Giroud n’est accessible que par un unique passage piéton et la piste cyclable faisant le tour de la place est peu lisible et discontinue par endroits.

Et demain?

Une redistribution de l’espace devra contribuer à une meilleure lecture des différents modes de déplacement, en privilégiant particulièrement les piétons et les cyclistes. Un meilleur accès au jardin Françoise-Giroud lui redonnerait une nouvelle attractivité, autant du point de vue récréatif que du point de vue patrimonial. Les voies peu circulées occupées principalement par du stationnement pourront également être repensées. L’aménagement de la place devra respecter d’importantes contraintes techniques (métro, réseaux souterrains…) et des usages tels que l’accueil de grands rassemblements.

Partager cet article

  • J’ai donné mon avis pour le réaménagement des places parisiennes. Et vous qu’avez vous envie de voir sur ces places?

Diaporama: les places, hier...

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter
Dernière mise à jour le jeudi 21 avril 2016
Crédit photo : Mairie de Paris/ Déborah Lesage

Paris j'écoute

Vous avez une question à poser, une remarque à faire ou une expérience à raconter ? Exprimez-vous ci-dessous, des experts de la Mairie de Paris vous répondront personnellement.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris