La place de la Madeleine poursuit sa transformation

Dès le 19 novembre 2018, la place de la Madeleine a entamé sa transformation.
À l'issue des travaux, au cours de l'été 2019, vous bénéficierez d'une nouvelle place plus accessible et plus accueillante.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Les objectifs

L’ambition est de redonner du sens, de la cohérence et de la vie à cette place historique. La Ville a ainsi défini plusieurs priorités : réduire la place de l’automobile, donner plus d’espace aux piétons, sécuriser les cheminements cyclables et diversifier les usages.

Près de 170 ans après sa création, il s’agit d’enfin doter l’église de la Madeleine d’un parvis où pourront circuler librement touristes, visiteurs et fidèles. Mais aussi d’étendre les trottoirs le long des façades, et de renforcer la présence du végétal.

La nouvelle place de la Madeleine en 5 points clés

Passez votre curseur sur les points de couleur de la carte ci-dessous pour connaître le principe et le détail des aménagements.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

1. Un vaste parvis piéton et de nouvelles traversées piétonnes

Au Sud de la place, le parvis de l’église est agrandi et les triangles sont transformés en aire piétonne (sauf pour la desserte des riverains et les livraisons). Les trottoirs s’étendent dans le prolongement de la rue Royale et du débouché des boulevards.

Les contre-allées, sont définitivement transformées en aires piétonnes, le trottoir ouest est élargi à 7 mètres et de nouvelles traversées piétonnes sont créées.

2. Une place à vocations multiples

Sur les triangles situés au sud de la place, les pieds d’arbres sont végétalisés et des massifs sont plantés.

Onze nouveaux platanes complètent les alignements historiques à l’est et à l’ouest de la place. À leurs pieds, des bancs et des tables permettent de s’installer pour se reposer, lire, jouer, travailler, se restaurer…

3. Une place accessible aux personnes en situation de handicap

Un fil d’Ariane guide les personnes malvoyantes pour qu’elles puissent se déplacer plus facilement.

Pour le confort des personnes à mobilité réduite, le sol est ponctuellement repris en pentes douces, au niveau des traversées piétonnes du parvis sud et une rampe d’accès à l’ascenseur de l’église est créée dans la contre-allée ouest.

4. Place au vélo

L’ensemble de la place dispose d’aménagements cyclables. Une nouvelle piste à double sens est aménagée sur le parvis sud, ainsi qu’une bande cyclable au nord de la place.

De larges couloirs de bus ouverts aux vélos permettent les circulations sur les barreaux est et ouest de la place. 81 places de stationnement pour les vélos sont installées dans quatre espaces dédiés.

5. Une nouvelle desserte des bus

Les bus 42 et 52 n’empruntent plus la rue de Sèze mais passent sur le boulevard de la Madeleine. Le tronçon du boulevard de la Madeleine entre la rue Vignon et la place de la Madeleine devient un couloir bus ouvert aux vélos et aux taxis.

La place compte 3 arrêts de bus : un arrêt à l’Ouest (lignes 42, 45, 52, 94), un arrêt à l’Est (lignes 42, 45, 52, 84 et 94) et un arrêt au Sud-Ouest (ligne 84). Les 2 arrêts pour les cars de tourisme se situent à l’Est de la place et sur le boulevard de la Madeleine.

EN CHIFFRES

+ 40 % d'espace piéton supplémentaire

4 500 m² d'espace restitués aux piétons

345 m² d'espace végétalisé

11 nouveaux arbres

Le déroulé des travaux 

Les manifestations qui se sont déroulées durant les premiers mois de l’aménagement ont conduit à repenser l’organisation du chantier, dans le respect du calendrier initial et en assurant les circulations piétonnes et routières. Certains travaux prévus lors de la 1ère phase ont été reportés, tandis que d’autres ont au contraire été anticipés.

Les travaux se déroulent entre le 19 novembre 2018 et l'été 2019, organisés en 3 grandes phases:

Phase 1 : 4e trimestre 2018 - 1er trimestre 2019

Phase 2 : 2e trimestre 2019

Phase 3 : 3e trimestre 2019

  • Transformation des contre-allées sur l’espace central de la place en aire piétonne avec mise en oeuvre d’un revêtement spécifique et harmonisation du niveau du sol.
  • Création des fosses qui accueilleront les arbres à l’automne.
  • À l’automne, le mobilier de la place sera installé et les arbres venant compléter les alignements existants seront plantés.

Impacts des travaux

Côté piétons et cyclistes

Les itinéraires piétons et cyclistes pourront être ponctuellement modifiés aux abords du chantier. Des cheminements seront maintenus et protégés en permanence.

Côté bus

L’itinéraire des lignes 45 et 52 est modifié depuis début avril : ils empruntent dorénavant le boulevard de la Madeleine, au lieu de la rue de Sèze.

Côté automobilistes

  • Depuis mars 2019, le débouché du boulevard de la Madeleine sur la place (tronçon compris entre la rue Vignon et la place) est interdit à la circulation générale.
  • Début mai, la rue Duphot est définitivement mise en sens unique du Nord vers le Sud.

Durant toute la durée du chantier, l’accès aux véhicules de secours est maintenu.

Une une démarche participative innovante

En 2015 et 2016, une vaste concertation a étroitement associé les usagers à la transformation de la place. Elle a permis d’établir avec eux un diagnostic partagé, d’identifier les attentes du plus grand nombre et enfin, de définir les grands objectifs du futur aménagement.

La participation s’est poursuivie grâce à la démarche novatrice du collectif Les MonumentalEs installé sur la place en 2017. De nouveaux espaces de convivialité ont été imaginés avec les usagers. Ils ont été élaborés pour être économes en matériaux. Plus de 500 personnes ont participé à la quinzaine d’actions organisées par le collectif. L’installation de mobiliers construits avec des matériaux recyclés a permis de tester différents usages de la place.


La co-construction du mobilier en images

Des transformations qui s’inscrivent dans l’Histoire

L’histoire de la place de la Madeleine est assez simple, à la différence de celle du monument qu’elle accompagne. Leurs origines sont intimement liées. Dès les premiers projets d’église à cet emplacement en 1755, l’édifice est placé au centre d’une place.

À l’image du Panthéon ou du théâtre de l’Odéon, le principe du monument isolé au centre d’un espace libre est l’une des marques de l’urbanisme moderne. La Madeleine est par ailleurs une composante d’un projet bien plus large. Elle participe au vaste projet de la place Louis XV (actuelle place de la Concorde) qui se caractérise par ses multiples axes qui se rencontraient à l’ancienne statue du roi, aujourd’hui obélisque. Le souhait de Napoléon était d’en faire un panthéon à la gloire de ses armées.

Fond de scène de la Concorde, la Madeleine a toujours eu des proportions monumentales et son raccord avec son environnement local a toujours semblé complexe. Depuis le changement de programme de temple en église, l’espace urbain n’est plus compréhensible : au fil des années, cette évolution a rendu obsolète le parvis nord qui faisait office d’accès au temple de la Gloire, impossible à conserver pour une église. L’église n’a donc pas de parvis : son dégagement au droit de l’entrée est depuis toujours un carrefour difficilement accessible et non un lieu de passage ou de rassemblement des fidèles, des passants et des touristes.

Pourtant, la Madeleine a toujours été un lieu de rassemblement et d’hommage populaire : une tradition qui a commencé dès 1849 avec Frédéric Chopin et a continué jusqu’aujourd’hui : Camille Saint-Saëns, Mistinguett, Édith Piaf, Joséphine Baker, Tino Rossi, Dalida, Charles Trenet, Henri Salvador ou plus récemment Johnny Halliday, font partie des célébrités dont la mémoire a été honorée à la Madeleine.

S'il est peu connu du grand public et souvent éclipsé par la figure du Baron Haussmann, c'est pourtant à Jean-Charles Adolphe Alphand que nous devons beaucoup du charme de Paris. Il fut à l'origine de réalisations emblématiques telles que le parc Monceau, le parc Montsouris, le bois de Boulogne, le bois de Vincennes, le parc des Buttes-Chaumont ou le square des Batignolles. La Ville a souhaité rendre hommage à celui qui est considéré comme le père des espaces verts de Paris en revisitant les mobiliers urbains qu’il a inventé : demain, des bancs Alphand circulaires entoureront les rangées d’arbres de part et d’autre de l’Église.

Dernière mise à jour le vendredi 5 juillet 2019

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute sur twitter

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.