Le saviez-vous ?

Sept choses à savoir sur la tour Saint-Jacques

Mise à jour le 24/03/2023
Tour Saint Jacques
L’achèvement de cet édifice, dressé à quelques dizaines de mètres des berges de Seine et ancrée au cœur de son propre square, date d’il y a tout juste 500 ans. Son sommet est de nouveau accessible, à la force de bons mollets, dès le 18 mai. Mais connaissez-vous tous ses secrets ?

Vestige d'une église, elle est le point de départ d'un célèbre pèlerinage

À voir la tour Saint-Jacques isolée, au milieu d’un jardin public, sans aucun édifice autour d’elle, on pourrait plutôt la prendre pour un monument scientifique ou artistique que pour un ancien clocher d’église… Et pourtant. Attestée au XIIe siècle, l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie y trônait jusqu'à la fin du XVIIIe, idéalement située à proximité des seuls ponts parisiens qui, alors, franchissent la Seine.
Érigée au cœur du quartier de la Grande Boucherie, l'église prend ce nom pour la différencier de celle de Saint-Jacques du Haut-Pas, sur la rive gauche. On y enterrait les paroissiens notables qui avaient fait des dons considérables, à l'image du célèbre bourgeois parisien Nicolas Flamel qui y a été inhumé.
En 1509 débute la construction d’un nouveau clocher dans le style gothique dit « flamboyant », à l'angle sud de sa façade occidentale. La construction s’achève en 1523. Devenue bien national à la Révolution, Saint-Jacques-de-la-Boucherie est vendue comme carrière de pierres en 1797, sous réserve que son clocher, le plus haut de la rive droite, soit épargné. À l'emplacement de l'église, on construit, vers 1820, un marché couvert.
La tour Saint-Jacques vers 1830
Crédit photo : Villeret François Etienne
C’est le 27 août 1836 que la Ville de Paris fait l’acquisition du clocher afin de l’intégrer au grand projet urbain de l’axe est-ouest, qui était déjà en gestation.
Aujourd'hui, la tour Saint-Jacques est un des quatre points de départ du chemin de Saint-Jacques de Compostelle : la via Turonensis démarre à son pied et relie Saint-Jean-Pied-de-Port, dans les Pyrénées-Atlantiques, en un peu plus de 1 000 kilomètres.
Grimpez au sommet de la tour Saint-Jacques !
Adresse Tour Saint Jacques - 88 rue de Rivoli, Paris 4e
Date(s)Du jeudi 18 mai 2023 au dimanche 12 novembre 2023

Blaise Pascal y a réalisé des expériences

La Tour Saint-Jacques
Crédit photo : (c) Laurence Fouqueray-DECH-Ville de Paris
Blaise Pascal, mathématicien et physicien, effectue des expériences sur la pesanteur de l’air entre 1647 et 1648. Partant d’une expérience menée par l’Italien Torricelli, il retourne un tube rempli de mercure sur une cuve elle-même pleine de mercure. Le liquide s’abaisse et reste en suspens dans le tube, laissant un espace apparemment vide en haut. Pascal attribue ce phénomène à la pression atmosphérique.
Quelques années plus tard, le scientifique reproduit l’expérience en des lieux présentant des dénivelés différents : en haut et en bas d’un mont d’Auvergne, au rez-de-chaussée et à l’étage d’une maison et… au sommet et à la base du clocher de l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie. Les résultats confirment que la différence de pression varie avec la hauteur du lieu d’expérimentation. À titre d’hommage, une statue du savant est installée sur le socle de la tour lors de sa première restauration au XIXe siècle.

Une station météorologique y est déployée à partir de 1891

En 1885, le physicien Joseph Jaubert, qui se voyait en héritier de Pascal, parvient à « emprunter » la tour Saint-Jacques pour y conduire plusieurs expériences météorologiques. En 1891, le laboratoire de Jaubert n’a plus suffisamment de fond pour poursuivre et le savant sollicite la Ville de Paris pour lui octroyer une aide.
En devenant publique, la mission du laboratoire va préciser son programme : «Contribution au progrès des sciences en général au moyen des recherches expérimentales pour lesquelles la situation de la tour Saint-Jacques est des plus favorables. » Outre la nécessité de tenir des conférences pour leur diffusion, la station permet alors d’étudier la climatologie de Paris, mais aussi la pollution de l’atmosphère par les fumées et poussières, ainsi que les trépidations du sol…
La tour Saint-Jacques
Crédit photo : Michel Bouttier-DECH-Ville de Paris
En 1895, la municipalisation du laboratoire est finalisée, en le fusionnant avec celui de l’Observatoire de Montsouris. L’activité est poursuivie pendant une très grande partie du XXe siècle. Aujourd’hui encore, une visite de la tour permet de découvrir, au troisième niveau, une grande pièce restée dans son jus où se déroulaient ces expériences.

Un lion, un taureau, un aigle et un ange la surplombent

Depuis la tour Saint-Jacques
Crédit photo : Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris
Situées aux angles de la terrasse sommitale, ces statues représentent par leur symbole respectif les saints évangélistes Marc (le Lion), Luc (le Taureau), Jean (l’Aigle) et Matthieu (l’Ange). Elles ont remplacé les statues d’origine déposées ou détruites à la Révolution. Dix-neuf autres statues de saints de 2,5 mètres de haut occupent les niches des façades à partir du XIXe siècle.
C’est au sommet de la tour que trône saint Jacques-le-Majeur, figuré en pèlerin : la statue d’origine, haute de 3 mètres, avait été précipitée en l’an IV de son piédestal et s’était brisée en tombant sur le pavé. Sa reproduction du XIXe siècle se dresse aujourd’hui, exposée à la vue de toute la capitale, rehaussée par un socle renforcé d’arcs-boutants.
La tour est ornée d’un riche décor sculpté, gargouilles, chimères et dragons, masques, coquilles Saint-Jacques, moulurations complexes en courbes et contrecourbes…
Tour Saint-Jacques
Crédit photo : François Grunberg/Mairie de Paris
L’ensemble des façades de la tour, sa terrasse, son décor statuaire et ornemental, ont été restaurés par la Ville de Paris entre 2006 et 2009 : cette campagne de travaux avait pour objectif, après un nettoyage général, de remplacer les pierres trop dégradées pour être conservées, de consolider les pierres fragilisées et de restituer si nécessaire les éléments indispensables à la cohérence de cette architecture héritée du XVIe siècle.

Les travaux d'Haussmann sont pour beaucoup dans sa mise en valeur

Vue sur le square depuis la Tour Saint Jacques
Crédit photo : Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris
En 1853, le baron Haussmann, nommé préfet de la Seine, met en place une organisation des services apte à concrétiser les grands projets qui avaient émergé sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. Certains de ces projets, comme celui de la rue de Rivoli, avait même été initiés sous le Premier Empire. Haussmann apporte une accélération décisive à l’invention d’un Paris plus moderne doté de grands boulevards, de gares et d’espaces verts.
Ces grands travaux ont marqué l’histoire de la tour Saint-Jacques grâce à la prolongation de la rue de Rivoli et à l’ouverture du boulevard de Sébastopol, artères qui se croisent devant le monument et son square aménagé.
Ce square a d’ailleurs été créé pour mettre en valeur l’ancien clocher gothique transformé en tour ornementale, sous la direction de l’architecte Théodore Ballu.
La restauration de 2006-2009 a révélé tant l’abondance des décors sculptés d’origine que la qualité des éléments apportés au XIXe siècle.
Plusieurs rendez-vous pour l'année Haussmann
Conférences dans le cadre des « Mardis de l’Histoire », colloques, exposition sur les grilles de l'Hôtel de Ville et du square des Batignolles (17e) ainsi qu'au parc Montsouris (14e)… Haussmann et ses gigantesques travaux parisiens sont à l'honneur en 2023 pour célébrer les 170 ans du lancement des chantiers.

Elle offre l’une des plus belles vues panoramiques de Paris…

Mais il faut pour cela gravir ses quelque 300 marches, soit l'équivalent d'un immeuble de 16 étages ! Sa hauteur est de 54 mètres à la terrasse sommitale. L’altitude de son socle s’ajoutant à sa hauteur lui permet de rivaliser avec les tours de Notre-Dame. La terrasse de la tour Saint-Jacques présente toutefois l’avantage impressionnant d’une vue à 360°.
Paris vu de la tour saint Jacques
Depuis ce formidable observatoire situé au cœur de la capitale, dans le 4e arrondissement, on embrasse tout à la fois Paris et ses environs.
Crédit photo : © Marc Verhille / Mairie de Paris
En 1993, la tour Saint-Jacques, dans le cadre de l’ensemble constitué par les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle, a été classée par l’Unesco au titre du Patrimoine mondial de l’humanité.

Elle ne se visite que de mai à novembre… et elle se mérite !

Accessible par son étroit escalier à vis et limitée en nombre de visiteurs en raison de l’exiguïté de ses espaces intérieurs, la visite de la tour se fait uniquement sur inscriptions, sous la conduite d’un organisme ayant répondu à l’appel à projets de la Ville. C’est actuellement Magma Cultura qui assure cette mission d’organisation, d’animation et de sécurisation des visites.
Pour admirer cette vue inoubliable, mieux vaut être en bonne condition physique, et ne pas être sujet aux vertiges ou à la claustrophobie…
La Tour Saint Jacques pour les journées du patrimoine.
Crédit photo : Sophie Robichon / Ville de Paris
Dates d’ouverture et inscriptions
La tour est ouverte du 18 mai au 12 novembre 2023. Les visites guidées, animées par un guide-conférencier, se déroulent les vendredis, samedis et dimanches de 10 h à 18 h (10/12 euros).
Infos et réservations.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations