Ouvrir la recherche
Actualité

La qualité de l'air mesurée aux abords de 44 crèches, écoles et collèges

Mise à jour le 06/05/2021
Lors d'une réunion publique à destination de la communauté éducative, des représentants des parents d'élèves et des associations, la Ville de Paris a présenté le bilan de l'expérimentation menée avec Bloomberg Philanthropies, en faveur d'une meilleure qualité de l'air.
Mieux connaître la qualité de l'air. Tel était l'objectif du projet pilote, lancé en juin 2019 grâce à une collaboration entre la Ville de Paris et Bloomberg Philanthropies, en partenariat avec Airparif. Le projet a concerné 44 crèches, écoles et collèges parisiens et sur les rues adjacentes.

Diminution des niveaux de pollution entre les rues et les écoles

Les mesures recueillies par le projet, couplées à des dispositifs de référence, ont confirmé que les niveaux de pollution diminuaient significativement entre les rues et les cours des établissements, principalement du fait de l'éloignement et de l'effet protecteur des murs séparant la cour du trafic routier.
Cette étude quantifie la décroissance des concentrations de polluants par l'éloignement des axes routiers dans 44 établissements parisiens : la différence de concentration de dioxyde d'azote (NO2) observée est de 36 % en moyenne dans les établissements étudiés, respectant ainsi les recommandations de l'OMS.
En revanche, la différence entre les cours et les rues est bien moins prononcée pour les particules PM2.5. Ce polluant est émis par de nombreuses sources, pas seulement par le trafic routier. Les concentrations pour ce polluant sont donc spatialement plus homogènes.
Le rapport publié par Airparif confirme l'importance de disposer d'un dispositif de surveillance performant basé sur un ensemble d'outils de références (réseau de stations de référence, cartographies, campagne de mesures…) pour valider la qualité des données produites par les micro-capteurs.

Une expérimentation utile à d'autres villes

Pour la Ville de Paris, Bloomberg Philanthropies et Airparif, cette expérimentation s'inscrit dans une volonté d'aider d'autres villes dans leur combat contre la pollution de l'air.
Bloomberg Philanthropies a développé des partenariats autour de la qualité de l'air avec les villes de Bruxelles, Londres et Jakarta ainsi qu'avec le ministère de l'Environnement indien. Les résultats du projet seront partagés avec d'autres villes qui étudient actuellement le déploiement de réseaux micro-capteurs similaires.
La Ville de Paris et Bloomberg Philanthropies vont poursuivre, en lien avec Airparif, leur partenariat autour de cet enjeu de santé publique majeur, à travers des projets participatifs de sensibilisation et des études contribuant au renforcement des connaissances sur la qualité de l'air et à l'identification des actions permettant son amélioration.
Rappelons que la Ville de Paris agit depuis 2004 pour traiter le problème de la pollution de l'air à sa source, notamment grâce à la réduction du trafic routier au profit des mobilités actives et des transports en commun, ainsi que par la mise en œuvre d'une des premières Zones à faibles émissions de France. Ces actions ont des effets concrets et mesurables sur la diminution des concentrations en particules fines (PM2,5, PM10) et du dioxyde d'azote.

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations