Ouvrir la recherche
Actualité

La fondation PSG, au cœur de l'action sociale pour les enfants

Mise à jour le 21/08/2020
Ils et elles font le sport à Paris. Zoom sur la Fondation Paris Saint-Germain qui intervient au travers de plusieurs programmes éducatifs et sportifs auprès d'enfants malades, en situation de handicap, orphelins ou venant de quartiers populaires. Sabrina Delannoy, ex-joueuse professionnelle du PSG et directrice adjointe de la fondation, nous parle des actions proposées.
Elle fête ses 20 ans d'existence, quand le club fête lui ses 50 ans. La fondation Paris Saint-Germain a vu le jour en 2000 afin de venir en aide aux enfants et jeunes en difficulté. Deux décennies plus tard, elle a déjà pu intervenir auprès de 250 000 enfants grâce à différents projets qui lient sport et éducation.
La fondation PSG est constituée de 25 personnes, dont 18 pour l'équipe pédagogique qui construit les contenus des opérations. Chaque année, elle organise plus de 400 opérations à destination de 18 000 à 20 000 enfants. « Ce sont des enfants avec des difficultés différentes : il y a des enfants malades, en situation de handicap, orphelins ou venant de quartiers populaires… Nous utilisons le sport, la culture, le numérique et la citoyenneté pour construire des programmes pédagogiques et contribuer à leur développement, leur épanouissement et essayer de leur donner un peu de bonheur dans leur quotidien parfois bien compliqué. » explique l'ancienne capitaine de l'équipe féminine du Paris Saint-Germain, qui compte par ailleurs 39 sélections en équipe de France.

Des programmes variés et enrichissants

Le travail de la fondation PSG se matérialise via différents programmes éducatifs spéciaux. En voici quelques-uns :
  • Les Journées Paris Saint-Germain : la fondation PSG se déplace dans les villes et différents quartiers de Paris pour proposer une journée d'animation sportive, culturelle et éducative pour des enfants qui ne partent pas en vacances.
  • « Allez les filles ! », parrainé par les joueuses professionnelles du Paris Saint-Germain, qui permet chaque saison à 50 jeunes filles de découvrir tout au long de l'année une vingtaine d'activités sportives. Elles ont alors la possibilité de toucher du doigt le monde du sport professionnel, d'assister à des entraînements et des matchs, de s'inspirer du parcours et des carrières des joueuses du PSG. Enfin, la fondation finance la licence dans l'association sportive choisie par la jeune fille pour la saison d'après.
  • Les Vacances Paris Saint-Germain pour les enfants qui n'ont pas la chance de partir pendant les vacances scolaires sur le socle pédagogique de la fondation : le sport, la culture et l'éducation. Huit semaines de vacances par an sont alors mises en place pour une trentaine d'enfants.
  • Les écoles Rouge et Bleu qui proposent des programmes périscolaires pour les enfants des écoles primaires qui ont des difficultés sociales, familiales ou scolaires afin d'apprendre par le sport. Situées dans le 19e arrondissement de Paris et à Mantes-la-Jolie, elles axent leur travail sur le savoir-être, le savoir-faire et le savoir-vivre ensemble.
Très ancrée à Paris et historiquement dans le département des Yvelines, la fondation PSG cherche également à s'exporter en dehors de la capitale. « Nous avons vocation à mieux occuper le territoire de l'Ile-de-France et à développer des programmes internationaux. Nous soutenons des partenaires (Secours Populaire, Action contre la faim…) et ça nous arrive de proposer des programmes et activités dans le monde entier », décrit Sabrina Delannoy.
Paris Saint-Germain
PSG
Sabrina Delannoy : « La fondation est une vocation »
« J'ai signé au Paris Saint-Germain en 2005, et j'ai commencé à travailler avec la Fondation PSG dès 2008 en tant qu'animatrice et éducatrice car j'aimais ce contact avec les enfants et que je pouvais venir en aide à ceux qui étaient en difficulté. Au fil du temps, je suis restée à la fondation PSG, je suis passée à des fonctions plus administratives en 2010. J'y ai toujours travaillé lorsque j'étais joueuse professionnelle. Lorsque j'ai mis un terme à ma carrière en 2017, je suis devenue directrice adjointe de la fondation PSG, simplement car c'est un projet qui correspond à mes ambitions et à la vision que j'ai d'un job idéal. J'aime travailler avec une équipe, le côté management me plaît beaucoup et la finalité de mon travail a une vraie utilité pour ces enfants qui sont en difficulté. C'est le plus important et c'est une vocation pour moi. »

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.