Ouvrir la recherche
Actualité

Les dix plus grands matchs du PSG en Coupe d'Europe

Mise à jour le 18/08/2020
Le Paris Saint-Germain découvrira dimanche sa première finale en Ligue des Champions, après son succès 3-0 contre le RB Leipzig. Grand habitué des émotions au plus haut niveau, le club de la capitale tentera de remporter la deuxième Coupe d'Europe de son histoire. Pour l'occasion, retour sur les dix plus grands matchs du PSG sur la scène européenne, aux scénarios uniques et irréels.

18 mars 1993 : le premier exploit européen avec « Casque d'Or »

L'un des plus beaux et retentissants. Après avoir successivement battu le PAOK Salonique, Naples puis Anderlecht, le PSG croise la route du Real Madrid en quart de finale de la Coupe de l'UEFA 1993. Défait 3-1 par les Espagnols au Stade Santiago Bernabeu, Paris doit gagner par deux buts d'écart au match retour, sans en encaisser.
46 000 personnes sont présentes au Parc des Princes en ce 18 mars 1993 pour ce qui va être le premier coup du PSG au niveau européen. Le Paris Saint-Germain fait la moitié du travail à la mi-temps avec la réalisation de George Weah (1-0). La deuxième période voit les parisiens buter sur la défense madrilène, avant les magnifiques délivrances de David Ginola (81e, 2-0) et Valdo (89e, 3-0). Paris est alors qualifié s'il ne prend pas un but… que les Parisiens encaissent quelques instants après : Zamorano offre à ce moment-ci une prolongation au Real Madrid (92e, 3-1).
Dans un temps additionnel interminable, le PSG provoque un coup-franc. Battu de la tête sur le but madrilène, Antoine Kombouaré place sa tête dans les petits filets adverses (4-1, 96e). Le Parc des Princes explose sous le but du désormais surnommé « Casque d'Or » et Paris tient son premier exploit européen en s'envolant vers la demi-finale de la Coupe de l'UEFA.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

23 novembre 1994 : George Weah montre toute sa classe contre le Bayern Munich

Paris avait déjà frappé un grand coup quelques semaines auparavant en s'imposant 2-0 contre le Bayern Munich pour la 2e journée des phases de poules de la Ligue des Champions. Au match retour, les Rouge et Bleu vont en Allemagne avec le statut d'invaincus (4 victoires en 4 matchs) et de qualifiés pour les quarts de finale de la compétition.
Au stade olympique de Munich, le PSG domine la rencontre et confirme son statut de favori. Cependant, il fait face au gardien bavarois, Oliver Kahn, qui ne laisse absolument rien passer. À la 64e minute, David Ginola cède sa place à George Weah, à qui il ne faut pas longtemps pour débloquer la situation. 15 minutes après son entrée, le Libérien élimine 3 joueurs avant de propulser le ballon dans la lucarne du but de Kahn, qui ne peut rien faire (1-0, 80e). Grâce à ce but, Paris sécurise la première place du groupe et peut sérieusement préparer la suite de la compétition.

15 mars 1995 : la qualification pour une première demi-finale de Ligue des Champions

Quelques mois après avoir battu le Bayern Munich, Paris rencontre le FC Barcelone en quart de finale de Ligue des Champions. Après avoir arraché un match nul 1-1 au Camp Nou, Paris est en très bonne posture pour rejoindre les demi-finales de la compétition, qu'ils n'ont encore jamais vu. Une victoire, ou un match nul 0-0 suffirait au bonheur du PSG.
Au match retour, les Parisiens sont fâchés avec les montants : Paris tape 4 fois le poteau ou la barre transversale seulement en première période, qui s’achève à 0-0. Au retour des vestiaires, Barcelone ouvre le score grâce à Bakero (1-0, 49e), le PSG est éliminé s'il ne marque pas. Néanmoins, les parisiens s'accrochent. Raï égalise de la tête et envoie provisoirement son équipe en prolongation (1-1, 72e). Auteur d'un grand match, le PSG passe devant en fin de match après une percée de Vincent Guérin dans l'axe du terrain, conclue par une frappe à ras de terre dans le petit filet (2-1, 83e). L’entraîneur Luis Fernandez explose de joie sur le bord de la pelouse, tout comme le Parc des Princes. Paris tient la première demi-finale de Ligue des Champions de son histoire, en renversant le finaliste de la dernière édition.

8 mai 1996 : le sacre européen

Engagé en Coupe des Vainqueurs de Coupes, le Paris Saint-Germain connaît, en 1996, une 4e demi-finale européenne consécutive. Cette fois-ci, après avoir éliminé Molde (Norvège), le Celtic Glasgow (Écosse) et Parme (Italie), Paris accède à sa première finale internationale en battant La Corogne (Espagne). Le PSG fait donc face au Rapid de Vienne dans cette rencontre pour le titre, qui se joue à Bruxelles.
Après seulement 11 minutes de jeu, Raï doit céder sa place après un tacle rude… Dominants, Paris provoque des fautes autrichiennes, à l'image de Youri Djorkaeff qui amène l'ouverture du score. Avec un petit décalage de ce dernier, Bruno Ngotty tente sa chance à une trentaine de mètres, avec une frappe à ras de terre qui finit au fond des filets (1-0, 29e).
Paris manque énormément de réalisme sur le reste de la rencontre, n'arrivant pas à se mettre à l'abri d'une éventuelle égalisation de Vienne. Cependant, les Autrichiens ne se créent que très peu d'occasions… Solide, le Paris Saint-Germain remporte cette finale 1-0 et remporte sa première compétition européenne, la dernière d'une équipe française à ce jour.

10 avril 1997 : une 2e finale de Coupe des Vainqueurs de Coupes consécutive

Tenant du titre, le PSG retrouve à nouveau les demi-finales de la Coupe des Vainqueurs de Coupes, opposés à Liverpool. Pour le match aller au Parc des Princes, Paris sort son plus bel habit de soirée pour défier les Anglais, avec une banderole dans les tribunes du stade, où est inscrit « Welcome to the legendary fans », en hommage aux morts et blessés du drame d'Hillsborough.
Le Paris Saint-Germain prend très vite le contrôle de la rencontre avec une réalisation de Leonardo suite à de multiples gestes défensifs de Liverpool (1-0, 11e), puis profite d'une erreur du gardien de Liverpool pour doubler la mise juste avant la mi-temps grâce à Benoît Cauet (2-0, 43e). En fin de match, Cyrille Pouget sert parfaitement Jérôme Leroy qui inscrit le 3e but parisien, son premier en Coupe d'Europe (3-0, 84e).
Impérial à l'aller, le PSG perdra 2-0 en Angleterre à l'occasion du match retour, cependant suffisant pour rejoindre le FC Barcelone en finale de la Coupe des Vainqueurs de Coupes, remportée par les espagnols 1-0.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

27 août 1997 : la folie au Parc des Princes après une défaite sur tapis vert

Pour le début de saison 1997/1998, le Paris Saint-Germain affronte le Steaua Bucarest (Roumanie) en tour préliminaire de la Ligue des Champions. Le vainqueur de la confrontation, en match aller et retour, accède aux phases de poules de la compétition.
Au match aller, après avoir mené au score par deux fois, Paris s'incline 3-2 en Roumanie mais reste en bonne posture pour le match retour. Une victoire 1-0 suffirait au PSG pour se qualifier. Mais coup de tonnerre, les Parisiens sont sanctionnés pour avoir fait jouer Laurent Fournier lors de cette première rencontre, normalement suspendu. Le résultat est alors catastrophique : le Paris Saint-Germain s'incline sur tapis vert, 3-0, et doit remporter le match retour avec 4 buts d'écart.
Le Parc des Princes est en fusion pour cette rencontre et explose dès les premiers instants. Le PSG provoque un penalty, que Raï se charge de marquer (1-0, 2e). Paris manque quelques occasions avant de doubler la mise sur corner, encore une fois grâce à son meneur de jeu brésilien qui inscrit un doublé (2-0, 23e). À l'entrée de la surface de réparation, Marco Simone inscrit le 3e but parisien (3-0, 32e). En à peine 30 minutes, le PSG a déjà comblé son retard sur Bucarest, mais ne s'arrête pas ici. Sur une splendide contre-attaque, Florian Maurice remporte son duel face au gardien roumain (4-0, 41e) ! Paris est donc provisoirement qualifié et assène le coup de grâce avec un dernier but de Raï, rayonnant ce soir-là (5-0, 56e), qu'il vient fêter avec les supporters en tribunes. Le PSG renverse Bucarest et se qualifie pour les disputer les phases de poules de la Ligue des Champions.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

20 octobre 2004 : l'éclat de génie contre les champions d'Europe en titre

La saison 2004/2005 n'a rien à voir avec la précédente sur le plan sportif… Néanmoins qualifiés en Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain connaît deux premières journées de phases de poules compliquées, avec des défaites contre Chelsea (0-3) et contre le CSKA Moscou (0-2), avant de recevoir le tenant du titre : le FC Porto.
Dans un Parc des Princes incandescent, Paris choisit de défendre et repousser les offensives portugaises. Les locaux vont alors embraser le stade en une petite minute : sur un centre venu de la droite, Charles-Édouard Coridon reprend le ballon par un coup du scorpion et trompe le portier adverse (1-0, 29e), l'un des plus iconiques but de l'histoire du club. Quelques secondes plus tard, Pedro Miguel Pauleta combine avec Reinaldo et inscrit le 2e but parisien en trompant Victor Baïa (2-0, 30e). Le score en restera là, bien porté par l'efficacité parisienne devant le but. Ce sera la seule victoire du Paris Saint-Germain lors de cette campagne de Ligue des Champions.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

18 décembre 2008 : l'invraisemblable devient réel au Parc des Princes

Une autre date que les supporters présents au Parc des Princes n'oublieront probablement jamais. En difficulté dans son groupe en Coupe de l'UEFA, le Paris Saint-Germain sait ce qu'il lui reste à faire pour la réception de Twente (Pays-Bas), comptant pour la dernière journée : derniers du groupe, Paris doit gagner en marquant un but de plus que le Racing Santander (qui joue dans le même temps contre Manchester City, déjà qualifié) pour s'emparer de la 3e place, qualificative pour les seizièmes de finale.
Paris ouvre le score rapidement par Peguy Luyindula (1-0, 8e) et Stéphane Sessègnon double le score un quart d'heure plus tard (2-0, 23e). Dans le même temps, le Racing Santander mène également sur le même score contre Manchester City… Au retour des vestiaires, le duel à distance donne l'avantage aux Espagnols, qui mènent 3-0. Dans le même temps, Mateja Kežman manque un penalty pour Paris, la qualification semble s'éloigner de la capitale. L'horloge tourne et Paris s'enlise, avant de briller : sur un centre de Marcos Ceará, l'attaquant serbe plonge et dévie le ballon du bout du pied dans les buts de Twente (3-0, 84e). Comme souvent dans ces moments-là, le Parc des Princes pousse son équipe et s'apprête à exploser de joie. Lancé dans la profondeur, Luyindula efface le portier de Twente et inscrit le 4e but du PSG (4-0, 86e). La communion avec le stade est magnifique tandis que Paris tient une qualification inespérée. Le Racing Santander ne peut faire mieux qu'une victoire 3-1 contre Manchester City, et cède la 3e place du groupe au Paris Saint-Germain.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

11 mars 2015 : Paris prend sa revanche sur Chelsea

Éliminés la saison précédente à la dernière minute par cette même équipe de Chelsea en quart de finale de Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain tient l’opportunité de prendre sa revanche quelques mois après, en terminant 2e de la phase de poules derrière le FC Barcelone, et en affrontant son bourreau anglais en 8e de finale.
Au Parc des Princes pour le match aller, Paris signe un match nul 1-1 qui met les locaux dans une situation inconfortable, avec l'obligation de marquer au match retour. Le Paris Saint-Germain se met d'autant plus en difficulté à la demi-heure de jeu avec l'expulsion de Zlatan Ibrahimovic suite à un mauvais tacle. En deuxième période, Edison Cavani voit sa frappe s'écraser sur le poteau de Chelsea, et les doutes s'installer. À 10 minutes du terme, Gary Chaill ouvre le score pour les londoniens après un cafouillage (0-1, 80e), Paris doit marquer pour arracher une prolongation. Quelques minutes plus tard, sur un corner, David Luiz s'envole plus haut que tout le monde et place sa tête dans le but de Thibault Courtois (1-1, 86e), et marque contre son ancien club.
Direction les prolongations… qui commencent mal pour le PSG. Le défenseur parisien Thiago Silva provoque un penalty en touchant le ballon de la main, transformé dans la foulée par Eden Hazard (1-2, 95e). Encore dos au mur, Paris n'a besoin que d'un but, et réagit. Ce même Thiago Silva est tout proche de se racheter de la tête sur un corner, mais le portier de Chelsea dévie in extremis le ballon qui prenait la direction des filets. Qu'à cela ne tienne ! Le corner qui suit tombe encore sur la tête du brésilien qui lobe cette fois-ci toute la défense et finit sa course sous la barre (2-2, 114e). Le PSG tient une troisième qualification consécutive en quart de finale de la Ligue des Champions.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

14 février 2017 : une rencontre irrationnelle

Favori de sa phase de poules de Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain peine à confirmer et ne termine que second de son groupe. Le tirage au sort indique alors que Paris rencontrera le FC Barcelone, avec le match aller au Parc des Princes. L'armada offensive des Espagnols est la plus impressionnante depuis quelques saisons mais Paris a des arguments à faire valoir.
Dans un Parc des Princes plein à craquer, Paris se montre le plus entreprenant dès le départ, et est récompensé par le coup-franc d'Angel Di Maria (1-0, 18e). Paris est transcendé, à l'inverse de Barcelone. Marco Verratti sert Julian Draxler dans la surface de réparation qui ajuste le gardien (2-0, 40e). La mi-temps ne change aucunement la donne avec l'exploit individuel d'Angel Di Maria (3-0, 55e) et le but d'Edison Cavani (4-0, 72e). Intraitable, le Paris Saint-Germain signe un monumental exploit pour ce match aller, avant de totalement s'écrouler lors du match retour au Camp Nou sur le score de 6-1.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations