Compte-rendu de mi-mandat: une ville bienveillante et solidaire

Enfants, familles, seniors, personnes en situation de handicap: l'équipe municipale œuvre pour que Paris permette à chacun de s’épanouir. Elle assume aussi son devoir de solidarité envers les plus fragiles, qu’ils soient sans-abri ou migrants.

C’est dès le plus jeune âge qu’il faut donner à chacun toutes les chances de réussir. Depuis trois ans, les petits Parisiens sont donc au cœur de toutes les attentions. Deux mille cinq cents places supplémentaires en crèche ont été créées, soit un total de 35.000 places, qui font de Paris le département français le mieux pourvu en établissements de petite enfance. 

Petite enfance

Plus de 2.500 places de crèches ont été créées depuis 2014, pour un objectif de 5.000 en 2020. La part de l’alimentation durable y a été augmentée de moitié. Par ailleurs, un partenariat a été conclu avec l’AP-HP pour faciliter l’ouverture des crèches à des horaires décalés. Enfin, le processus d’amélioration de la transparence des critères d’attribution des places a été lancé avec la charte «Priorité transparence».

Les écoles ont été rénovées, avec plus de 6.000 chantiers réalisés. L’accent a été mis sur le numérique: 90% des écoles élémentaires sont désormais équipées de tablettes, et 230 tableaux interactifs ont été installés. L’offre périscolaire s’est étoffée grâce aux nouveaux rythmes éducatifs: 110.000 enfants bénéficient d’ateliers gratuits, dont nous améliorons régulièrement la qualité. 

Des ateliers périscolaires gratuits

Depuis 2014, l’organisation des nouveaux rythmes éducatifs a été améliorée, favorisant les apprentissages fondamentaux et la réussite des élèves. En 2016, 110.985 enfants ont bénéficié chaque semaine d’activités éducatives gratuites au sein de 16.722 ateliers périscolaires, et 400 agents spécialisés des écoles maternelles ainsi que 1.450 animateurs supplémentaires ont été recrutés entre 2014 et 2015.

Onze écoles et trois collèges, où les difficultés scolaires sont importantes, font l’objet d’un plan dédié, intitulé «Tous mobilisés», avec des renforts humains et financiers. Trente-neuf collèges bénéficient du dispositif «Action collégiens», qui prévient le décrochage scolaire. Parce que les parents ont parfois besoin d’aide, l'équipe municipale a ouvert une Maison des liens familiaux (19e), qui les accompagne notamment en cas de divorce. Les ludothèques mobiles, qui se déploient dans les quartiers, sont aussi des occasions pour les parents de se rencontrer et de dialoguer.

Des seniors mieux accompagnés

Ehpad Annie Girardot

L'équipe municipale s'est par ailleurs mobilisée pour les seniors pour qu’ils puissent s’investir dans la vie locale, se maintenir à leur domicile aussi longtemps qu’ils le désirent ou encore prévenir les situations d’isolement. Ainsi, 1.406 nouvelles places ont été créées dans les établissements d’hébergement pour les personnes dépendantes. Une Maison des aînés et des aidants a ouvert ses portes (10e), qui les accompagne eux et leurs proches dans leurs démarches. Cinq autres verront bientôt le jour. Un nouveau plan d’action sur quatre ans vient d’être adopté, doté de 40 mesures. Il prévoit par exemple la création d’un service civique senior, véritable reconnaissance pour les seniors engagés, et l’expérimentation d’un viager municipal qui améliorerait la situation financière des seniors propriétaires de leur logement, mais qui ont de faibles revenus.

Vers l'accessibilité universelle

Pour rendre Paris plus accessible aux personnes en situation de handicap, l'équipe municipale a engagé la mise aux normes de 1.800 établissements publics. Tous les travaux de voirie prennent aussi en compte cet enjeu. Les capacités des établissements médico-sociaux ont été renforcées (+325 places en foyers, +74 places en services), ainsi que les possibilités d’accueil des enfants en situation de handicap (500 accueillis en crèche, 8.691 inscrits dans un établissement scolaire). Au total, 58% des places prévues d’ici 2020 sont déjà créées.

Davantage d'hébergements pour les sans-abri

Centre d'hébergement Stendhal (20e)
1 300 places d'hébergement

Mille trois cents places d'hébergement supplémentaires ont été créées pour les personnes sans-abri depuis le début de la mandature, dont un centre de 200 places dans le 16e arrondissement. 

Enfin, la municipalité a veillé à mieux venir en aide aux plus fragiles, en faisant de la lutte contre l’exclusion la grande cause de cette mandature. Cent-six mesures ont été adoptées en 2015 pour améliorer la prise en charge des personnes sans-abri : 80% d’entre elles sont réalisées. Paris compte 17 000 places d’hébergement d’urgence, dont 1 700 créées depuis 2014. Cela représente la moitié des places disponibles en Île-de-France, alors que Paris ne représente qu’un cinquième de la population francilienne. Cinq cents personnes sans-abri ont trouvé un emploi grâce au dispositif Premières Heures. Autres réalisations : l’augmentation du nombre de maraudes, l’ouverture de trois nouveaux restaurants solidaires et la création d’un second Espace solidarité insertion (ESI). À cela s’ajoutent les mesures humanitaires que l'équipe municipale a prises pour venir en aide aux migrants et ainsi respecter la tradition d’accueil qui est celle de Paris.

Deux centres pour réfugiés ouverts

En novembre 2016, Paris a été la première ville de France à créer un centre d’accueil humanitaire pour les migrants. Sa gestion a été confiée à Emmaüs Solidarité. Situé porte de la Chapelle (18e), il s’organise en trois espaces : un accueil de jour ouvert à tous, un centre d’hébergement de plus de 400 places et un centre de santé. Les migrants peuvent y rester une dizaine de jours, le temps d’être orientés dans un hébergement adapté géré par l’État. Un second site a ouvert à Ivry-sur-Seine, avec le soutien du maire de cette commune et sur un terrain propriété de la Ville de Paris. Il comporte 300 places dédiées aux familles avec enfants et aux femmes isolées, avec notamment des soins gynécologiques et une salle de classe.

Bienveillante et solidaire

Vers Paris sans Sida

Paris est en première ligne dans la lutte contre le VIH (1 200 nouveaux cas chaque année). Depuis 2014, le plan Vers Paris sans sida vise à atteindre les « 3 x 90 » d’ici à 2020, soit 90 % de séropositifs diagnostiqués, 90 % des personnes infectées sous traitement et 90 % des personnes traitées avec une charge virale indétectable, rendant la transmission du VIH impossible ; enfin, arriver à zéro contamination en 2030. Deux objectifs sont déjà atteints : 96 % de séropositifs sous traitement et 94 % traités efficacement. Mais seuls 80 % de séropositifs sont aujourd'hui diagnostiqués. 

Objectif : adapter la prévention aux communautés les plus exposées (homosexuels et migrants d’Afrique subsaharienne). Par ailleurs, la Ville consacre 1,8 million d’euros par an à la lutte contre le VIH-sida à l’international.

Des médecins dans votre quartier

Certains quartiers manquent de médecins. L'équipe municipale a donc créé en 2016 le dispositif Paris Med’Il aide les professionnels de santé à trouver des locaux à un prix abordable et finance une part de leurs travaux d’installation. En contrepartie, ceux-ci s’engagent à vous proposer des tarifs de secteur 1. Cela a déjà permis à 40 professionnels de s’installer et à huit cabinets de voir le jour au plus près de chez vous.


Les jeunes mieux accompagnés 

La Ville de Paris soutient ses jeunes, qui le lui rendent bien. En témoigne le développement du Conseil parisien de la jeunessel’instance de consultation et de participation des jeunes à la vie publique. À noter également, l’adoption en septembre 2015 du Programme parisien pour l’autonomie des jeunes (PPAJ), qui regroupe 145 mesures pour les accompagner dans leur parcours (éducation, emploi, logement, citoyenneté, etc.). À la suite d'une large concertation depuis 2014, deux types d’équipements ont été mis en valeur : les 49 centres Paris Anim’ (loisirs et éducation populaire pour tous) et les 13 nouveaux espaces Paris Jeunes dans les quartiers populaires (information, animations, accompagnement de projets pour les 15-25 ans). Enfin, quelque 300 volontaires découvrent chaque année le service civique grâce aux 40 missions proposées par la Ville.


Mieux protéger les femmes

L’Observatoire parisien des violences faites aux femmes a été lancé en 2014 pour coordonner les actions de protection et d’accompagnement des victimes. En 2016, 508 agents de la Ville ont reçu une formation en matière de violences faites aux femmes. La Ville a apporté des solutions concrètes pour le relogement en urgence des victimes avec la mise en place de 50 logements, l’ouverture de 120 places d’hébergement et la création d’un centre d’accueil dans le 15e.


L'insertion par l'emploi

Paris a conclu en février 2016 le Plan parisien de l’insertion par l’emploi (PPIE). Des initiatives ont suivi, telles que l’ouverture de six points ParisEmploi, le premier Hackathon pour l’emploi, la signature de neuf chartes de partenariat avec de grands employeurs parisiens, la signature de la charte <ParisCodeavec cinq grands noms du numérique et le dispositif Premières Heures (employabilité d’ex-SDF). Organisatrice de plusieurs forums pour l’emploi, la Ville de Paris forme 740 apprentis, 420 jeunes en emplois d’avenir et 1 100 personnes en contrat unique d’insertion.

Dernière mise à jour le jeudi 12 octobre 2017
Crédit photo : © Jean-Baptiste Gurliat / Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.