« Paris + sportive » : l’action de la municipalité en faveur du sport de proximité 

Au Conseil de Paris, le 4 février, a été présenté le document de référence sur la politique sportive à Paris : « Paris + sportive ». C’est la première fois que Paris se dote d’un tel document. Le sport, à l’instar d’autres politiques publiques, a un rôle crucial à la fois éducatif, sanitaire et social. Tour d'horizon des enjeux du plan « Paris + sportive ».

Plus d’espaces sportifs dans une ville dense

Comme dans beaucoup d’autres politiques publiques municipales, le premier enjeu est celui de la densité et de l’absence de place. Alors que le sport demande de l’espace, et idéalement de la verdure, Paris doit trouver des réponses modernes pour produire des mètres carrés et de l’offre sportive supplémentaire pour répondre tant au sous- équipement historique qu’au nombre croissant de pratiquants.

Continuer d’investir

Piscine Emile Anthoine (15e)


  • 15 nouveaux gymnases créés entre 2014 et 2020 (11,5 % de surfaces supplémentaires depuis 2014)
  • 3 nouvelles piscines auront ouvert leurs portes durant cette mandature grâce au plan Nager à Paris (9 % de surface de nage en plus depuis 2014) : Élisabeth dans le 14e, Émile-Anthoine dans le 15e (deuxième bassin) et Davout dans le 20e, auxquelles il est important d’ajouter le bassin nordique de la Butte-aux-Cailles dans le 13e, les baignades estivales Villette en 2017 et Léo-Lagrange en 2019. Enfin, une piscine rue Belliard verra le jour en 2021 pour les habitants du 17e et du 18e

Création de salles dédiées à certaines disciplines

Dojo, salle d’armes, ring de boxe, salles de gym douce : partout où cela est possible, la Ville crée des salles dédiées à certaines disciplines afin de libérer les gymnases où ces disciplines ne sont pas adaptées (pas besoin d’une grande hauteur sous plafond) et prennent la place des sports collectifs. S’adapter à la rareté du foncier à Paris et développer au mieux ces disciplines ont permis de créer 12 nouvelles salles depuis 2014. 

Dès 2019, sur le site Jules-Ladoumègue (19e), une concession privée sera transformée en offre publique avec un dojo, une salle de boxe, une salle de danse axée hip hop et du squash. Sur le site de Bercy Bastille (12e), l’ancien espace de fitness sera également transformé également en salle de boxe.

Être inventif et agile : pour contrer les aléas météo


Photos avant-après: les terrains de tennis du boulevard Niox (16e)

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

20 couvertures de terrains de sport et 19 renouvellements/créations de synthétiques ont fait gagner 850 heures de plus par semaine. En faisant confiance aux clubs et en leur laissant les clés après 22h30 pour des créneaux gérés par eux : 79 associations et 220 heures de plus par semaine. À partir de la rentrée 2019, de nouveaux créneaux gérés par les clubs seront ouverts le dimanche après 18h.

Créer de nouvelles coopérations

  • Avec le Rectorat : 201 associations occupent le soir et le week-end les équipements sportifs de 18 établissements scolaires (plus 1 184 heures par semaine).
  • Avec les bailleurs sociaux : 3 équipements ont été créés depuis 2014 dans des programmes mixtes et 3 nouvelles opérations en 2019 sont prévues pour reconvertir des parkings inutilisés ou des rez-de-chaussée d’immeuble.
  • Avec les communes limitrophes grâce à une politique volontariste : partager les équipements (Seine-Saint-Denis et Hauts-de-Seine), investir (Choisy-le-Roi et Orly), réinterroger les concessions pour faire plus de place aux associations parisiennes (Joinville, Saint-Denis et Vincennes). 130 heures de plus par semaine pour le football et le rugby.
  • En travaillant avec le privé : Paris Terrain de jeux a déjà permis d’ouvrir un complexe de foot à 5 à Tour à Parachutes (13e) et une salle de boxe quai du Lot (19e).

Faire de l’espace public un terrain de sport

Photos avant-après: playground des Halles (1er) 
Installé rue Berger dans le jardin Nelson Mandela dans le cadre de la restructuration du jardin des Halles. Cet équipement a été inauguré le 19 décembre 2018. Le sol est une fresque signée Romain Froquet, Street artiste.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

En construisant 27 nouveaux petits équipements, chaque Parisien·ne sera à moins de cinq minutes à pied d’un équipement sportif gratuit en accès libre.

D’ici 2020, le premier parcours sportif sera totalement finalisé : le parcours Nation-Stalingrad. Fruit du budget participatif, il s’agira d’une promenade de santé longue de 4,4 kilomètres, agrémentée d’agrès sportifs pour faire de l’exercice, de signalétique au sol et d’une végétalisation renforcée tout le long. Enfin, d’ici 2024, la ceinture verte sera le lieu d'un grand parcours sportif.

La Ville lance le programme « Places sportives » qui offre des cours collectifs gratuits sur les grandes places. Au printemps 2019, les nouvelles places récemment rénovées, accueillent tous les week-ends des cours collectifs gratuits et mixtes pour tou·te·s les Parisien·ne·s. Cours de zumba, fitness ou encore gymnastique seront au programme.

Plusieurs sites identifiés comme Nation, Bastille, Madeleine, place des Fêtes ou encore le parc Montsouris, le parc André Citroën, le parc Martin Luther King et l’esplanade Rosa Parks deviendront des lieux de pratique sportive.

    • La Ville de Paris a porté à deux ans l’attribution des créneaux pour sécuriser le projet sportif, l’inscrire dans la durée et alléger les démarches.
    • Concentrer les activités : 71 associations ont bénéficié des créneaux regroupés afin de donner aux parents, enfants, éducateurs et bénévoles un vrai lieu de vie et de socialisation.
    • La Ville va renforcer son soutien par des conventions d’objectifs pour nouer des partenariats et un financement à hauteur de 4,3 millions d'euros pour 424 associations.

    Soutenir le bénévolat et la vie sociale des clubs

    • Un plan de formations gratuites pour les bénévoles des clubs va être mis place en 2019.
    • 17 club-houses vont être créés en 2019 au sein des équipements sportifs pour mieux accueillir les familles, offrir des lieux de vie aux clubs et faciliter la vie de leurs bénévoles. Tarification divisée par trois.
    • Des services civiques au profit des clubs : à partir du mois d’avril 2019, la Ville mobilisera un opérateur expérimenté, Unis-Cité, afin de proposer un dispositif d’accompagnement pour les clubs.

    Soutenir les clubs dans leur rôle d’éducation populaire

    • La Ville de Paris a porté à deux ans l’attribution des créneaux pour sécuriser le projet sportif, l’inscrire dans la durée et alléger les démarches.
    • Concentrer les activités : 71 associations ont bénéficié des créneaux regroupés afin de donner aux parents, enfants, éducateurs et bénévoles un vrai lieu de vie et de socialisation.
    • La Ville va renforcer son soutien par des conventions d’objectifs pour nouer des partenariats et un financement à hauteur de 4,3 millions d'euros pour 424 associations.

    Soutenir le bénévolat et la vie sociale des clubs

    • Associer les clubs dans les dispositifs périscolaires : 90 clubs participent aux ateliers bleus sportifs, 90 autres aux temps d’activités périscolaires et un tiers des Paris Sport Vacances sont assurés par les clubs.
    • Aider à la performance grâce aux classes à horaires aménagés sportives (CHAS) : 6 établissements et 219 jeunes Parisien­·ne·s seront concerné·e·s par le dispositif (CHAS) permettant d'accompagner les jeunes sportifs les plus performants.
    • Un appel à projets « Éducation par le sport » sera lancé en 2019 pour dupliquer les bonnes pratiques existantes et susciter de nouvelles approches utilisant le sport pour réduire les inégalités scolaires.

    Associer les clubs à la gouvernance de la politique sportive

    • Création de comités d’usagers dans 10 arrondissements.
    • Dès 2019, création d’une conférence annuelle du sport avec la définition des nouvelles orientations sur la base d’un baromètre des pratiques sportives.
    Les associations sportives en quelques chiffres

    • 294 millions d'euros de subventions accordées à 424 associations sportives en 2018. Soutien constant et réaffirmé dans une période de restrictions budgétaires
    • 3 168 clubs sportifs à Paris
    • 330 202 licenciés en 2017

    Du sport pour tous : aller chercher de nouveaux pratiquants

    Le rôle du service public sportif municipal est complémentaire de l’offre sportive des clubs. Il vise à initier les Parisien·ne·s au sport, en particulier les publics éloignés (familles, seniors, femmes, enfants)  et les accompagner vers une pratique durable en club.

    Les familles

    • Paris Sport Vacances : ce dispositif propose pendant les vacances un large choix de stages sportifs pour les enfants âgés de 7 à 17 ans. En 2018, 900 stages sportifs ont été organisés pendant les vacances scolaires pour 8 000 jeunes.
    • Paris Sport Famille : cette nouvelle offre permet aux parents et à leurs jeunes enfants de pratiquer des activités sportives ludiques et gratuites le week-end (baby gym, parcours de motricité, raquettes, basket, arts martiaux et piscine) dans tous les arrondissements. 3 600 parents et enfants depuis le lancement à la rentrée 2018 ont profité de ce dispositif.

    Les seniors

    • Paris Sport Senior: en 2018, le programme Paris Sport Senior a connu un nouveau développement avec plus de 3 000 pratiquants en semaine. À la rentrée 2019, la réforme de la filière sportive permettra de toucher 80 % d’usagers supplémentaires avec 5 500 places dans 184 créneaux.

    Les femmes

    • 4 nouveaux terrains de foot féminin seront créés en 2019 en héritage de la coupe du monde de foot féminin et pour lutter contre les inégalités de genre dans l’espace public : Didot (14e), Courcelles (17e), Championnet (18e), Pailleron (19e).
    • Femmes en Sport : 4 000 Parisiennes profitent chaque année pendant un week-end d’activités gratuites proposées par une centaine de clubs dans l’espace public.

    Les enfants

    • Création en 2019 des Jeux sportifs scolaires.
    • Lancement d’une inspection générale pour évaluer la couverture des besoins du sport scolaire dans les établissements sportifs.

    Les habitants des quartiers populaires

    • 4 000 jeunes sportifs bénéficient de la réduction du coût de la licence.
    • Des événements sportifs grand public gratuits sont proposés : Paris Plage Villette (19e), Baignade Villette (19e), Louis Lumière (20e)/Élisabeth (14e) et nouveau en 2019 Léo Lagrange Plages (12e).

    La pratique handisport et sport adapté

    • Le Centre sportif Emile-Anthoine accueille le premier pôle de pratiques handisport et sport adapté parisien. Il inclut le bassin mobile, le bassin principal rénové, le gymnase, le stade et le terrain d'éducation physique (TEP). Des travaux ont été réalisés sur le bassin principal afin de rendre l’équipement accessible aux personnes en fauteuil, d’aménager des rampes et un ascenseur. Et une signalétique adaptée, notamment tactile, a été installée. Chaque semaine, 20 heures sont réservées aux associations d’handisport, sport santé et sport adapté, et 10 heures sont proposées par les maîtres-nageurs de la Ville de Paris pour diverses activités : aquagym seniors sourds et malentendants, natation handi-jeunes, sport adapté.

    Les actifs

    Le plus gros décrochage en matière de pratique sportive se situe au cœur de la vie active (35 ans). Parentalité, contraintes professionnelles, familiales ou sociales, les raisons d’abandonner le sport sont nombreuses à cet âge. C’est pourtant l’une des périodes clés pour préserver son capital santé.

    • « Pause déj' sportive » : après une expérimentation dans cinq arrondissements auprès de 2 105 salariés, la Ville de Paris lancera à la rentrée 2019 le dispositif « Pause déj' sportive », pour que les salariés puissent faire du sport à l’heure du déjeuner, dans 30 équipements sportifs disponibles entre 12h et 14h.
    • Au moins une piscine sera ouverte à tout moment de la journée et de la semaine en septembre 2019. 40 nocturnes créées de 20h à 22h en piscine pour les nageurs individuels. 
    « Où faire du sport à Paris » sur paris.fr

    Avec plus de 500 équipements sportifs municipaux, 3,08 millions d’heures de créneaux, une offre municipale, associative et privée, des horaires spécifiques, la vie sportive parisienne est aussi riche et variée que difficile à décrypter. Pour rendre le sport plus simple et plus accessible, la Ville de Paris diffusera sur paris.fr d’ici l’été 2019 l’ensemble des plannings et créera un outil intelligent « où faire du sport à Paris ? »

    Dernière mise à jour le mercredi 6 février 2019
    Crédit photo : mairie de Paris

    Votre avis nous intéresse

    Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

    Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

    Restez connecté

    La newsletter

    Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

    Je m'abonne

    Paris j'écoute sur twitter

    Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.