Ouvrir la recherche
Focus

Un nouveau plan vélo pour une ville 100 % cyclable

Mise à jour le 21/10/2021
Aménagement de nouvelles infrastructures, développement massif de solutions de stationnement sécurisé, renforcement de l’écosystème vélo… Le plan vélo 2021-2026 vise à faire de Paris une ville 100% cyclable.
Plan vélo, acte 2 : après un premier plan (2015-2020) de 150 millions d’euros, un nouveau plan 2021-2026 accroît encore la présence du vélo à Paris et poursuit la construction de la ville cyclable initiée depuis 20 ans. Cela représente un budget de plus de 250 millions d’euros d’investissements, soit 100 millions d’euros supplémentaires par rapport au plan vélo du précédent mandat. Voici les principaux objectifs de ce nouveau plan :

Vers un maillage cyclable complet

En 2021, Paris compte plus de 1 000 km d’aménagements cyclables, dont plus de 300 km de pistes et 52 km de pistes provisoires réalisées à l’issue du premier confinement. Celles-ci seront intégralement pérennisées.

180 km de nouvelles pistes sécurisées

  • 130 km de nouvelles pistes
  • 52 km de "coronapistes" pérennisées
Carte du Plan vélo 2021 2026
Carte du Plan vélo 2021 2026
Ville de Paris
Les infrastruc­tures cyclables à Paris reposent sur des axes cyclables à aménager, des axes de niveau parisien, métropolitain ou régional.
Sont concernées :
  • l’intégration du RER-Vélo de la Région Île-de-France et du Vélopolitain de la Métropole du Grand Paris, ainsi que les continuités entre les voies cyclables parisiennes et les voies cyclables des communes limitrophes.
  • Le réseau Vélopolitain parisien intègre les axes du RER Vélo à visée régionale et s’insère dans le réseau Vélopolitain de la Métropole du Grand Paris, qui se développe au-delà du périphérique pour mailler l’ensemble de la métropole.
  • Le réseau secondaire vise à compléter l’armature du réseau principal en offrant une bonne densité de maillage afin de capter l’essentiel des trajets à vélo supérieurs à 1 km. Ce réseau est particulièrement utile pour les déplacements inter-arrondissements.
  • Le réseau de desserte locale vise à permettre le dépla­cement des cyclistes dans toutes les rues de la capitale afin que les déplacements à vélo soient possibles de bout en bout.

La généralisation des doubles sens cyclables et le développement du maillage local

Trotinette sur piste cyclable 75009 rue de Douai
Piste cyclable rue de Douai (9e).
Clement Dorval / Ville de Paris
Objectif : 450 km d’ici la fin du mandat dont 60 km sont déjà réalisés.

La sécurisation de carre­fours et des portes

Objectif : résorber les coupures urbaines entre Paris et la métropole.

Une démarche concertée

Chaque projet d’aménagement cyclable fait l’objet d’une large concertation permettant d’associer la préfecture de police, la RATP, Île-de-France Mobilités, les associations cyclistes parisiennes dans le cadre du Comité vélo paritaire, et les associations de commerçants.

Priorité à la circulation des vélos et des trans­ports en commun

Jusqu’à maintenant, le trafic automobile était favorisé via la régulation des feux tricolores. Dorénavant, la priorité est donnée aux bus, aux tramways et aux vélos grâce à un système "d'ondes vertes" (réglage spécifique des feux tricolores).

Des stationnements pour répondre à tous les besoins

Stationnement de vélos
60 000 arceaux existent actuellement à Paris.
Henri Garat/Ville de Paris
À Paris, 6631 plaintes pour vols de vélos ont été relevées en 2020, soit 7 % de hausse par rapport à 2019.
81 % des personnes qui ne veulent pas utiliser un vélo citent la peur du vol comme première raison à ce renoncement. L’offre de stationnement, notamment de stationnement sécurisé, est donc l’un des facteurs déterminants pour utiliser un vélo comme moyen de transport.

Quelle est l'offre actuelle ?

  • 60 000 arceaux vélo et une expérimentation d’arceaux pour les vélos cargos.
  • Du stationnement résidentiel sécurisé : 50 véloboxes représentant 300 emplacements vélos, fonctionnant avec un abonnement annuel de 75 €.
  • Deux vélostations (198 places gare de Lyon, 375 places gare Montparnasse) ; trois stations « Véligo » (60 places gare Montparnasse, 40 places gare de l’Est, 40 places gare Saint-Lazare).
  • Du stationnement sécurisé dans les parkings concédés : 1 675 emplacements vélos, dont certains équipés de prises de recharge pour les vélos à assistance électrique, en augmentation constante.
  • Des aides municipales avec une prise en charge de 50 % du montant des travaux pour l’installation d’abris vélos sécurisés pour les bailleurs sociaux et les copropriétés

Objectif : plus de 130 000 nouvelles places

  • 30 000 nouvelles places en arceaux sur l’espace public, dont 1000 places réservées aux vélos-cargos.
  • 40 000 nouvelles places sécurisées à proximité des gares, ou aux points intermodaux, en libre-accès et sécurisées, sous l’égide d’Île-de-France Mobilités d’ici 2030.
  • 10 000 nouvelles places sécurisées sur espace public hors points d’intermodalité (type véloboxes ou autre, stationnement résidentiel sécurisé accessible sur abonnement).
  • 50 000 nouvelles places dans le privé (bailleurs sociaux et copropriétés, entreprises…).
  • 1 500 places sur les sites de la Ville de Paris (stationnement des agents de la Ville).
  • Des obligations de stationnement sécurisées à chaque nouvelle construction / réhabilitation d’immeubles privés, bureaux, établissements recevant du public et des incitations dans le cas où aucun grand chantier n’est prévu.
  • La création de stationnements temporaires pour s’adapter à la demande spécifique de grands événements.

Des déplacements sûrs et plus confortables

Favoriser la pratique du vélo passe par la création d’un environnement adapté à celui-ci. La priorité est la sécurité de l’ensemble des usagers de l’espace public en commençant par celles des usagers les plus vulnérables : les piétons.
Pour contribuer au confort et à la sécurité de tous les usagers, les opérations de contrôle par les agents de la police municipale seront renforcées (respect des pistes par les autres usagers, respect des SAS Vélo, respect de la priorité piétons par les cyclistes, etc.).
L’effort de la Ville de Paris sera poursuivi sur ces différents volets :
  • Actions de sensibilisation et communi­cation menées avec/par la police municipale et la Préfecture de police, notamment autour de la problématique des angles morts, encore trop méconnue des usagers motorisés et cyclistes.
  • Recensement des « points noirs » et traitement spécifique pour améliorer la sécurité sur ces points.
  • Actions de contrôle des agents de la Ville ciblées sur le respect des pistes cyclables et des sas vélos.
  • Sécurisation des carrefours : poursuite du développement des carrefours « à la hollan­daise » et des îlots protecteurs, poursuite du marquage des sas vélos.
  • Amélioration des équipements des poids lourds de la flotte Ville et délégataires.
Les questions de confort et de sécurité ont également été abordées. Sont prévus :
  • la réalisation d’un Code de la rue permettant de faciliter la cohabitation entre tous les usagers, avec un contrôle renforcé assuré par la police municipale ;
  • le jalonnement qui permet aux cyclistes de s’orienter, mais aussi de bien se positionner et de circuler plus facilement sur les grands axes ;
  • le nettoiement et le déneigement des linéaires cyclables.

Soutenir l’écosystème vélo

Enfants sur leurs vélo sur les Rives de Seine
Paris veut généraliser le « Savoir rouler à vélo ».
Sophie Robichon / Ville de Paris

L’apprentissage et l’entretien

  • Paris veut généraliser le « Savoir rouler à vélo » dans toutes les écoles élémentaires parisiennes, en mettant en place un « Permis vélo ». L’objectif est que toutes les petites Pari­siennes et les petits Parisiens sachent faire du vélo lorsqu’ils entrent au collège.
  • Développement des vélos-écoles pour faci­liter l’apprentissage des adultes.
  • Création d’un atelier d’autoréparation par arrondissement.

Les aides à l’écomobilité

Un grand nombre d’aides à la mobilité a été mis en place à partir de 2015 pour accompagner l’évolution de la mobilité des Parisiens.
Un travail est en cours pour réformer les aides actuelles afin de les faire mieux corres­pondre aux nouvelles attentes des particuliers comme des professionnels.

Le soutien aux asso­ciations

L’étude de l’APUR sur l’évolution des commerces à Paris montre une crois­sance de 57 % des commerces dédiés au vélo (vente et réparation) entre 2014 et 2017 et de 29 % entre 2017 et 2020. On observe aussi une croissance exponentielle des acteurs associatifs, qui sont près d’une trentaine à déve­lopper des projets et offrir des services aux usagers.
Vélo cargo de la societé Olvo
Livreur en vélo-cargo
Emilie Chaix / Ville de Paris
La question de la cyclologistique est intégrée dans la démarche en cours pour élaborer une stratégie logistique urbaine. Celle-ci comporte plusieurs axes :
  • adapter les pistes cyclables pour prendre en compte les dimensions des vélos triporteurs ;
  • prévoir du stationnement pour ces vélos particuliers, voire des aires de livraison spécifiques pour vélos cargos à proximité des grands générateurs de flux deux-roues (grandes enseignes comme Monoprix ou Carrefour par exemple) ;
  • améliorer les conditions de travail et le statut des chauffeurs-livreurs cyclistes autoentrepre­neurs.
La Ville travaille en particulier à la recherche de lieux de préparation des tournées à proximité des lieux de distribution finale (le rayon d’action d’un vélo est d’environ 2 km), sous la forme de sites immobiliers (espaces de logistique urbaine) ou sur l’espace public (micro-hubs). Ces espaces de cyclologistique doivent être accessibles à des poids lourds.

Encourager le cyclotourisme

Le cyclotourisme connaît un envol spectaculaire au niveau national. Quatre grands itinéraires cyclables nationaux ou transnationaux traversent Paris, avec un point de passage commun sur le parvis de Notre-Dame :
  • La Scandibérique (EV3) couvre 5 122 km de voies entre la Norvège et l’Espagne ;
  • L’avenue verte London-Paris (V16) propose 470 km d’itinéraire cyclable à partir du parvis de Notre-Dame ;
  • La véloroute La Seine à vélo (V33), reliant Paris au Havre, a été inaugurée en octobre 2020 et propose 420 km d’aménagements dédiés le long de la Seine ;
  • La Véloscénie (V40) relie Paris au Mont-Saint-Michel sur un parcours de 450 km.
Les Assises du tourisme durable organisées par la Ville en 2021 ont mis en avant les besoins suivants :
  • Prendre des dispositions réglementaires et des mesures d’accompagnement visant à installer des locaux vélos dans les héberge­ments touristiques ;
  • Améliorer la signalétique des quatre grands itinéraires cyclables traversant Paris, et la signalétique vers les sites touristiques pour orienter les visiteurs, notamment depuis les points d’intermodalité ou entrées de la Ville ;
  • Combiner le vélo aux autres transports, notamment par la possibilité d’emport des deux-roues à bord des bateaux, des autocars, des trains ;
  • Pour les cyclotouristes qui souhaiteraient visiter des lieux touristiques, mettre en place des solutions de consignes pour mettre à l’abri les sacoches et les bagages.
  • Poursuivre les grands aménagements cyclables également à échelle métropolitaine pour faciliter et encourager l’accès à vélo aux grands sites touristiques franciliens (château de Versailles, cathédrale Saint-Denis, Giverny…).

Favoriser l’économie circulaire du vélo

  • Développer les partenariats à l’image de celui qui existe entre la Ville et le Repar pour récupérer les épaves de vélos afin de les remettre en état et/ou d’en récupérer les pièces. En 2020, malgré le contexte sanitaire, plus de 800 vélos ont ainsi été remis en état pour être revendus à moindres frais.
  • Créer un atelier d’autoréparation par arron­dissement, soit 15 ateliers supplémentaires.

Encourager la pratique sportive en profitant des Jeux 2024

Velodrama à la Cipale
Velodrama à la Cipale
Jean-Baptiste Gurliat/ Ville de Paris
Le cyclisme sportif recoupe diverses disciplines aux pratiques très différentes : route, cyclo-cross, VTT, BMX race et freestyle, polo vélo, et cyclisme en salle. La pratique du vélo au quotidien s’inscrit dans l’objectif de « Sport Santé », et améliore la santé publique en luttant contre la sédentarité, pour tous les publics et notamment les seniors.
Les Jeux de Paris 2024 doivent être un temps fort de la pratique cycliste. Objectif : 15 % des dépla­cements des Jeux doivent se faire à vélo et 20 000 places de stationnement événementiel seront nécessaires (sans compter les sites de célébration). Les infrastructures cyclables et une partie du stationnement sécurisé devra constituer l’héritage vélo des Jeux.

360 000 abonnés à Vélib'

Vélib, service public de vélo en libre-service compte aujourd’hui 1 406 stations, dont 1 006 à Paris et 400 stations en proche couronne. 19 000 vélos sont actuellement en circulation, dont 35 % fonctionnent à assistance électrique.
Le service compte plus de 360 000 abonnés. Sur l’année 2019, on a compté plus de 23,6 millions de déplacements en Vélib’, dont plus de 9,2 millions en vélos électriques. En 2020, une augmentation de 11 % du nombre de locations a été enregistrée (avec un record de 215 000 trajets sur une journée en septembre).

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations