Focus

Paris pour le climat

Mise à jour le 12/01/2024
Piste cyclable, avenue de New York.
Paris, carrefour des préoccupations citoyennes et nationales, consciente des enjeux environnementaux, s’est très tôt engagée dans la lutte contre le changement climatique. Retrouvez ici toutes les infos sur le Plan Climat de la Ville de Paris.
La Lettre du Climat
Envie d'en savoir plus sur les réalisations Plan Climat à Paris ? De s'informer sur les enjeux de la transition écologique ? De découvrir des idées pour agir à son échelle ?

C'est dans la Lettre mensuelle du Climat : je m'abonne !

Le Plan Climat de Paris

Depuis plus de 20 ans, Paris agit avec ambition et détermination dans le cadre de son Plan Climat. Ce document central pour la planification écologique, fixe les objectifs, les orientations et le plan d’action pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, améliorer la qualité de l’air et adapter le territoire et la population aux conséquences du changement climatique.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

La 4e édition du Plan Climat

La première édition fixait dès 2007 des objectifs ambitieux qui ont guidé toutes les politiques de la Ville pour la décennie 2010-2020. L’ambition de Paris pour le climat a pris une nouvelle dimension en 2015 lors de la COP21 avec l’adoption de l’Accord de Paris par la communauté internationale.
La 3e édition du Plan Climat en 2018 - adoptée à l’unanimité du Conseil de Paris et soutenue par votation citoyenne 95% des Parisiens et des Parisiennes - a transposé à notre échelle, les objectifs de l’Accord Onusien, plaçant ainsi Paris sur la voie de la neutralité carbone et d’une consommation énergétique à 100% issue d'énergie renouvelable. La question de la qualité de l’air et de son amélioration a également été intégrée au Plan Climat.
Ce nouvel opus réaffirme l'ambition de Paris : le réchauffement climatique s’accélère, notre action se doit de suivre le même rythme.
Après une concertation préalable engagée fin 2022, plusieurs mois de travaux collectifs et un premier passage au conseil de Paris en décembre 2023, le Plan Climat 2024-2030 entrera en vigueur au printemps 2024.
Extrait de la couverture du Plan Climat 2024
Extrait de la couverture du Plan Climat 2024
Crédit photo : © Kiblind 2023

• La délibération de cadrage de la révision du Plan Climat ;

La concertation préalable
• Le Livre Blanc de la concertation publique ;

Le projet de Plan
• La délibération d'adoption du projet de Plan au Conseil de Paris (déc. 2023) ;
• L'exposé des motifs ;
• Le texte adopté au Conseil de Paris (déc. 2023) ;
• Les 17 volets locaux des arrondissements ;
• Les annexes techniques en 7 parties (544 pages) : [ partie 1 ] • [ partie 2 ] • [ partie 3 ] • [ partie 4] • [ partie 5 ] • [ partie 6 ] • [ partie 7 ] ;


Le Plan Climat de Paris 2018
[FR][EN][ES]

La Synthèse du Plan
[FR][EN]

Le Projet de Plan Climat 2018
Livre Blanc de la Concertation (avril 2017) ;
Le texte adopté au Conseil de Paris (novembre 2017) ;
Annexes techniques.

Paris Neutre en carbone

La neutralité carbone constitue l’un des objectifs fondamentaux de l’Accord de Paris. Elle consiste à atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre (GES). Il s’agit donc d’arriver d’ici 2050 à un équilibre entre la capacité d’absorption naturelle des GES par notre écosystème et les émissions incompressibles issues des activités humaines. L’atteinte de la neutralité carbone nous concerne tous et toutes. C’est une co-responsabilité entre les pouvoirs publics, les acteurs économiques et les citoyens.
Depuis 2004, la Ville de Paris évalue les émissions de gaz à effet de serre de son territoire et de son Administration. Cet inventaire a été publié pour les années de références 2004, 2009 et 2014. Ces exercices permettent d’identifier la contribution de chaque secteur d’activité, les émissions générées par les modes de vie et l’influence des politiques locales, nationales ou européennes.

Paris s'adapte

En raison du changement climatique, les vagues de chaleur se multiplient à Paris. Les conséquences sur la santé et la qualité de vie des Parisiennes et des Parisiens sont importantes. Pour s’y préparer, la Ville met en place une stratégie de rafraîchissement, intitulée « Paris s’adapte », qui se déploie en différentes mesures.

Paris Action Climat Biodiversité

« Paris Action Climat Biodiversité » est un dispositif permettant aux acteurs économiques parisiens de s'engager aux côtés de la Ville de Paris dans la mise en place de nouveaux projets environnementaux sur le territoire. Une cinquantaine d'acteurs économiques sont signataires en 2023. Ces structures représentent un panel diversifié de l'écosystème économique parisien. Toutes engagées à mettre en place de nouvelles actions sur Paris, mais aussi à participer régulièrement aux groupes de travail thématiques afin de renforcer le réseau et de rencontrer les autres acteurs du territoire.

20 ans d’action contre le dérèglement climatique

La Ville a été pionnière en matière de lutte contre le réchauffement climatique en adoptant, dès 2007, son 1er Plan Climat. Aperçu de la trajectoire du Plan climat et des chiffres clés des réalisations de ces dernières années.

Bilan mi-parcours du Plan Climat 2018-2024

Le Bilan mi-parcours (BMP) est un document réglementaire qui dresse un état des lieux, trois ans après l’entrée en vigueur du Plan Climat. Ce bilan détaille l'état d’avancement du programme d’actions et les tendances observées. Il fournit des indicateurs à suivre pour assurer les objectifs initiaux fixés. Ce document fait notamment état des émissions de gaz à effet de serre (GES) et des émissions de polluants atmosphériques depuis 2018. Il permet de vérifier l’inscription sur les trajectoires de réduction de gaz à effet de serre des différents secteurs. Enfin, le BMP permet d’identifier les freins et les leviers à activer pour accélérer la transition écologique à Paris.
Les fiches de synthèse par arrondissement dressent, quant à elles, un Bilan mi-parcours localisé. Ces évaluations ont été réalisées à partir des principaux indicateurs du Plan Climat :

5e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 5e fiche synthèse

6e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 6e fiche synthèse

7e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 7efiche synthèse

8e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 8e fiche synthèse

9e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 9e fiche synthèse

10e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 10e fiche synthèse

11e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 11e fiche synthèse

12e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 12e fiche synthèse

13e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 13e fiche synthèse

14e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 14e fiche synthèse

15e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 15e fiche synthèse

16e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 16e fiche synthèse

17e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 17e fiche synthèse

18e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 18e fiche synthèse

19e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 19e fiche synthèse

20e arrondissement

Bilan Mi-Parcours Paris 20e fiche synthèse

Paris Centre

Bilan Mi-Parcours Paris Centre Fiche synthèse

Cliquez sur un arrondissement pour voir les informations.

Bleu Climat

Le rapport d’activité annuel, appelé « Bleu Climat », est l’outil d’information et d’évaluation pour suivre toutes les actions entreprises dans le cadre du Plan Climat de Paris. Il s’inscrit dans une démarche de performance de la Ville.
Chaque année, le « Bleu Climat » recense les engagements de la collectivité parisienne en terme de réductions des émissions de gaz à effet de serre et des consommations d’énergie, secteur par secteur, dans ses champs de compétences, mais aussi dans les domaines où elle intervient comme organisatrice du territoire et comme mobilisatrice des acteurs. Ce document permet de faire le point sur l’exécution budgétaire et l’avancement des actions de l’année précédente et de présenter les actions qui seront engagées les années suivantes.
Illustration en 5 couleurs de Paris, vue depuis la Rive Droite, un bateau-mouche navigue aux abords de l'île de la Cité.
Le rapport de suivi annuel du Plan Climat de Paris, édition janvier 2024
Crédit photo : © Direction de la Transition Ecologique et du Climat

Foire aux questions

Ce genre de comparaison est complexe car il n’existe pas de standards définis sur l’empreinte carbone entre les villes mondiales. Des standards établis entre les Etats existent et sont déposés par la Convention Cadre des Nations Unies (CCNUCC). Les villes utilisent différents standards existants sur la base du volontariat. Le plus utilisé à l’international est le « Global Protocol for Community-Scale & Greenhouse & Gas Emission Inventorie ». La Ville de Paris publie ses bilans dans ce format. Il permet de voir les tonnes d’émission par habitant sur les mêmes périmètres. Paris est aux alentours de 2,5 tonnes de CO2 par habitant par an fin 2018. Quand Oslo est à 1,72 ou Washington à 10,7 tonnes de CO2 par habitant par an. Comment expliquer la différence entre Washington et Paris ? Paris est une ville bien plus compacte que Washington, les émissions des Transports sont donc plus faibles. De plus, Washington dépend d’une énergie électrique charbonnière à plus de 80%, donc plus émissive. Oslo, quant à elle, dispose d’un réseau de chaleur urbain qui distribue une énergie renouvelable (100% bois) qui émet peu de CO2. Il est très difficile de pouvoir comparer les grandes villes secteur par secteur car elles n’ont pas les mêmes contextes géographiques, ni les mêmes opportunités ou déficits nationaux. Néanmoins, en termes de gains et de trajectoire la Ville de Paris a atteint ses objectifs et se trouve dans la dynamique des villes internationales comme Oslo, Copenhague ou Tokyo. (Réponse équipe Plan climat décembre 2020)

Le premier poste d’émission de l’empreinte carbone de Paris est celui du transport par avions (passager et fret). Lors du premier confinement, on a assisté à une chute du trafic aéroportuaire sur toute la France. Plus aucun vol touristique à Roissy et Orly et une activité quasiment nulle pendant près de 3 mois. Pendant cette période, la baisse des GES sur l’empreinte carbone se situait aux alentours de 55%, et une baisse de presque 35% sur les émissions locales. Les émissions locales ont baissé car il y a eu beaucoup moins d’activité dans le secteur tertiaire (commerces fermés, télétravail généralisé). On observe de légères baisses sur le résidentiel. L’exode urbain a été compensé par une augmentation des consommations énergétiques des logements. En outre, il y a eu beaucoup moins de trafic routier. Enfin, il y a eu une baisse de 40% sur le poste des déchets lors du premier confinement et actuellement une baisse de 15% pour ce deuxième confinement. Tout ceci cumulé fait que les émissions de GES de Paris baisseront en 2020 par rapport à ce qui aurait pu être attendu. (Réponse équipe Plan climat décembre 2020)

Le premier poste à afficher la baisse la plus importante est celui des transports intramuros avec -36% des émissions de GES. Elles sont principalement dues aux effets des décisions locales d’aménagement du territoire (réduction de la place de la voiture, amélioration des circulations des transports en commun et mobilités partagées, zone à circulation restreinte…) et à l’amélioration au fil de l’eau des motorisations et des normes des véhicules sur les 15 ans. Le deuxième poste est celui du secteur résidentiel avec -25% des émissions de GES. Sur ces deux postes, il y a un transfert vers des énergies moins carbonées et une chute de la consommation de fuel (-43% de la consommation de fuel sur le territoire). Par ailleurs, ces deux secteurs font appel au réseau de chaleur de la Ville de Paris qui distribue une énergie moins carbonée. Enfin, les émissions du secteur tertiaire ont chuté de 18% et celles des déchets ont diminué de 13% depuis 2004. (Réponse équipe Plan climat décembre 2020)

Tous les secteurs connaissent une baisse, y compris celui de l’aviation qui est le 1er secteur le plus émetteur. Pour ce dernier, cette évolution vient principalement de la réduction du trafic aérien de marchandises et d’une optimisation du taux de remplissage des avions. Les émissions de l’alimentation (2eme secteur le plus émetteur) sont en baisses de 10% par rapport à 2004, du fait d’une alimentation moins carnée et plus durable. Plusieurs actions ont été mises en œuvre pour résoudre l’équation qui consiste à diviser par deux la consommation énergétique et atteindre 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050. La ville a réalisé 36% d’économies d’énergie sur l’éclairage public entre 2010 et 2018 avec un gain de 42% de GES. Cela, sans diminuer l’éclairage en termes de sécurité, en évitant la pollution lumineuse vers le ciel, et en privilégier les luminaires très basse consommation. La ville a également développé le solaire en vue d’atteindre l’objectif de 20% d’ENR produites localement en 2050. Ainsi, 76 500 m² de panneaux solaires ont été déployés sur les toits parisiens. Ils permettent de produire de l’électricité et mais aussi de l’eau chaude pour les logements sociaux, grâce à des panneaux solaires thermiques. (Réponse équipe Plan climat décembre 2020)

Le secteur tertiaire par exemple connait une croissance non négligeable du recours à la climatisation (un secteur énergivore et très émetteur de GES). En termes de délocalisation d’émission, il est difficile à répondre car Paris n’est pas une ville qui se serait industrialisée et désindustrialisée au cours de la période 2004-2018. Le secteur des services numériques est extrêmement difficile à évaluer dans l’empreinte carbone. Aujourd’hui, les datas centers localisés à l’extérieur de Paris et rendant des services aux Parisiens, ne sont malheureusement pas comptabilisés dans l’empreinte carbone de Paris. (Réponse équipe Plan climat décembre 2020)

Ces évaluations sont en effet possibles à l'échelle des projets et la logique transversale du Plan Climat vise à essayer de limiter les antagonismes en intégrant notamment l'adaptation au changement climatique, la qualité de l'air et d'autres enjeux environnementaux. (Réponse équipe Plan climat décembre 2020)

Si la Ville comptabilise les émissions des déplacements des Parisiennes et des Parisiens (professionnels et loisirs), elle travaille également à réduire l'impact carbone du tourisme sur le territoire au travers des questions de logement, alimentation, activités, etc. Par ailleurs, au-delà des compétences de la Ville, des actions de plaidoyer sont inscrites au Plan Climat de Paris pour réduire les émissions de l’aviation (partie plaidoyer). (Réponse équipe Plan climat décembre 2020)

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations