Le BMX Freestyle ou l’art de partir en vrille(s)

Le saviez-vous ?
Mise à jour le 13/05/2024
Read in English
illustration du bmx
This content is also available in English
Piscines californiennes, bonds de lapin et Steven Spielberg : bienvenue dans le monde du BMX ! Avec notre série « 24 Sports Chrono », vous saurez tout – ou presque – sur les disciplines des Jeux olympiques et paralympiques. À vos marques !

120 secondes pour briller

On va être clairs : les BMX n’ont pas grand-chose à voir avec les vélos que l’on croise sur les pistes cyclables parisiennes. La raison ? Ils sont plus petits, la selle ne sert (presque) à rien et le guidon peut littéralement faire des tours complets sur son axe. Pas super idéal, donc, pour parcourir les quais depuis le parc de Bercy (12e) jusqu’à la place de la Concorde (8e).
La Concorde, sur laquelle sera installé un grand « park » (surface de plusieurs mètres carrés reprenant des éléments du mobilier urbain), c’est justement l’endroit dans lequel les athlètes vont s’affronter.
Sous les yeux d’un panel de juges, ils ont, chacun leur tour, deux tentatives de 60 secondes pour réaliser les figures les plus impressionnantes en s’aidant de différents modules du park (rampes, murs, bowls, half-pipes, etc.). Ils sont notés sur l’enchaînement, la complexité et la qualité d’exécution des différents mouvements.
Les qualités requises pour être un champion : de la rigueur, de la force dans les bras, une maîtrise parfaite de son vélo, de la précision d’exécution et un peu (beaucoup) de courage…
Vous aimez ?
« 24 Sports Chrono », c’est un sport à découvrir chaque lundi et jusqu’au 22 juillet. Vous avez raté l’épisode précédent ? Séance de rattrapage ici avec la lutte.

Deux roues, une histoire

Qui a dit que le vélo était fait pour rester les deux roues collées au sol ? Pas les adeptes de BMX Freestyle, ça, c’est sûr. Avec leurs figures toujours plus folles, ces véritables trompe-la-mort rivalisent d’ingéniosité pour défier les lois de la gravité… Et ce, depuis des décennies.
Le BMX Freestyle est apparu dans les années 1980 en Californie. Plus précisément, c’est un dérivé du BMX Racing, inventé, lui, dans les années 1960 (également en Californie). À l’époque, les jeunes fans de motocross souhaitent reproduire les prouesses de leurs idoles dans leur jardin… Mais sur des vélos, et non des engins motorisés.
La version freestyle du BMX, elle, voit le jour lorsque des ados se mettent à investir les skateparks et faire des figures dans les piscines asséchées des riches Californiens… Une discipline est née.
BMX, une histoire de prononciation ?
BMX, c’est l’acronyme de « Bicycle Motorcross ». Et le « X » dans tout ça ? En anglais, la lettre « X » peut se prononcer « cross » (« croix » ou « croisement » en VF).

Qui sont nos champions ?

Si les tickets n’ont pas encore été officiellement distribués, il y a de grandes chances de croiser Anthony Jeanjean (champion de France en titre et triple champion d’Europe) chez les hommes et Laury Perez (championne de France en titre et médaillée de bronze au championnat d’Europe 2023) du côté des femmes.
Cycliste en action sur une piste en bois inclinée sur le Concorde Park.
C’est où ? C’est quand ?
Les épreuves hommes et femmes se dérouleront du 30 au 31 juillet 2024 sur le site de la Concorde (8e).

Do you speak BMX ?

Pour tout comprendre, mieux vaut maîtriser l’anglais, car le jargon de la discipline en est rempli. Voici quelques mots à connaître :
Pegs : ces tubes métalliques, souvent appelés « petites barres sur le côté des roues, là », permettent au vélo de glisser le long d’une rampe ou d’un rebord.
Rotor : c’est un système rajouté à la commande de frein qui permet au pilote de tourner son guidon à 360 degrés. Il fonctionne grâce à un mécanisme complexe que l’on ne retrouve que sur les BMX. Inutile, donc, d’essayer de faire pivoter le guidon de son Vélib’ de la même manière…
Bunny hop : « bond de lapin » en français. C’est la figure de base qui consiste à lever les deux roues du sol.
Front/back flip : saut périlleux (arrière ou avant) réalisé sur le vélo.
Wheelie : roue avant (ou arrière).

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Vidéo Youtube
Et le BMX Racing ?
Le freestyle n’est pas la seule épreuve de BMX des Jeux de Paris. Les compétitions de BMX Racing auront lieu, elles, les 1er et 2 août au stade BMX de Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines).

Pourquoi il faut se mettre au BMX ?

Parce que les athlètes sont perpétuellement en danseuse et n’utilisent leur selle que pour se reposer entre deux courses… Parfait pour se muscler les mollets.
Parce que faire du BMX, c’est chevaucher un objet culte de la pop culture, rendu mondialement célèbre par le film E.T. (Steven Spielberg, 1982). D’ailleurs, pour les 40 ans du blockbuster, Kuwahara, le constructeur du vélo original, a décidé de sortir une réédition du fameux modèle.
Parce que c’est une discipline qui rime avec spectacle, en témoigne la performance de Charlotte Worthington (Grande-Bretagne) lors des Jeux de Tokyo 2021 :

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Vidéo Youtube

Où en faire à Paris ?

Coup de bo(w)l : Paris regorge de spots dédiés à la glisse… et donc au BMX. Petite sélection.
Activités, festivités, perturbations à proximité des sites de compétition… Recevez les informations qui vous concernent sur les Jeux olympiques et paralympiques.