Ouvrir la recherche
Actualité

Lancement du Plan parisien de lutte contre les violences faites aux enfants

Mise à jour le 20/11/2020
À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre, le lancement de ce Plan réaffirme la volonté de la Ville de Paris de lutter contre toutes les violences que peut subir un enfant.
La Ville de Paris a souhaité mettre en place un plan de lutte contre toutes les violences subies ou susceptibles de l’être par des enfants. Ce plan viendra compléter la Charte signée le 20 novembre par la maire de Paris et renforcé l'engagement municipal dans cette cause portée par la France à l'international.
Ce Plan sera construit avec l’ensemble des acteurs parisiens concernés :
  • associations œuvrant pour la protection et la défense des enfants ;
  • partenaires institutionnels (Éducation nationale, AP-HP, ARS, CAF, Barreau mineur, magistrats, Brigade des mineurs, RATP,…) ;
  • experts (pédiatres, pédopsychiatres, spécialistes de l’éducation…) ;
  • grands témoins.
Ce travail partenarial viendra renforcer les actions déjà mises en place par la Ville pour protéger les enfants via ses services de protection de l’enfance. Il permettra également d’aborder toutes les situations possibles et de faire des propositions permettant de mieux informer les enfants, de mieux entendre leur parole, de mieux prévenir les situations de danger et de mieux accompagner les enfants victimes.
Ce plan de lutte contre toutes les violences faites aux enfants sera présenté autour du 2 mars 2021, journée nationale contre les violences faites aux enfants.
Numéros utiles
- En cas d'urgence et pour un enfant en danger :
contactez le 119, ouvert 24h/24 et 7 jours sur 7
- Pour une situation de harcèlement : contactez le 3020 (numéro gratuit)
- En cas de cyberharcèlement : numéro net écoute : 0800 200 000

Une Convention internationale des droits de l'enfant

La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) a été votée à l’unanimité des Nations unies il y a plus de 30 ans. La France a été parmi les premiers pays à la ratifier. Mais cette Convention reste encore insuffisamment connue des enfants eux-mêmes et des adultes chargés de leur éducation, qu’il s’agisse des parents, des autres membres de la famille ainsi que des professionnels et/ou bénévoles intervenant dans tous les lieux que les enfants sont amenés à fréquenter. Que ce soit dans le cadre de leur vie scolaire, de leurs activités sportives, de loisirs, dans les établissements de santé ainsi que dans les établissements dédiés à l’accueil des enfants handicapés ou des enfants confiés à l’aide sociale à l’enfance, etc.
Parmi les droits fondamentaux des enfants, l’un d’entre eux « le droit de l’enfant à être protégé contre toutes les formes de violences » fait l’objet de multiples atteintes, ce que montrent des études et des chiffres alarmants. Il s’agit de violences physiques, psychologiques ou sexuelles subies ou susceptibles d’être subies à des degrés divers par un nombre inquiétant d’enfants, de la part d’adultes ou d’autres enfants, dans les différents lieux dans lesquels les enfants vivent ou sont accueillis pour leurs activités scolaires, extra-scolaires, sportives, de loisirs, etc. mais aussi l’espace public et les transports.
Internet, outil quotidien utilisé par les enfants, joue un rôle d’amplificateur dans les situations de harcèlement scolaire ou entre pairs et peuvent se poursuivre par le biais du cyberharcèlement. Internet fait également courir aux enfants le risque d’être confrontés à des pédo-criminels.
Vous ne savez pas comment trouver l’information que vous cherchez ?
Posez votre question

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.