Ville de Paris

Reportage

La consigne emballe les restaurants et les supermarchés

Mise à jour le 20/09/2022
Longtemps oubliée, la consigne pour les produits alimentaires fait son retour dans la capitale : plus de 80 restaurants et une dizaine de supermarchés expérimentent le dispositif créé par la Consigne GreenGo, avec le soutien de la Ville de Paris.
Au comptoir du Poké Bar Provence, un bol en verre, fermé par un couvercle siglé « Ville de Paris », a fait son apparition depuis septembre 2021. Ce restaurant du 9e arrondissement est l’un des 82 établissements parisiens à s’être lancé dans une expérimentation initiée par la Ville et la start-up la Consigne GreenGo pour limiter au maximum le plastique à usage unique dans la restauration. Une dizaine de supermarchés participent également à l’opération. Objectif : remettre au goût du jour la consigne des contenants alimentaires pour éviter des déchets inutiles. Une innovation qui s’inscrit dans l’action menée par Paris pour mettre fin au plastique à usage unique d’ici 2024.
La Consigne GreenGo
« On sent une véritable prise de conscience écologique chez les consommateurs » explique Isabelle Bisseuil, co-fondatrice de Poké Bar.
Crédit photo : Clement Dorval / Ville de Paris

Un outil pour réduire les déchets

Comment ça marche ? Le restaurant fournit gratuitement le contenant en verre aux clients, qui ont téléchargé l’application mobile de la Consigne GreenGo. « Je scanne le QR code généré par l’appli, détaille Joël, responsable du Poké Bar Provence, puis vous pouvez repartir avec votre bol. » Les clients ont ensuite un mois pour le rapporter au restaurant ou dans l’une des enseignes participantes. S’ils ne le font pas, une somme de 10 euros leur est facturée. Les bols ramenés sont ensuite nettoyés par le restaurant et remis en circulation dans le réseau.
L’expérience a déjà trouvé son public, estime Isabelle Bisseuil, co-fondatrice de Poké Bar, qui compte 18 enseignes en France. « Le retour de la consigne est un travail au long cours, et on sent une véritable prise de conscience écologique chez les consommateurs, explique-t-elle. Il faut prendre le temps de la pédagogie auprès du public et des professionnels. Les restaurateurs pourraient par exemple tous proposer de la vraie vaisselle pour les clients qui mangent sur place, comme nous le faisons, pour éviter des déchets plastiques. »
La Consigne GreenGo
A Paris, la restauration rapide génère plus de 15 tonnes de déchets quotidiens.
Crédit photo : Clement Dorval / Ville de Paris
Au Poké Bar Provence, 60 % des clients prennent des commandes à emporter. « Un tiers d’entre eux utilisent la Consigne GreenGo ou amènent leurs propres contenants », estime Joël. Les autres bols fournis par le restaurant sont fabriqués en produits « compostables » - sauf le couvercle qui est tout de même recyclable.
Mais pourquoi remettre en marche la consigne ? La raison est d’abord écologique. À Paris, la restauration rapide génère plus de 15 tonnes de déchets quotidiens. En France, le secteur de la restauration rapide produit même plus de 13 milliards d’unités d’emballages jetables par an, soit environ 180 000 tonnes d’emballages !
La lutte contre le plastique à usage unique pourrait franchir une étape majeure au 1er janvier 2023, à Paris et dans toute la France. La restauration rapide devra, dès cette date, utiliser de la vaisselle réutilisable pour les repas et les boissons servis sur place (gobelets, couvercles, assiettes, récipients, couverts). Une mini révolution.
La Consigne GreenGo
Un point de collecte est installé à l'entrée d'une dizaine de supermarchés de la capitale.
Crédit photo : Clement Dorval / Ville de Paris

Une dizaine de supermarchés se remettent à la consigne

La consigne regagne aussi doucement du terrain… dans les supermarchés. Une dizaine de magasins parisiens jouent désormais le jeu de la consigne. Au Franprix de la rue des Petites Écuries (10e), un point de collecte est installé à l’entrée. Non loin, le bar à salades est l’endroit idéal pour promouvoir la consigne. Le principe ? « Le client prend son bol en verre, compose sa salade, puis paie en caisse. Le bol lui coûte 2 euros, qu’il récupérera en bons d’achat lorsqu’il le rapporte », détaille Iris Konrad, responsable communication de la Consigne GreenGo.
La start-up se charge de collecter les contenants sales, de les laver – en partenariat avec un Établissement et service d'aide par le travail de la capitale - avant leur réutilisation.
Giovanni, un habitant du quartier, a déjà testé la consigne à Franprix : « Je l’ai découverte à son ouverture en juillet dernier. C’est une très bonne idée pour limiter l’usage du plastique et pour préserver l’environnement ! »
Et les premiers résultats sont là. Née en 2018, la Consigne GreenGo a multiplié les initiatives auprès des restaurateurs et des entreprises, notamment pour la restauration collective. Avec, à la clé, près de 900 000 emballages à usage unique évités en quatre ans. Des débuts prometteurs.
Qu’est-ce que la consigne ?
Un emballage consigné est un emballage pour lequel l’acheteur verse une somme d’argent, la consigne, qui lui est rendue lorsqu’il retourne celui-ci pour qu'il soit réemployé. Les emballages consignés permettent d'être réemployés plusieurs fois et d’allonger leur durée de vie. Un moyen de réduire les déchets qui en sont issus et les impacts environnementaux liés à leur gestion et à la fabrication de nouveaux emballages. >>En savoir plus sur les avantages écologiques de la consigne

Suivez l'actualité parisienne

Chaque vendredi, recevez directement chez vous toute l’actualité parisienne par mail. Déplacements, transformation de la ville, nouveaux projets, Jeux olympiques, bons plans, etc., on vous dit tout des temps forts de l’info municipale.
Default Confirmation Text
Settings Text Html

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations