Priorité pour la ville, la lutte contre la grossophobie!

Campagne d'information aux Parisiens, sensibilisation des agents municipaux et défilé de mode pour rondes : la Ville de Paris s'attaque vendredi à la "grossophobie", cette discrimination des gros dans l'emploi, la santé ou plus simplement devant le regard des autres.

Lors de la semaine de lutte contre les discriminations, du 9 au 15 décembre 2017, une après-midi de rencontres et tables-rondes sur la grossophobie  suivie d'une défilé de tenues pour personnes fortes à été organisée. 

Cette journée a été le point de départ d'une campagne d'information à destination des Parisiens, par affichages ou brochures dans les établissements municipaux. Des campagnes de sensibilisation ont également été lancées dans les collèges, chez les personnels médicaux travaillant avec la Ville, au service des ressources humaines de la mairie "pour veiller à des processus de recrutements plus justes", selon Mme Bidard.

Grossophobie, stop! Ensemble régissons

Selon l'Organisation internationale du travail (OIT) et le Défenseur des droits, les femmes obèses sont huit fois, et les hommes obèses trois fois, plus discriminés à l'embauche. L'apparence physique est le 2ème critère après l'âge et avant l'origine, le sexe, le handicap, sur la perception des discriminations.

Retour sur l’implication et l'engagement de la Ville de Paris en général et sur cette journée en particulier!

La grossophobie, qu'est ce que c'est ?

La grossophobie est une forme spécifique de rejet, de mépris, d’hostilité et de discrimination visant les personnes de forte corpulence.

Elle s’incarne sous plusieurs formes. Elle peut être intériorisée par les personnes concernées : honte de soi, culpabilité…

Elle peut s’exprimer dans les relations interpersonnelles : insultes, harcèlement, injonctions à maigrir de la part de notre entourage ou d’inconnus dans l’espace public…

Et elle s’illustre de manière systémique et globale, à travers les stéréotypes véhiculés (la paresse, la lenteur, le manque d’hygiène, la maladie, le manque de volonté et de dynamisme, le manque de contrôle sur soi…) et les actes discriminatoires produits de manière directe ou indirecte (par le corps médical, lors du recrutement, dans les infrastructures liées aux transports, à la culture, les restaurants-bars, les salles de sport…).

Témoignages en vidéo

Pour vous, qu'est-ce que la grossophobie?

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Comment agissez-vous contre la grossophobie?

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Un message aux pouvoirs publics?

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Préconisations de la Ville de Paris pour lutter contre la grossophobie

Santé

  • Adapter la démarche vis-à-vis des professionnel.le.s relais et des publics concernés par "Paris Santé Nutrition" (PSN), programme de prévention du surpoids et de l'obésité chez les enfants de 0 à 12 ans
  • Prendre en compte les discriminations grossophobes au sein des structures de santé et des administrations dans le cadre de la mise en œuvre des Assises parisiennes de la santé
  • Participer à la diffusion auprès du grand public du dépliant "Grossophobie Médicale, parlons-en!"

Éducation

  • Intervention des associations spécialisées dans le cadre du dispositif "Collèges pour l’égalité"
  • Inscrire la sensibilisation des professionnel.le.s au programme de "l’École des métiers" de la Direction des Affaires Scolaires
  • Mener une expérimentation à l’échelle de certaines circonscriptions des affaires scolaires et de la petite enfance (CASPE)

Ressources humaines

  • Définir un processus de recrutement et de mobilité interne plus juste et plus efficace dans le cadre de la démarche de labellisation AFNOR "diversité et égalité" engagée par la Ville
  • Intégrer la prévention des discriminations liées à l’apparence physique dans le catalogue de formation de la Ville

Espace public

  • Interpeller la Ministre chargée des Transports, l'autorité organisatrice des transports de la région Île-de-France et les transporteurs publics
  • Diffusion d’une campagne de prévention du harcèlement et des discriminations grossophobes

La campagne de lutte contre la grossophobie:

  1. Une année de rencontres, de réflexion avec des partenaires associatifs, des artistes, des personnes concernées
  2. Dire stop à l’impunité envers les insultes, la violence et les discriminations grossophobes
  3. Donner à voir la diversité des corps, retrouver la fierté, la dignité et l’acceptation de soi

Car c'est ensemble que nous pouvons!

Grossophobie, stop! Ensemble réagissons
Grossophobie, stop! Ensemble réagissons
Grossophobie, stop! Ensemble réagissons

La lutte contre la grossophobie a été au cœur de la Semaine de lutte contre les discriminations

Du 9 au 15 décembre 2017, la 2e Semaine parisienne de lutte contre les discriminations avait pour thème les discriminations liées à l’apparence physique.

Ce critère fait référence à la singularité «visible» de chacun et chacune: couleur de peau, style vestimentaire, maquillage, tatouages, coiffure, couvre-chefs, bijoux, poids, taille, pilosité, cicatrices, etc. Il est souvent à relier à d’autres critères : l’origine, la religion, l’âge, le sexe, l’identité de genre, le handicap...

De nombreuses initiatives ont été organisées tout au long de la semaine grâce aux acteurs associatifs, éducatifs, institutionnels et économiques mobilisés toute l’année. Chaque Parisienne et chaque Parisien, de tout âge, était invité à venir débattre.

La Mairie de Paris a organisé dans les salons de l’Hôtel de Ville un événement grand public pour lutter contre la grossophobie en présence d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, et d’Hélène Bidard, adjointe chargée de l'Egalité Femmes-Hommes, de la Lutte contre les Discriminations et des Droits humains.

Jes Baker, activiste, blogueuse et pionnière du body positive aux Etats-Unis était l’invitée d’honneur de cette journée, qui a également été l’occasion de dévoiler un manifeste porté par la Ville et signé par différentes personnalités. Un défilé de mode militant est venu conclure l’après-midi.

La tribune "Grossophobie, stop! Ensemble réagissons" par Hélène Bidard,

L'Adjointe à la Maire de Paris pour l'égalité femmes-hommes, la lutte contre les discriminations et les droits humains prend la plume

"La grossophobie, terme popularisé par l’actrice Anne Zamberlan en 1994 mais encore absent du dictionnaire, est la forme spécifique de rejet, de mépris, d’hostilité, de phobie irrationnelle et incontrôlée, de discrimination visant les personnes de forte corpulence ou socialement perçues comme telles. (...).

S'agissant précisément de l'accès à l'emploi, le Défenseur des droits et l'Organisation internationale du travail ont estimé que les femmes obèses étaient huit fois et les hommes obèses trois fois plus discriminés à l’embauche (...)  Il est ainsi frappant de constater que les cartes du chômage et de la pauvreté se superposent avec celle de l'obésité (...)

Commençons donc par cesser d’assigner aux personnes grosses la culpabilité de leur situation, en impliquant qu’ils et elles souffrent d’une carence de la volonté et interrogeons-nous tout à la fois sur la tyrannie des apparences et sur l’invisibilisation de ces personne(...)

Il est plus que temps de faire de la grossophobie une question publique

Hélène Bidard,
Adjointe à la Maire de Paris

Revivez en images l'événement Grossophobie, stop! à l'Hôtel de Ville

De 13h30 à 18h30, le public a assisté nombreux aux tables rondes, témoignages et prises de parole autour de la grossophobie. Un défilé de mode a ensuite mis en valeur des modèles non-professionnelles, qui portaient des vêtements de créateurs et créatrices engagé.e.s dans la mode «grande taille». L’objectif était de promouvoir et valoriser la diversité des corps, questionner les normes liées au corps «beau» et «acceptable» dans notre société et donner à voir qu’il est possible de proposer des vêtements de qualité pour toutes les tailles.


Dernière mise à jour le vendredi 13 avril 2018
Crédit photo : Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.