Ville de Paris

Actualité

Le massif d'entrée de l'église Saint-Joseph-des-Nations entièrement restauré

Mise à jour le 01/10/2021
L’église Saint-Joseph-des-Nations a retrouvé toute sa splendeur. C’est toute la façade principale de l’église qui a en effet bénéficié d’une vaste restauration de janvier 2019 à juillet 2021 pour un budget de 2,8 millions d’euros.
Deux ans et demi de travaux. 2,8 millions d'euros. C'est le temps et le budget qu'il aura fallu pour rénover le massif d'entrée de l'église Saint-Joseph-des-Nations (11e) des pieds à la tête.
Construite entre 1867 et 1874 par l’architecte Théodore Ballu dans un style néo-roman, pour répondre à un fort accroissement démographique, cette église a toujours incarné l’accueil de nations et de cultures plurielles.
Quelques années à peine après sa construction, la flèche montra des signes de faiblesse du fait de la corrosion d’armatures en métal insérées entre les assises de pierre afin d’assurer leur maintien. La flèche fut alors entièrement reconstruite en 1923, à nouveau en pierre armée de métal ferreux. Les mêmes causes provoquant les mêmes effets, les pierres commencèrent à se dégrader de nouveau au fil des décennies.
En 2009, des pierres éclatées sous l’effet du métal corrodé incitèrent la ville de Paris à déposer en urgence la croix du clocher et à poser des filets de sécurité autour de la pointe de la flèche.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Un état détérioré révélé par des investigations

Le chantier s’est ouvert en janvier 2019 sur la base d’un diagnostic patrimonial, selon trois scénarios de reconstruction de la flèche. Les premières investigations réalisées par des alpinistes, puis par sondages à partir des échafaudages, ont confirmé les faits identifiés dans les archives : des agrafes ferreuses ont été utilisées sur toute la hauteur de la flèche. Un scanner 3D a permis d’identifier une importante déformation de l’ensemble de la flèche dont le centre de gravité était déporté de 21 cm.

La flèche entièrement restaurée

La nécessité de déposer entièrement la flèche s’est alors confirmée. La dépose a duré deux mois afin de ne pas déstabiliser l’édifice. Les retailles successives des parements, l’érosion des pierres et les erreurs de mise en œuvre en 1923 - les écailles avaient par exemple été sculptées à l’envers de sorte qu’elles canalisaient les eaux pluviales au lieu de les drainer - n’ont pas permis de réemployer ces pierres dans la nouvelle flèche.
Un nouveau calepinage (dessin) a été établi afin de corriger et d’améliorer le comportement statique de l’ensemble. La stéréotomie (l’art de couper et d’assembler les pierres) a ainsi été améliorée, les parements ont été épaissis, les écailles retaillées à l’endroit et surtout, aucun métal n’a été utilisé pour armer la pierre dans sa masse. Un simple corset fait de cerclages métalliques a été fixé sur la face intérieure de la flèche, sans contact physique continu avec la pierre, et fait office d’étaiement léger, à demeure.
Le scanner 3D a permis de débiter les 183 tonnes de pierres neuves, qui ont été hissées au sommet de l’édifice au cours des six mois nécessaires au remontage de la flèche.

Des ornements remis à neuf

Outre le chantier colossal représenté par la mise en place de pierres neuves pour reconstituer entièrement la flèche, tous les ornements de façade ont aussi été restaurés.
Les parements, noircis à cause de la pollution ont ainsi été nettoyés, et les abat-sons ont été redorés conformément aux souhaits de Théodore Ballu. La croix en fer forgé et le coq ont été restaurés et redorés à la feuille d’or.
En ce qui concerne la partie-basse, les statues du groupe sculpté de la Sainte Famille réalisées par Eugène Delaplanche et les vitraux et les laves émaillées par Paul Balze du porche d’entrée ont bénéficié d’une restauration. Les cadrans d'horloge ont été nettoyés et redorés.
Enfin, le chantier s’est achevé par la mise en accessibilité de l’édifice pour les personnes à mobilité réduite.

Le chantier en image et en vidéo

Les équipes reviennent sur les enjeux de la restauration

Cette vidéo est hébergée par vimeo.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Pour aller plus loin

Prendre soin du patrimoine
La Ville de Paris est propriétaire de 96 édifices cultuels (85 églises, 9 temples protestants, 2 synagogues). Ces édifices anciens datent, dans leur grande majorité, d'avant la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905. Elle est responsable de leur entretien et de leur protection.
En savoir plus

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations