Ouvrir la recherche
Actualité

Nicolas Henry, fondateur de Photoclimat : « Je suis un passeur de paroles »

Mise à jour le 15/09/2021
Le festival écologique Photoclimat s'ouvre samedi 18 septembre à Paris pour un mois d'expositions photos. Nous avons rencontré l’artiste plasticien Nicolas Henry, son fondateur, dans les Ateliers des Serres de Pantin où tout se prépare minutieusement depuis des mois. Il nous présente cette première édition en coulisses.

Quel est votre parcours ?

Je viens du théâtre, où j’ai un peu tout fait, des éclairages à la régie en passant par la scénographie. J’ai aussi réalisé des films d’animation avec l’écologie en toile de fond. Puis j’ai travaillé avec Yann Arthus-Bertrand sur « 6 Milliards d’Autres » et j’en ai assuré la direction artistique au Grand Palais.
J'ai continué à voyager et j’ai fait mes théâtres autour du monde : j’interviewais des gens sur la condition humaine et ça me donnait matière à travailler. Je mettais en scène ce qu’ils me racontaient.
J’ai par la suite réalisé une énorme structure pour les 70 ans d’Emmaüs place du Palais Royal et un autre projet pour les 20 ans de Lire et Faire Lire. J’aime travailler pour des mouvements citoyens qui se structurent spontanément et sans aide. En France, il y a 12 millions de bénévoles ! C’est une personne sur 4…

D’où est venue l’idée de Photoclimat ?

Photoclimat est né avec l’épidémie de Covid-19. J’ai eu envie de monter un festival qui valorise le travail des ONG environnementales et des associations et qui sensibilise à la question climatique. Je me suis associé pour cela avec un scénographe, Julien Peissel. On se complète : je fais des croquis et lui des structures.
Exposition en préparation - Atelier des Grandes Serres de Pantin.
Joséphine Brueder / Ville de Paris
On a fait des partenariats croisés avec diverses institutions pour monter ce festival et on a pu compter sur l'engagement d'artistes internationaux. Au cœur de tout ça, on trouve une écoconception avec une scénographie faite à la main et des chantiers de réinsertion. Nous travaillons par exemple avec 3 PA, une ONG qui réinsère des jeunes sur des chantiers de recyclage.
Car Photoclimat est une biennale sociale et environnementale. Aujourd’hui les deux sont liés. La problématique environnementale impacte fortement les ONG sociales. Et l’écologie ne peut pas dissocier l’homme de son milieu…

Des expos écoconçues, c'est possible ?

La majorité des expos extérieures sont jetées, alors que je tourne encore avec des expos que j’ai faites il y a 15 ans.
J’ai toujours écoconçu mes expos : je fais mes cadres avec des encombrants, j’utilise du bois de récupération, je joue avec les objets des gens et je fais tout avec les mains. Je suis d'abord un plasticien.
On a une limite technologique qui implique que l’on pollue, mais si on ne peut jamais faire du 100 % écologique - on n'a pas toutes les technologies -, on tente d’optimiser au mieux et de limiter l'empreinte de nos expositions.
Coulisses de Photoclimat - Bois recyclé
Bois recyclé - Atelier des Grandes Serres de Pantin
Joséphine Brueder / Ville de Paris

On est loin de l’image de l’artiste exposant dans des galeries…

Je peux le faire, mais ce qui m’intéresse c’est d’interviewer les gens et de montrer leurs problèmes. Je suis un passeur de paroles.
J’avais envie que l’ensemble de ces expos de rue soit accessible à un public familial et non initié, avec une partie dédiée aux enfants, même si on a des artistes très pointus, à l’image de Jérémy Gobé ou de Vik Muniz [créateur de l’énorme Corail visible place de la Bastille, au sein du parcours Océans, ndlr].

Les parcours pédagogiques s’inscrivent dans cette volonté d’éducation, avec l’idée de générer des vocations.

Nicolas Henry
Fondateur de Photoclimat
On propose du reportage, des parcours pédagogiques, une école documentaire… On raconte des histoires : ce sera le cas à l’Académie du climat avec le parcours pédagogique « Tomate Impact », réalisé en partenariat avec Action contre la faim, pour comprendre l'impact de notre alimentation sur le monde.
L’idée, c’est de donner à voir à tous, de démocratiser la sensibilisation au dérèglement climatique avec des expositions originales qui permettent d’interpeller des publics très différents.
Les parcours pédagogiques s’inscrivent dans cette volonté d’éducation, avec l’idée de générer des vocations qui boostent les nouveaux modes de vie : agriculture, horticulture. Aujourd’hui tout le monde rêve du bureau et de l’ordinateur…
Dans les coulisses du festival Photoclimat- Atelier des Grandes Serres de Pantin Photoclimat
Joséphine Brueder / Ville de Paris

Comment sortir de ce modèle ?

Ce qu’on souhaite, c'est valoriser l’imagination, qui peut être de tout ordre. On présente le travail de gens qui ont des projets viables et qui s’appuient sur l’innovation.
On rentre dans des petits villages entièrement scénographiés. On sort de la scénographie de théâtre ou d’opéra et on installe la scénographie dans la rue pour raconter des histoires. Par exemple sur le pôle Bastille-Océans, le public peut voir des scènes sous-marines en plastique qui symbolisent la mort de l’océan (Mandy Barker), ou des coraux (Christian Sardet et les Macronautes) qui symbolisent la vie. Le tout dans une énorme structure en pneu…

Notre volonté est de conjuguer le travail artistique avec le travail d’activiste, c’est pour cela qu’on met l’expo dans la ville, qu’on veut la rendre pédagogique et accessible.

Nicolas Henry
Fondateur de photoclimat
On propose des initiatives positives, Photoclimat est pensé comme une forme d’activisme sur le territoire. Notre volonté est de conjuguer le travail artistique avec le travail d’activiste, c’est pour cela qu’on met l’expo dans la ville, qu’on veut la rendre pédagogique et accessible et qu’on tisse des partenariats avec des métropoles qui elles, transforment les territoires. En la rendant originale, on conjugue l'art à l'éducation.
Tonneaux recyclés
Joséphine Brueder / Ville de Paris

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations