Focus

Les dix plus belles piscines parisiennes

Mise à jour le 20/11/2023
Piscine Georges Vallerey
Les bassins de la capitale sont l’occasion d’une plongée dans l’architecture et le patrimoine : Art déco, Art nouveau, formes contemporaines ou vue imprenable sur la Seine ou la tour Eiffel… à vous de choisir !
Comme pour beaucoup d'autres sports, c'est d'abord chez nos voisins britanniques et allemands que la natation connait son essor. Si la première école de nage est créée sur un bassin flottant sur la Seine à Paris par un certain Barthélemy Turquin à la fin du 18e siècle, il faut attendre la fin du 19e pour voir la création des premières piscines, avant un réel développement dans les années 1920 grâce à la tenue des Jeux olympiques de Paris en 1924. Un héritage toujours bien présent.

La Butte aux Cailles, un chef-d’œuvre d’Art nouveau

Butte aux Cailles bassin intérieur
Butte aux Cailles bassin intérieur
Crédit photo : Emilie Chaix / Ville de Paris
La piscine de la Butte-aux-Cailles (13e) est classée Monument historique depuis 1990. Ouverte en 1924, elle est l’œuvre de l’architecte Louis Bonnier, ancien étudiant des Beaux-arts passionné par l’Art nouveau. Il conçoit sa piscine toute en courbes, jouant avec la lumière et en utilisant des matériaux modernes pour l’époque comme le béton armé ou la brique, pour la façade. L’architecte a réalisé une sorte de « cathédrale » dédiée au sport, avec sa voûte à quinze mètres du sol pavée de verre, et ses suspensions lumineuses.
La piscine compte trois bassins, un en intérieur et deux en extérieur, ainsi qu'un solarium.

Nager sur la Seine à Joséphine Baker

Piscine Joséphine Baker
Crédit photo : Jean-Baptiste Gurliat/Ville de Paris
Faire des brasses sur la Seine ? C’est possible depuis juillet 2006 à Joséphine Baker, l’unique piscine flottante de la capitale. Amarrée au port de la Gare, au pied de la bibliothèque François-Mitterrand, la piscine est une structure en verre et acier imaginée par l'architecte Robert de Busni. Elle est maintenue à flot par vingt flotteurs métalliques.
Joséphine Baker est la lointaine héritière de la piscine Deligny, une piscine flottante amarrée sur la rive gauche de la Seine à Paris (quai Anatole-France, dans le 7e arrondissement), qui coula le 8 juillet 1993.
La piscine Deligny en 1948

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Pailleron et Pontoise, un plongeon dans l’Art déco

Pailleron

La piscine Pailleron
La piscine Pailleron
Crédit photo : Gérard Sanz / Ville de Paris
Autre bassin remarquable, classé monument historique en 1998 : la piscine de l’espace sportif Pailleron (19e). Bâtie en 1933 par l’architecte Lucien Pollet, également auteur des piscines Pontoise et Molitor, elle a été totalement rénovée en 2006, avec une charpente métallique et une verrière en courbe. L’espace sportif comprend également une patinoire, qui a été aussi reconstruite en 2006.

Pontoise

La piscine Pontoise après rénovation.
La piscine Pontoise après rénovation.
Crédit photo : Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris
Construite en 1934 également par Lucien Pollet, la piscine Pontoise rouvre en décembre 2023 après deux ans de travaux. Témoin de l’architecture de l’entre-deux-guerres, elle est également classée depuis 1998 à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques (ISMH). Pour l'anecdote, en 1936, le commandant Cousteau y dirigea ses premiers essais de plongée en scaphandre.

Château-Landon, la doyenne des bassins

Piscine Chateau Landon
Crédit photo : Marc Verhille
C'est la première piscine publique couverte et chauffée de Paris. Inaugurée en 1884, elle a été dessinée par l’architecte Lucien-Dieudonné Bessières, sur une commande de la Société française de gymnastique nautique. La doyenne des bassins parisiens est actuellement en rénovation. Réouverture prévue au printemps 2025.

Les Amiraux, architecture et 7e art

Piscine des Amiraux
Crédit photo : Clement Dorval / Ville de Paris
Cette piscine vous rappelle une scène de cinéma ? Ne cherchez plus ! La piscine des Amiraux (18e) a servi de décor à une scène du Fabuleux Destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet. Ce chef-d’œuvre d’architecture a été construit par Henri Sauvage (architecte également des magasins 2 et 3 de la Samaritaine) en 1927. Il a été magnifiquement restauré entre 2015 et 2017.

Emile-Anthoine, la voisine de la tour Eiffel

Piscine Emile Anthoine
Crédit photo : Deborah Lesage
Et si vous nagiez avec vue sur la tour Eiffel… dans une piscine municipale ? Cette vue insolite, la piscine Emile-Anthoine vous la propose dans le 15e arrondissement. L’été, un solarium vous y attend pour se détendre après le bain et profiter de cette vue imprenable.

Thérèse et Jeanne Brulé : à la pointe de l'écologie

Inauguration de la piscine du centre sportif Elisabeth, 14e
Crédit photo : Joséphine Brueder / Ville de Paris
C’est la piscine municipale la plus récente à Paris : avec ses deux bassins, un pour la nage, l’autre pour l’apprentissage, la piscine Thérèse et Jeanne Brulé (ex-Élisabeth) a accueilli ses premiers nageurs dans le 14e arrondissement en février 2020. Un équipement nautique qui multiplie les dispositifs d’économie d’énergie : une centrale de traitement d’air avec pompe à chaleur, des capteurs solaires thermiques ainsi qu’un système de récupération de chaleur sur les eaux usées.

Marie-Marvingt, la contemporaine

Piscine Saint Merri
Piscine Marie-Marvingt
Crédit photo : Gerard Sanz / Ville de Paris
Connaissez-vous Marie Marvingt (1875-1963) ? Cette héroïne de la Grande Guerre et de la Seconde Guerre mondiale fut résistante, pionnière de l'aviation, inventrice, sportive, alpiniste, infirmière et journaliste. Elle a donné son nom à une piscine (ex-Saint-Merri), implantée rue du Renard (Paris Centre). Entièrement rénovée en 2019, elle comporte un bassin de 25 mètres en inox, ce qui lui donne une touche très contemporaine.

Vallerey, l’olympique

Piscine Georges Vallerey
Crédit photo : Clement Dorval / Ville de Paris
Son bassin de 50 mètres fait le bonheur des nageurs parisiens. Construite à l'occasion des Jeux olympiques d'été de 1924, la piscine Georges Vallerey (20e) était alors connue sous le nom de piscine des Tourelles. C’est ici que le nageur Johnny Weissmuller est entré dans l’histoire en remportant 4 médailles, dont 3 en or aux Jeux de 1924.
La piscine des Tourelles. Paris, 1939-1940. Nouveau nom Piscine Georges Vallerey
La piscine des Tourelles. Paris, 1939-1940.
Crédit photo : LAPI / Roger-Viollet
Dès l'arrivée des beaux jours, le toit rétractable de la piscine permet de nager à l’air libre. Entre 1986 et 1989, la rénovation du bâtiment lui a donné cet immense toit ouvrant qui ravit, l'été, les nageurs. Le complexe comprend un bassin de dimension olympique (50 m x 21 m), qui peut être divisé en deux piscines de 25 m (ou de 37,5 m + 12,5 m) grâce à une cloison mobile. Elle peut accueillir des compétitions de natation et de water-polo et possède des gradins pour une capacité de 1 500 spectateurs.
La piscine, qui servira de lieu d’entraînement pendant les Jeux de Paris 2024, est en cours de rénovation.
L'actualité sportive vous intéresse ?
Default Confirmation Text
Settings Text Html

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations