Flambant neuve, la piscine Georges-Vallerey jouxte des bureaux de légendes…

Le saviez-vous ?
Mise à jour le 17/04/2024
Read in English
Zoom sur la charpente en bois de la piscine Georges-Vallerey (20e).
Comme un avant-goût de fête près de la porte des Lilas. Depuis le 17 avril 2024, soit 100 jours avant les Jeux, les Parisiens peuvent à nouveau profiter de la piscine Georges-Vallerey (20e). Avec son bassin de 50 mètres et son nouveau toit rétractable, elle sera un site d’entraînement olympique pour la natation, la natation marathon et le triathlon. L’occasion de revenir sur ce site emblématique de la capitale.

Elle porte le nom d’un champion décoré de la croix de guerre

Célèbre nageur français, Georges Vallerey remporte le bronze sur 100 mètres dos aux Jeux de Londres 1948. Auteur de multiples records européens (sur 100 mètres dos et 200 mètres dos) et mondiaux (dont le 3 x 100 mètres 3 nages en relais en août 1946), le champion se distingue aussi en dehors des bassins. Après avoir sauvé des marins tricolores de la noyade, il est décoré de la croix de guerre.
En 1954, après la disparition de l’athlète des suites d’une longue maladie à l’âge de 26 ans, la piscine des Tourelles (20e) lui rend hommage en devenant officiellement la piscine Georges-Vallerey. Et pour cause : c’est dans ce lieu emblématique qu’il avait remporté en 1945 son premier titre national sur 100 mètres dos… et dans lequel son père, Georges Vallerey senior, a participé aux Jeux de Paris 1924 !

Elle jouxte des bureaux de légendes…

Au-delà d’être olympique, 2024 est aussi l’année des 100 ans de la piscine. Après la réussite en demi-teinte de la 2e édition des Jeux en 1900, Paris avait décidé de voir les choses en grand pour le retour de l’événement multisports international sur son territoire en 1924. Son ambition ? Créer des installations dédiées à cette compétition. C’est ainsi que la piscine des Tourelles voit le jour.
Son nom fait référence à sa proximité avec la caserne des Tourelles, qui abrite aujourd’hui la fameuse DGSE (direction générale de la sécurité extérieure) sur le boulevard Mortier et que les médias surnomment d’ailleurs « la Piscine » !
Chargée d’accueillir les épreuves de natation et de water-polo, elle fera forte impression à l’époque avec son bassin de 50 mètres et ses gradins de 1 500 places. Bien que la digne héritière des Jeux de 1924 ne soit pas candidate à cette édition 2024, elle sera tout de même un site d’entraînement pour les nageurs : les athlètes de natation, de natation marathon et de triathlon pourront s’y baigner, avant de la céder aux Parisiens dès la fin des festivités.

… et a vu Tarzan se parer d’or !

Si ses infrastructures ont marqué les esprits lors des précédentes compétitions olympiques, la piscine Georges-Vallerey reste également mythique par les exploits qui s’y sont produits. Johnny Weissmuller y est sûrement pour quelque chose. Lors des Jeux de Paris 2024, le nageur américain, âgé de 20 ans seulement, y décrochera trois médailles d’or. La première en 100 mètres nage libre, la seconde en 400 mètres nage libre et la dernière en 4 x 200 mètres nage libre. Comble de son incroyable performance, l’athlète remporte également le bronze… en water-polo.
Après le succès vient ensuite la célébrité. Grâce à sa notoriété et sa carrure de sportif, on lui propose un rôle au cinéma, et pas n’importe lequel. Le nageur débarque sur le grand écran pour jouer le personnage de Tarzan. Douze longs-métrages plus tard, dans lesquels il incarnera ce héros, Johnny Weissmuller reste encore aujourd’hui connu pour son fameux cri de l’homme singe.

Elle porte les anneaux olympiques en étendard

Pour récompenser son passé historique et sa valeur sportive, la piscine Georges-Vallerey voit sa façade se transformer sous le signe olympique. En 2017, le Comité international olympique (CIO) autorise l’apposition des cinq anneaux sur l’établissement. Une belle manière de distinguer l’un des premiers sites dédiés à cette compétition, toujours en service et consacré à son sport initial.
Clin d’œil de cette métamorphose, une reproduction des anneaux a même été installée en face du bassin.

Des Gay Games à Nuit Blanche, elle prône aussi la culture et l’inclusivité

Représentative des valeurs de cohésion, de partage et de solidarité que prône le sport, Georges-Vallerey reçoit dans son enceinte, en 2018, la finale de water-polo des Gay Games. Au-delà de cette épreuve, remportée par les West Hollywood Aquatics, c’est le Pink Flamengo qui a été applaudi au bord de l’eau. Un spectacle aquatique et humoristique qui célébrait la 10e édition de cet événement inclusif.
Dans le cadre de Nuit Blanche, cette fois, les Parisiens étaient invités en 2021 à se jeter à l’eau dans une Swimming Pool Party, organisée pour l’occasion. Autant de festivités qui, à travers les Gay Games, font rayonner le savoir-faire et le savoir-être dans la capitale.

Paris Info Jeux

Votre newsletter personnalisée pour faciliter vos déplacements et vos sorties pendant les Jeux !

Recevoir les informations